Ermitage Notre Dame de Pène




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Voir aussi


Situation et accès

Cet ermitage est situé au sommet d'une falaise dominant le village de Cases-de-Pène. Son emplacement privilégié, sur un escarpement rocheux dominant la vallée de l'Agly, en fait en fait un lieu propice au recueillement. Pour arriver à l'ermitage, il faut parcourir un chemin escarpé au cours duquel on croise 3 oratoires.


Coordonnées GPS : 42.77143261 N, 2.780918547 E.


De quoi s'agit-il ?

L'ermitage Notre Dame de Pène est cet ermitage à flanc de falaises au-dessus du village de Cases-de-Pène. Il est assez difficile à voir lorsqu'on passe en voiture sur la Nationale, à ses pieds, car il faut bien lever les yeux pour le voir, il est de la même couleur que les rochers sur lequel il est bâti.


Les premiers temps

Comme beaucoup d'ermitages en Roussillon, Notre Dame de Pène ne fut pas construit directement pour cet usage là. Le lieu est en fait un ancien château médiéval bâti pour surveiller la vallée de l'Agly. Ce château est cité en 1011 sous le nom de Castellum de Pena, il se trouve au sommet du pic Rodon à 335 mètres d'altitude.

Comme tous les châteaux de cette époque, il contenait une chapelle castrale, chapelle utilisée en temps comme église paroissiale des habitants de Cases-de-Pène. La première mention de cette chapelle date de 1224 sous le vocable de Sancta Maria de Pena. Peu à peu le château perdit de son intérêt stratégique et il fut abandonné. On en a une trace encore en 1414 avec la construction d'une citerne, mais plus rien ne ressort dans l'histoire par la suite. Or la pratique de l'érémitisme commençait à se diffuser dans la société catalane. Ca et là quelques ermites avaient élus domicile dans des anciens lieux de culte et vivaient en assez grande autarcie. Ces ermites là étaient un peu les pionniers de cette activité. A Notre Dame de Pène, la première trace d'un ermite arrive assez tôt, en 1488. Il s'agissait de Fra Daniel Benet.


Les ermites

Le XVIIe siècle fut celui de l'essor des ermitages. Cette pratique ancestrale (déjà pratiquée au IXe siècle en Catalogne Sud) se développa rapidement. Toutes les anciennes chapelles, qu'elles soient d'origine paroissiales ou castrales, furent réhabilitées. On les modifia et on construisit des bâtiments annexes pour accueillir l'ermite. Ce fut le cas de l'ancienne église Notre Dame de Pène, qui apparaît sous le vocable de Hermita de Nostra Senyora de Pena en 1688.

Les ermites du Roussillon, entre les XVIIe et XVIIIe siècle, n'étaient pas du tout des religieux vivants isolés, ils étaient au contraire des membres de la société civile catalane. Ils étaient physiquement accessibles, et détenaient un bien précieux : le savoir. Ils représentaient la connaissance, le bon sens, et on les respectaient pour ça. Les habitants de la région allaient les rencontrer pour résoudre des problèmes de moralité en particulier.

Mais cette situation ne dura que jusqu'à la révolution française. En 1790 la toute jeune république vota une loi qui déclarait que les biens de l'Eglise étaient des possessions de l'Etat. Ainsi tous les édifices religieux qui n'étaient pas le siège d'une paroisse furent vendus comme biens d'Etat, ce qui était le cas de Notre Dame de Pène. La chapelle fut rachetée par la municipalité de Cases de Pène.

Quelques années plus tard les lois anti-cléricales furent assouplies, les ermitages purent réouvrir au culte. Notre Dame de Pène put le faire (assez tard) en 1843, après sa réhabilitation. Un nouvel ermite prit place dans la chapelle, un ermite moderne, issu de la dernière génération des ermites. Ils étaient n'étaient pas des religieux mais des laïcs, s'habillaient donc en tenue catalane et plus en bure. Ils poursuivaient leurs rôles de quêteurs mais n'avaient plus l'aura d'autrefois. Dans les années 50 le dernier ermite disparut et cette étrange activité avec. L'histoire de Notre Dame de Pène s'arrête là. Elle subit encore une restauration en l'an 2000 (le logement de l'ermite)

De nos jours l'ermitage est curieusement décoré avec d'anciens objets liturgiques détournés de leurs fonctions : Chasubles, chapelets, tableaux, lumignons, statuettes, etc. Pour ceux que les chiffres intéressent, sachez que le grand escalier a 50 marches (Paraît-il, je ne les ai pas compté)

Il est intéressant de savoir qu'il y a un aplec chaque année à Notre-Dame-de-Pène : C'est pour la Pentecôte.


Etymologie

Chapelle consacrée à Notre Dame, le mot "Pène" signifie "Rocher" en catalan. Il suffit de voir les alentours de l'ermitage pour comprendre combien cette appellation se justifie.


Photos


Voir toutes les photos

Photos




Copyright 2013 - 2018 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.