Chapelle St André de Baillestavy




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Histoire


Situation et accès

La chapelle St André se trouve sur le territoire de Baillestavy, juste à deux pas du village. Baillestavy est dans la vallée de la Llentilla, la vallée qui débouche à Vinça. Pour vous y rendre il faut aller jusqu'à Vinça et suivre les panneaux routiers, ils amènent dans la vallée. Baillestavy est le premier village que l'on rencontre dans la vallée. La chapelle se trouve à quelques centaines de mètres en amont, dans une prairie au bord de l'eau. On y arrive en suivant un sentier qui part du village et qui descend vers la rivière.


Coordonnées GPS : 42.567388 N, 2.522643 E.


De quoi s'agit-il ?

La chapelle St André est tout simplement magnifique, et son environnement participe largement à la beauté du site tout entier.

Comme c'était quasiment toujours le cas, le cimetière était à ses pieds. Vu qu'il y est toujours, on peut estimer que les habitants du village se font enterrer dans la même parcelle de terre depuis 10 siècles, soit un millénaire complet. Belle preuve de longévité, rare dans la région.

La chapelle est construite essentiellement en pierre de schiste, des pierres de formes variables mais régulières et appareillées correctement. Leurs couleurs ont été choisi pour l'esthétique : Certaines sont issues de carrières près de sources, il s'agit de tuf noir. Les pierres sont reliées entre elles par un mortier qui a été, sur la façade, écrasé par une truelle en débord des pierres, ce qui donne un aspect large aux joints. C'est une volonté des derniers constructeurs, soucieux de donner à St André une nouvelle beauté. Et puisqu'on parle de décoration, il faut noter que l'arc de la porte d'entrée alterne les pierres blanches et noires, une esthétique que l'on retrouve parfois sur d'autres édifices religieux de la région.


Plan de l'église

Plan de la chapelle St André de Baillestavy
Plan de la chapelle St André de Baillestavy

Architecturalement, il s'agit d'un édifice à nef unique voûté en berceau et terminé par une abside semi-circulaire. La façade principale est surmontée d'un clocheton qui a perdu sa cloche. Le portail est situé sur un mur gouttereau, à peu près au milieu. Il possède étrangement deux arcs en plein cintre, le plus bas étant visiblement très ancien, probablement de la construction initiale du Xe siècle, l'autre, en pierres de taille, du XIIe. L'ensemble de l'édifice est en schiste.

Mais une description si simple se doit d'être complétée. La réalité est qu'elle a subit trois vagues de construction/reconstruction : Une construction initiale, et des modifications au XIe ou XIIe siècle, puis entre les XVIe et XVIIIe siècles. La chapelle initiale était charpentée, les poutres étaient soutenues par un arc diaphragme (au milieu de la nef) et un autre triomphal (séparant le coeur de la nef). Au XIe ou XIIe siècle la charpente fut retirée et fut remplacée par une voûte en pierre, plus solide. Mais comme elle était plus lourde, d'importants travaux furent entrepris : Les murs furent élargis en rognant sur l'espace intérieur, des pilastres furent ajoutés dans le choeur et la nef, pilastres supportant huit arcs intérieurs. A l'époque il fallut supprimer une fenêtre pour faire ces travaux. Les travaux des XVIe, XVIIe ou XVIIIe siècle consistèrent à ajouter la chapelle latérale Nord, assez alongée et terminée par une abside.


La nef et le choeur

La nef est unique, elle est rectangulaire bien sûr est mesure 19m20 pour une largeur de 8m35 (Dimensions extérieures). Il n'y a rien de spécial à en dire, si ce n'est que la largeur a été rognée au XIIe siècle lors des travaux de construction de la voûte, celle-ci demandant à élargir les murs de soutien. Ces derniers ont été épaulés par la construction de 8 pilastres supportant des arcs. Un autre arc doubleau traverse la nef, et un autre sépare le choeur de la nef. Le choeur est en hémicycle, sa voûte en demi-dôme comme il était d'usage à l'époque.


Le clocher

Il s'agit d'un clocher simple à deux arcs formés de trois piliers reliés en couronne. Il est en surplomb de la façade occidentale. La chapelle ne dispose plus de ses cloches, hélas.


Les vases acoustiques

La chapelle a une curiosité : Elle dispose de plusieurs vases acoustiques. Un vase acoustique est tout simplement un récipient en poterie, rond et de taille variable, resserré au col, que l'on faisait prendre dans le mortier de la voûte, tête en bas. Le col affleure le mortier, ce qui créé des bulles de vide dans la voûte. L'intérêt est purement pratique : Ca améliore l'acoustique.

Ceci est une originalité de la chapelle, bien qu'elle ne soit pas la seule à en avoir. Mais il faut noter que c'était assez ingénieux, pour l'époque, d'avoir penser à ça. La chapelle en dispose d'une petite dizaine de taille variable.


Les fouilles archéologiques de 2012

La chapelle a fait l'objet de fouilles archéologiques en 2012. Elles ont permis de confirmer que le site est un ancien ferrier de l'époque romaine, et que la chapelle est bâtie sur une succession de remblais d'époque différente. Quatre sondages ont été faits, et chacun a montré la présence de plusieurs sols, preuve de l'évolution de l'édifice dans le temps. Toutefois aucun des sondages n'a permis d'aller jusqu'au sol initial.


Photos


Voir toutes les photos


Histoire

La première mention de cette église date de 1011, dans un document du pape Serge IV qui indique qu'elle appartient à l'abbaye St Michel de Cuxa, mais sa construction remonte, d'après son architecture, au IXe siècle. Il semble qu'elle est été remaniée au XIe, ce qui est normal. En effet, à cette époque, une paix relative s'était instaurée et la population, allant croissant, avait besoin d'édifices religieux plus grands. Une vague de construction a donc eu lieu à cette époque, que se soit pour bâtir d'autres églises plus grandes, sur un autre lieu, ou pour agrandir celles qui existaient déjà. C'est ce qui arriva à St André sur laquelle les habitants firent abattre la charpente en bois et le toit et les remplacèrent par une voûte en pierre recouverte de tuiles en llause. C'est également à cette époque qu'ils construisirent l'abside, puisque jusque-là l'église était rectangulaire.

Entre les XVIe et XVIIIe siècle elle a été remaniée avec l'ajout de la chapelle latérale Nord. Elle fut abandonnée durant le XVIIIe siècle à une date qui nous est inconnue. C'est en effet au moment de la construction de la nouvelle église, sur les hauteurs, que celle-ci déclina. Décliner est le mot car il n'y a pas eu de transfert de la charge écclésiastique d'un édifice à l'autre, les deux ont cohabité un temps, avant que celle-ci ne soit plus utilisée au profit de l'église de la tour. Car l'église paroissiale actuelle a été construite sur l'emplacement du château de Baillestavy, et le clocher est d'ailleurs une ancienne tour du château, ce qui explique son côté massif.

Les travaux de restauration de la chapelle St André commencèrent en 1977. Dans les années 2000 plusieurs campagnes de fouilles archéologiques ont permis de mieux comprendre l'histoire du site, et de constater, par exemple, que la chapelle a été construite sur un site d'extraction du fer exploité entre le IIe siècle avant JC et le Ier après.



Copyright 2013 - 2021 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Pour consulter la politique de confidentialité du site veuillez cliquer ici : Politique de confidentialité.

Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.