Les Saints


La Catalogne a toujours été une région religieuse. Il faut dire que lors de la création du comté de Barcelone, au IXe siècle, ce sont des soldats francs, chrétiens, qui vinrent du Nord de l'actuelle France pour coloniser ces territoires conquis par les sarrasins 50 ans plus tôt. Les religieux suivirent les soldats et organisèrent la vie sociale de la région, créant à tour de bras des grandes abbayes qui rayonnèrent dans toutes l'Europe, essaimant par-ci par-là de nombreuses églises, qui elles-mêmes fédérèrent les premiers habitants catalans.

C'est donc l'Eglise catholique qui régissait ces terres, et elle continua jusqu'à la révolution française, influençant les décisions des comtes et autres dirigeants locaux. D'ailleurs, la révolution française n'a pas eu pour but, ici, de mettre à bas l'hégémonie de l'Eglise mais de négocier la main-mise de l'Etat centralisateur vis à vis du pouvoir local. Il faut dire qu'à cette époque, ça faisait 150 ans que la frontière franco-espagnole avait partagé la Catalogne en deux, mais les mentalités n'avaient pas changé pour autant : les habitants étaient plus pour un rapprochement avec les catalans du Sud qu'avec les français, les ennemis de toujours. Ceci dit, la ferveur religieuse des catalans ne s'est jamais démentie. Voici une liste des principaux Saints vénérés par ici.


St Gaudérique

St Gaudérique est le patron des catalans. D'origine catalane, paysan, on l'invoque contre la peste mais surtout contre la sècheresse. Modeste laboureur, il mêlait constamment l'exercice de la prière à l'agriculture. L'amour de Gaudérique pour Dieu ne pouvait aller sans une charité très grande pour les pauvres, sous lesquels se cache Jésus Christ. Cette charité reçut un jour un merveilleux encouragement : Gaudérique reçut de Dieu le don des miracles.


San Jordi

La Sant Jordi est une fête typiquement catalane, née lorsqu'en 1032 l'abbé Oliba consacre en son honneur un autel dans son monastère de Ripoll. Après une invocation au Saint, Pere 1er obtient une victoire éclatante sur les sarrasins. San Jordi devient le patron de toute la cavalerie catalane, officiellement en 1094. Au XVe siècle la fête s'est généralisée. Patron des amoureux, San Jordi a tué le dragon pour délivrer la princesse (Légende de St George et le dragon).

Traditionnellement, pour la San Jordi l'homme offre une rose à sa princesse et la femme un livre. Le culte de San Jordi disparait avec la révolution française, puis par l'état français qui impose plutôt le culte de Jeanne d'Arc. Peu à peu, à partir de 1976, des manifestations renaissent et prennent de l'ampleur dans les années 1990 grâce aux associations, aux municipalités. Il existe même l'association "San Jordi Catalunya Nord", qui aide les villes et associations à bien maintenir la tradition.


Ste Thérèse d'Avila (1515-1582)

Carmélite espagnole, elle est l'une des grandes mystiques de l'église Catholique. Dans son œuvre écrite, elle donne une présentation systématique des différentes étapes de l'âme, cherchant à s'unir à Dieu. Ste Thérèse d'Avila est la grande patronne de l'Espagne, elle a été déclarée en 1970 "Docteur de l'Eglise".


St Joseph

Fils de Jacob ou d'Elie, époux de la Vierge Marie, charpentier à Nazareth, il était fiancé à Marie lorsqu'il fut informé par un ange du mystère de l'incarnation. Père nourricier de Jésus, il se trouve là dans les moments difficiles. C'est un Saint vénéré en Catalogne, mais pas autant que Ste Marie ou St Jean-Baptiste.


St Raphaël

De tous les esprits célestes, les Saints Michel, Gabriel et Raphaël, sont les seuls dont nous sachions le nom et sur lesquels nous ayons quelques renseignements biographiques. Raphaël est un ange bienveillant qui à remède à tout. Il guérit Tobie, aveugle, de sa cécité; il lui apporte un gros sac d'argent pour le tirer de sa pauvreté. Il fait taire sa femme qui grommelait à longueur de journée, il délivre sa nièce Sarah d'un démon qui l'avait rendue veuve sept fois, le jour même de ses noces.


St Eloi (588-659)

Orfèvre, trésorier et conseiller de Dagobert 1er. C'est le patron des orfèvres.


St Roch (1295-1327)

C'est le patron des pestiférés. Pendant un pèlerinage en Italie centrale, il soigna les pestiférés et contracta la maladie. Il mourut à Montpellier, sa ville natale. Une tradition veut que ses cendres aient été transférées à Venise dans l'église San Rocco. On raconte que pendant son ermitage, un chien venait lui apporter chaque jour un pain. Patron des paveurs et des chirurgiens on l'invoque contre la peste, les maux de genoux et les maladies du bétail. Il existe dans la région de nombreuses chapelles dédiées à St Roch, elles ont quasiment toute la même origine : Une personne sauvée de la peste promet l'érection d'une chapelle à St Roch si elle guérie. Ca explique aussi pourquoi il n'y a pas d'église St Roch, qui est plutôt invoqué sur un évènement particulier.



Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.