Llivia

Une ville enclavée très discrête, mais au charme fou




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Patrimoine      . Histoire

Llivia est une curiosité, c'est une ville espagnole enclavée dans le territoire français, en l'occurence la Cerdagne. Elle se trouve séparée de son pays par une petite dizaine de kilomètres, cette situation a été provoquée par l'histoire des deux pays et plus particulièrement l'épisode du traité des Pyrénées, qui marqua la frontière.

De nos jours Llivia est une magnifique ville de montagne. Ce qui marque le plus en arrivant sur place est le style général : Totalement espagnol, on aurait pu s'attendre à ce qu'une enclave ait un style plus français qu'espagnol, mais non, ici, on est vraiment en Espagne, des maisons individuelles aux commerces, des artisans aux routes, etc. Ensuite, on est frappé par la beauté de la ville. Elle semble très récente, tout y est neuf, propre, net. Les jardins sont très bien arrangés, il n'y a pas de déchets traînant par-ci par-là. L'urbanisme est un modèle du genre, il est axé sur une avenue principale, très large, longeant une vieille-ville héritée du Moyen-âge. La route principale permet de rejoindre tous les quartiers, aux extrémités il s'agit de zones pavillonaires d'un côté et artisanal de l'autre, et au centre de cette route, il y a les commerces. De grands parkings permettent de s'arrêter facilement.

La vieille-ville est sur un monticule, les rues, étroites, s'étirent lentement vers le sommet et la tour de So et l'église, les deux pièces majeures du patrimoine. Là aussi les rues sont vraiment parfaites, très propres, très bien arrangés. Il se dégage de cette ville une sensation un peu irréelle, un certain calme, un bien être difficilement explicable.


Photos


Voir toutes les photos

Photos



Situation et accès

Llivia est un village espagnol enclavé dans le territoire français, c'est une curiosité locale. Pour s'y rendre il faut connaître car même si c'est très simple, il n'y a (probablement volontairement) pas de panneaux indicateurs, il y a sûrement une volonté de limiter les entrées des français en territoire espagnol.

Enfin, si vous oulez y aller, il faut monter en Cerdagne par la RN116, passer Mont-Louis puis Saillagouse. La route de Llivia par vers le Nord, peu avant Bourg-Madame.

Carte des communes

Coordonnées GPS : 42.46285363 N, 1.979763916 E


Patrimoine, curiosités à voir sur place

Le patrimoine de Llivia est assez méconnu, comme la ville elle-même d'ailleurs. Pourtant il est d'une grande importance. Citons tout d'abord la tour Bernard de So, une fortification du XVIe siècle ayant remplacé un château plus ancien détruit entre-temps. Cette tour a eu plusieurs rôles : Prison royale, à partir de 1834. Ce fut la mairie, de 1835 à 1950 puis en 1965 elle a été transformée en musée de la pharmacie, un musée plutôt intéressant d'ailleurs, contrairement à ce que le sujet pourrait laisser croire. On y voit de jolis pièces d'ameublement anciens, entre autre. C'est une des plus anciennes pharmacie d'Europe.

Autre principal élément du patrimoine de Llivia, son église. L'église Notre-Dame-des-Anges voit sa construction commencer à la fin du XVIe siècle. Extérieurement on peut remarquer deux tours qui lui donnent l'apparence d'une place-forte, un aspect peu ordinaire il faut bien le dire. Elle a deux entrées, une sur la face Sud, petite, et la porte principale datant de la Renaissance, ornée de magnifiques fers forgés. A l'intérieur l'église se compose d'une nef à cinq chapelles sur chacun des deux côtés. Le côté Est est soutenu par des contreforts gothiques dont les clés sont décorés d'une part de Notre-Dame-des-Anges, d'autre part du bouclier de Descatllar et enfin de celui de la Catalogne. L'élément artistique le plus important est le retable du maître-autel de style baroque. Il date du XVIIIe siècle et fut installé en remplacement de celui qui a brûlé pendant la guerre civile espagnole, un travail des frères Sunyer qui datait de 1703. Les fonds baptismaux sont romans, ils datent des XIIe et XIIIe siècle. Il y a aussi un Christ en croix des XIIIe et XIVe siècle. Le couloir de la nef centrale ainsi que les marches extérieures sont faites de pierres funéraires des familles locales, elles datent de la période durant laquelle le cimetière était autour de l'église.

Entre l'église et la tour de So il y a une magnifique croix en pierre, c'est la croix Toret. Elle date du XVIe siècle. Elle était placée initialement dans les possessions de la famille Toret, l'une des plus anciennes familles de Llivia (hélas aujourd'hui disparu de la ville, mais pas de la Cerdagne).

Sinon, le territoire de Llivia possède aussi la chapelle St Jaume de Rigolisa, un ancien lieu de pélerinage.


Histoire

Préhistoire

La préhistoire en Cerdagne est caractérisée essentiellement par le néolithique. Durant le néolithique moyen (-5500 à -4000), les techniques d'agriculture se précisent. Le haut plateau est utilisé comme terre cultivable, et des traces de cette activité se trouvent un peu partout.


Antiquité

Vers l'âge du fer, les Ibères occupaient le pourtour méditerranéen. Les romains, désireux d'étendre leurs pouvoirs, occupèrent militairement le Roussillon en -121 et remontèrent jusqu'en Cerdagne, qu'ils annexèrent aussi. Pour administrer correctement leurs nouveaux territoires ils érigèrent Llivia en tant que capitale de la Cerdagne, capitale rattachée à la région "Provincia Tarraconensis".

La ville portait le nom de "Julia Libica".


Moyen-âge

Envahit par les Sarrasins, puis reconquis par les carolingiens, Llivia dépendra du comté de Cerdagne. Un recensement de 1359 montre que le village avait une grande importance puisqu'on y trouvait 21 feux (foyers). Il était dénommé Livia e la parroquia (Llivia et la paroisse)

En 1344 Llivia possédait son château dont les revenus appartenaient à Guillem de So. Ce personnage est un membre de la famille des vicomtes d'Evol qui possédait le Capcir et Estavar au XIVe siècle. Vu qu'il avait combattu Pierre IV d'Aragon, il fut spolié et ses revenus furent donnés à Pons des Cattlar, qui achètera la propriété de Llivia à Bernat de So pour 13000 sous barcelonais.

C'est ainsi que Llivia passa d'une possession de la vicomté d'Evol à la famille Descallar. En 1463 les français envahissent le Roussillon et monte en Cerdagne. Mais à Llivia ils se font chasser par la population en 1473. L'année suivante le roi de France Louis XI attaque à nouveau et récupèrent Llivia. A la fin de la guerre franco-Espagnole, en 1493, Llivia sera à nouveau rendu à la famille Descallar.

Le 12 novembre 1660, à Llivia, eu lieu le choix des 33 villages appartenant à la France, chacun de ses villages dessinant la frontière (Traité des Pyrénées). Considérée comme une ville, Llivia en fut exclue et c'est la raison pour laquelle elle est toujours espagnole de nos jours, enclavée dans la France. Cette enclave était desservie par deux routes, une au Nord vers la France et une autre au Sud vers l'Espagne. Cette dernière était considérée comme espagnole, mais les conflits inévitables qui y avaient lieu étaient jugés par un tribunal spécialement conçu pour traiter de pareils cas.



Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.