Lo Pardal


Lo Pardal est une chanson du répertoire classique des catalans. Voici son texte et sa traduction.



Una cançoneta nova

Vo la diré (bis)

Del Pardal quant se cotxava

sol toronger (bis).

Le Pardal quant se cotxava

Feya ramor

Per mirar s'il sentiria

Lo séu amor.

La séu amor es dins cambra

Que no sent res

Sino lo mosso de casa

Lo traginer.

De la finestra mes alta

Li và parlar :

"Las onze horas son sonadas,

Ves te cotxar."

"No me cotxi pas encarta

Vaig de cami.

so fet una prometencia

A Sant-Magi."

Quant à Sant-Magi va ser,

Và supplicar

Que pugues tornar en ses terras

Per festejar

Très galanes que tenia

Eix aucellet :

Marianna, Petronilla,

Isabelet.

eixa cansoneta nova

Qui treta l'ha ?

Es un jove de la plana,

Gentil Romà.


Une chansonnette nouvelle

Je vous dirai

Celle du moineau quand il se couchait

Sur l'oranger.

Le moineau, quand il se couchait,

Chantait

Pour voir si son amour

l'entendrait.

Son amour est dans la chambre

Et n'entends rien,

Si ce n'est le domestique de la maison,

Le muletier.

De la plus haute croisée

Il lui parla ainsi :

"Onze heures sont sonnées;

Va te coucher."

"je ne me couche pas encore;

Je vais en voyage.

J'ai fait un voeu

A Saint Magi."

Quand il arriva à Saint Magi,

il demanda avec prières

De retourner dans son pays

Pour y courtiser

Trois belles

Qu'il avait :

Marianne, Pétronille

Et Isabeau.

Cette chansonnette nouvelle,

Qui l'a composée ?

C'est un jeune gars de la plaine,

Le gentil Romain.



Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.