Nohèdes




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Patrimoine      . Histoire      . Population

Nohèdes et une bien jolie ville, plus par son environnement que par elle-même. En soit elle est assez petite et se compose d'une série de maisons construites en balcon le long de la route, cette route revenant en arrière pour former une petite rue au dessus de la route. L'église est en plein centre, de même que la maison de la réserve, qui contient un intéressant petit musée composé des outils agraires qu'ont apporté les habitants. La vie est plutôt calme ici, ce village ressemble beaucoup à d'autres du Conflent. La vue est splendide sur la vallée, large et recouverte d'une épaisse végétation. C'est le début de la réserve naturelle de Nohèdes, où une piste caillouteuse va, s'enfonçant dans la forêt. Attention en voiture, ça peut faire mal.


Photos


Voir toutes les photos

Photos


Situation et accès

Nohèdes se trouve au fond de la vallée de Conat, c'est le dernier village avant la réserve naturelle. Il est assez petit mais charmant et en plus il dispose d'une vue magnifique sur les montagnes alentours.

Pour s'y rendre il faut prendre, au départ de Perpignan, la route de l'Andorre et suivre Prades. Passé ce dernier, il fait prendre la route qui part à droite en direction de Conat, à hauteur de Ria, puis passer Conat. Une bifurcation permet d'aller à Nohèdes ou Urbanya. Dans un cas comme dans l'autre, la route est assez longue, il faut compter une bonne heure pour se rendre sur place.


Coordonnées GPS : 42.62292749 N, 2.289565598 E.

Carte IGN

Patrimoine, curiosités à voir sur place

Eglise St Martin

L'église St Martin, est citée en 1327. Il s'agit d'un édifice roman, datant de la deuxième moitié du XIIe siècle, de forme classique pour l'époque : nef unique surmontée d'une voûte en arc brisé, le tout terminé par une abside semi-circulaire. Elle a pour particularité d'avoir un intéressant double arc triomphal. St Martin abritait un conjurador placé devant le portail. Il s'agissait d'une construction voûtée, à cheval sur la rue et surmonté d'un appartement ouvert aux 4 points cardinaux. Tous les conjuradors de la région ont disparu à l'exception de celui de Serralongue.


Autres

Le village possédait de nombreux fours à pains. En 1986 il fut créé une réserve naturelle qui s'étend sur 2137 ha dans le massif de la Madres.


Histoire

La région de Nohèdes était peuplée dès le néolithique. Les collines environnantes sont pleines de rochers gravés de croix, datant de cette époque, en particulier à environs 1 km à l'est du village. Par la suite, ni les celtes (-500), ni les romains (-121), ni les wisigoths n'ont laissé de traces sur le territoire de Nohèdes. Après l'Invasion sarrasine et le dépeuplement du Roussillon, c'est Charlemagne qui parvient à prendre cette région (811) et qui la pacifie. Commence alors l'ère chrétienne, et avec elle la multiplication des églises rurales. C'est ainsi qu'apparu le village, mais sans que l'on ai de preuves écrites, cette époque étant trop lointaine.

Il faut toutefois savoir que l'ensemble de la vallée de Conat a formé un tout et cela jusqu'à une époque récente. L'histoire de cette vallée est racontée en détail sur la page consacrée à Conat, vous y trouverez tous les détails.

Alors que qu'Urbanya et surtout Conat apparaissent assez tôt dans l'histoire, Nohèdes doit attendre le début du XIVe siècle pour être cité dans un document. En l'occurence, il s'agit d'une tenu en fief pour le roi pour les cens et droits de justice sur les hommes que possèdent Arnau Bernard, fils de Ramon de Fuilla dans les vilars de Montella, Nohèdes et Orbanya.

Nous sommes alors sous les rois de Majorque, dans une période de conflit avec le roi d'Aragon qui attaque et récupère rapidement les territoires du Conflent pourtant toujours acquis à la cause Majorquine. A la reprise définitive les sanctions ne tardèrent pas à tomber et les habitants de Nohèdes furent condamnés à payer de lourdes amendes (en nature) pour leur rébellion contre le roi. Une mention du village apparaît dans le fogatge de 1378 (recensement). Il ne contient que 4 feux, soit à peu près 18 personnes. C'est donc un petit village peu important protégé par le château de Conat. La richesse du site, c'est le bois, qui servit à cette époque pour alimenter les fabriques de navire de Collioure. On imagine les difficultés qu'ont enduré les bucherons pour acheminer les troncs à travers les forêts jusqu'à la vallée de la Têt...

A présent récupéré par Pierre IV le Cruel, roi d'Aragon, la vallée de Nohèdes sera administrée par un procureur royal jusqu'à ce qu'elle soit cédée à la puissante famille de Cardona, dont les membres se passeront la baronnie de Conat et donc le village de Nohèdes durant le XVe siècle. L'activité principale était toujours le traitement du bois et la fabrication de charbon. Sur toute la vallée seules deux forges étaient en activité. Une à Conat et l'autre à Nohèdes.

La famille de Cardona conserva la vallée de Conat jusqu'en 1532 sans qu'il y ai d'évènement remarquable. A cette date Jacques d'Alemany en prit possession par achat ordinaire. On retrouve une mention de Nohèdes en tant que possession royale en 1603, dans l'état des lieux des vigueries de Roussillon et de Conflent, mais la baronnie complète passera en 1606 sous la houlette de Gabriel de Llupia, procureur royal, qui la transmettra à sa descendance jusqu'en 1763, année de sa récupération par la famille d'Ortaffa, qui la conservera jusqu'à la révolution française.


Population

Cette estimation concerne, sauf mention contraire, l'ensemble de la vallée de Conat, c'est à dire Conat, Betllans, Nohèdes, Urbanya, Nabilles, Eroles et Arletes. La population maximale fut atteinte en 1867 avec 360 habitants, mais en 1912 une route fut construite. Ce fut le point de départ de la désertification du village, trop isolé.


Années Feux Habitants
1355 43
1359 46
1365-70 43
1417 30
1424 32, répartis ainsi :
  • Conat : 32
  • Betllans : 6
  • Nabilles : 3
  • Nohèdes : 4
  • Urbanya : 8
  • Eroles : 3
  • Arletes : 4
1515 15
1553 15
1774 132
1792 295
1851 326
1867 360



Copyright 2013 - 2017 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.