Château de Castelnou




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Histoire      . Voir aussi


Situation et accès

Le château de Castelnou se trouve au sommet d'une colline rocheuse aux parois escarpées, à l'exception de la partie Nord où une pente mène au village. Il le domine largement de sa silhouette massive.


Coordonnées GPS : 42.61877884 N, 2.702767316 E.


De quoi s'agit-il ?

Le château de Castelnou est un château des plus connus des Pyrénées-Orientales. Il se trouve de nos jours sur les hauteurs du village de Castelnou bien sûr, c'est près de Thuir. Propriété privé, on peut toutefois le visiter et il y est même organisés des chasses aux trésors sur le thème du Moyen-âge. Historiquement c'est le château des comtes de Castelnou qui régnèrent sur les Aspres aux XIIe et XIIIe siècle.

Architecturalement il est construit sur la base d'un pentagone irrégulier dont deux côtés forment un angles droits. Les remparts ont une épaisseur de 3 mètres, ils sont crénelés (Le crénelage initial avait disparu, il n'a été remis qu'à la restauration de 1876) Le château comprenait tous les équipements nécessaires au soutien d'un siège. Il possédait une chapelle dédiée à St-Pierre, à Ste Croix et au Sépulcre du Seigneur. On trouve toujours de nos jours la citerne, élément vital pour la survie de la garnison.


Photos


Voir toutes les photos

Photos


Histoire

Le château de Castelnou fut construit à l'initiative des seigneurs de Camélas, eux mêmes propriétaires d'un château dans cette ville, dans le but d'asseoir la puissance de la vicomté du Vallespir, créé à la fin du premier millénaire.

Nous sommes entre 988 et 990, et c'est donc une branche de la famille de Calmeilles qui devient la base de la famille de Castelnou. La première mention du château date de 993, lors d'un plaid qui s'y est tenu sous la présidence de la Comtesse Ermengarde, veuve du Comte Oliba Cabreta. La vicomté de Castelnou fut à son apogée durant les XIe, XIIe et XIIIe siècle. C'est vers la fin de cette époque, en 1286, que le château dû affronter son premier siège important. En effet, le vicomte de Castelnou Jausbert V s'était rangé aux côtés de Pierre III le grand, roi d'Aragon, victime d'une croisade du roi de France Philippe III le Hardi déclenché par les "Vêpres Siciliennes" et la prise de contrôle de l'île par le roi d'Aragon. (1282)

La citadelle dut se rendre et fut démantelée. Jausbert V s'exila en Catalogne et ne put revenir qu'en 1298, à la paix d'Agnani. Il restaura son château et améliora ses fortifications. Durant cette période, il dut entre autre faire face à une guerre privée ayant pour origine son rival Pierre de Fenollet, également vicomte.

C'est à sa mort en 1321 que disparu officiellement la lignée des Castelnou. En fait, une branche cadette existait toujours, (Dalmace II, puis Dalmace III, Guillem et Berenger. Ce dernier vendit le château de Castelnou à André de Fenollet, vicomte d'Ille et de Canet en 1373.

Puis durant le XVe siècle le château passa à un nouveau seigneur, la famille de Perellos, puis sous l'occupation de Louis XI à la fin du XVe siècle aux familles françaises de Phelippes et de Châteauverdun. Au XVIe siècle, la seigneurie passa à la famille de Llupia. En 1559, le descendant de Llupia fut en guerre contre le Gouverneur du Roussillon. Un siège fut placé au château qui s'inclina face à l'artillerie de son ennemi. Le château ne se releva plus de ce coup du sort. Il resta toutefois la possession de la famille jusqu'à la révolution française.

A la fin du XIXe siècle, il fut restauré par Ernest de Satge et transformé en habitation qui passa de propriétaire en propriétaire jusqu'à l'incendie de novembre 1981 et son acquisition en 1987 par la SCI Château de Castelnou.




Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.