Biographie de Mère Antigo


Né en 1602 à Perpignan, Anne Marie Antigo entre au couvent Ste Claire de la Passion en 1621, un monastère dédié aux Clarisses. Après 24 ans de port du voile elle obtient la charge d'abbesse. En 1652 le gouverneur de la province du Roussillon Francesc Sagarra, agissant pour le compte du roi Louis XIV, exile à Barcelone vingt religieuses dont Anna Maria. Le traité des Pyrénées, signé en 1659, apporte la paix dans la région, ce qui lui permet de revenir à son couvent en 1660.

A partir de ce moment, elle fera face à l'occupation française en se battant pour faire vivre les spécificités catalanes telles la langue, la ferveur catholique de l'époque ou les usages locaux. Particulièrement appréciée, elle réussit à réformer la règle de la communauté des Clarisses, ce qui a accru sa popularité. Elle décèdera en 1676 et c'est à partir de là que commence la véritable histoire de la mère Antigo.

En 1731 le corps de Anna Maria Antigo est retrouvé intact. Placé en sûreté dans l'église de la Réal, des documents d'époque nous prouvent qu'il l'était toujours en 1771, puis en 1805. En 1842 Anna Maria Antigo est déplacé au couvent des clarisses. A cette occasion, on a une description du docteur Carcassonne :

Partout la peau est desséchée comme tannée. Les organes internes sont dans un état de dessiccation complète. Ils n’ont pas subi la putréfaction.

Un deuxième déplacement a lieu en 1878 lors du déménagement des sœurs Clarisses du couvent Ste Claire, au centre ville, vers leur nouveau monastère, avenue du Maréchal Joffre. Face à cette situation des laïcs de Perpignan crurent en sa sainteté et soumirent le corps à des demandes d'ordre miraculeuse. De nombreux cas furent avérés par les particuliers, mais aucun ne fut médicalement prouvé. La ferveur qui entoure Anna Maria Antigo s'est peu à peu tassée face au réalisme du XXe siècle. En 1910 le dossier de demande de béatification fut repoussé, pour finalement n'être jamais re-ouvert.

Le corps de Anna Maria Antigo gît toujours dans un cercueil de verre dans le couvent des Clarisses. J'ai eu la chance de la voir, plus jeune. Elle est toujours en parfait état de conservation. Pour terminer, il faut savoir qu'au couvent des Clarisses se trouve une plaque commémorant la mémoire d'Anne Marie Antigo. Voici son texte :


Mère Anna Maria Antigo

Proscrite et Réformatrice

(1602-1676)

Née à Perpignan, paroisse Saint-Jacques, entrée au couvent Sainte-Claire de la Passion en 1621, abbesse en 1645, elle fut exilée en 1652 à Barcelone avec dix-neuf autres religieuses par Francesc Sagarra, gouverneur au service de Louis XIV.

De retour à Perpignan en 1660, après le Traité des Pyrénées, Mère Anna Maria Antigo sut affirmer, à l'exemple du clergé local, son attachement à sa langue catalane et à sa foi chrétienne, en communion avec l'Eglise romaine.

Dans ces mêmes murs, elle réussit la réforme de la règle de la communauté. De son vivant, elle fut l'objet d'une vénération qui, dès lors, ne s'est jamais démentie. Son corps, exceptionnellement conservé jusqu'à nos jours, se trouve depuis 1878 dans l'actuel couvent des Clarisses, au Vernet, où l'on vient toujours visiter la "Sainte de Sainte-Claire".


Hommage de la Fidélissime Ville de Perpignan,

le 29 juin 2002

Jean-Paul Alduy étant Maire-Sénateur.



Copyright 2013 - 2018 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.