Chapelle du Paradis




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Histoire      . Voir aussi


Situation et accès

La chapelle Notre Dame du Paradis se trouve sur le territoire de la commune de Corneilla del Vercol, à quelques centaines de mètres au Nord-Est de la ville. Corneilla, c'est une ville entre Perpignan est Elne, sur la gauche de la nationale en allant vers l'Espagne.


Coordonnées GPS : 42.62792311 N, 2.958580482 E.


De quoi s'agit-il ?

La chapelle du Paradis est un petit édifice religieux de Corneilla-del-Vercol, entre Perpignan et Elne. Il s'agit d'une chapelle autrefois isolée dans la nature mais qui a été rattrapée par l'urbanisation de la ville, elle est maintenant en bordure de la ville. C'est un édifice simple composé de deux bâtiments accolés, une chapelle, monolithique, et une habitation pour l'ermite. Cet second bâtiment a été construit lors de la transformation de la chapelle en ermitage.

Cette chapelle n'a rien de vraiment remarquable, elle est relativement simple. Seul sa façade est bien travaillée, elle est en pierres apparantes, les portes et fenêtres sont entourées de briques rouges (des "cayrous", comme on les appelle ici). Au-dessus de la porte d'entrée se trouve une rosace qui apporte la majorité de l'éclairage naturel à l'intérieur, et un clocheton à arc unique. La cloche n'est plus en place, de nos jours. Le reste du bâtiment est ordinaire : Des fenêtres en berceau au chevet, un toit aux tuiles catalanes, et des contreforts massifs comme l'étaient les chapelles romanes.


Photos


Voir toutes les photos

Photos


Histoire

Citée la première fois en 1215 sous le nom de Sancta Maria de Corniliano, il est possible qu'il s'agisse de la première église du village, qui se serait déplacé par la suite mais sans qu'on en ai la preuve. On retrouve cette église au siècle suivant en 1341 (Sancta Maria de Paradiso alias del Vilar), puis en 1596 : Eremita de Nostra Senyora de Paradis.

C'est donc en 1596 que l'on a la preuve de la présence d'un ermite à Notre Dame du Paradis. Cette pratique, qui est née dès l'ère carolingienne, était restée marginale jusqu'au XVIIe siècle, époque de l'essor de l'érémitisme. A partir de la fin du XVIIe siècle, la plupart des ermitages catalans étaient fondés, souvent sur les restes d'une ancienne paroisse ou d'une chapelle castrale. Ici il s'agissait d'un édifice religieux abandonné, peu isolé (contrairement à ce qu'on peut imaginer habituellement). Il faut dire que les ermites étaient des membres de la société catalane : On les respectaient, ils étaient écoutés comme des personnes détenant la sagesse, le savoir. (voir le Dossier sur les ermites)

Notre ermitage apparaît ensuite en 1688 sous le vocable Hermita de Nostre Senyora de Corneilla dels Aspres, puis il suivra l'histoire classique des ermitages sans évènements marquants, du moins jusqu'à la révolution française.

C'est en effet en 1790 que furent promulgués les lois déclarant les biens de l'Eglise comme des propriétés de l'Etat. Tous les édifices religieux qui n'étaient pas des paroisses furent vendus comme biens d'Etat, les ermites étant priés de se fondre dans la société civile. Notre Dame du Paradis n'échappa pas à la règle, mais l'ermitage pu rouvrir ses portes en 1829 grâce à l'assouplissement des lois anti-cléricales. C'était d'ailleurs le cas pour beaucoup d'autres ermitages, la plupart de ceux qui n'ont pas rouvert sont aujourd'hui en ruine, oubliés de tous.

Peu après, en 1859, la chapelle subit une restauration, qui fut complétée en plusieurs étapes au XXe siècle entre 1965 et 1973. Il faut savoir que de nos jours, une association créé en 1971, "Les amis de la chapelle Notre Dame du Paradis" s'occupe de ce bâtiment. Par ailleurs, Notre Dame du Paradis accueille dans ses murs un intéressant retable daté de 1850.




Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.