Sahorle




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Patrimoine      . Histoire

Sahorle est un hameau de Vinça, une ville du Bas-Conflent. Il s'agit d'un petit hameau dont les maisons ont été peu à peu englobées dans l'agglomération de Vinça toute proche, on passe de la ville à son hameau sans s'en apercevoir. Mais Sahorle est en limite, et de là partent plusieurs chemins qui mènent dans les environs. On a l'impression, quand on est à Sahorle, d'être au bout de la ville.

Le hameau est centré sur sa chapelle. C'est un bâtiment monolithique, à nef unique, encastrée entre deux maisons. Elle est faite en galets de rivière comme on peut s'y attendre pour un bâtiment ancien construit près d'une rivière. Son portail est en marbre rose, il est plutôt imposant par rapport à l'édifice lui-même, et il est surmonté d'un petit clocheton équipé d'une cloche. Il a une girouette, au-dessus. Ce qui marque le plus et la curieuse frise en pierre qui se trouve au-dessus de l'entrée : De nos jours, on dirait une moustache !

Sinon le reste du hameau n'appelle pas de remarque particulière. Quelques rues ordinaires, des maisons du siècle dernier, quelques granges et une petite place, non, il n'y a rien de spécial à dire sur Sahorle, du moins il n'est pas tellement différent de Vinça pour s'en démarquer. A oui, il a un lavoir au bout de la route, un lavoir de l'ancien temps comme on en trouve parfois encore.




Situation et accès

Sahorle est un hameau de Vinça, il se trouve à quelques centaines de mètres seulement de la ville, à Sud-Ouest.

Carte des communes

Coordonnées GPS : 42.63800974 N, 2.520552637 E


Patrimoine, curiosités à voir sur place

Etant un hameau modeste de Vinça, Sahorle n'a pas en soit d'élément de patrimoine important. Citons toutefois sa chapelle, dont l'histoire est expliquée ci-dessus.


Histoire

Historiquement, il est difficile de tracer les grandes lignes de Sahorle. Aujourd'hui simple hameau de Vinça, son territoire ne conserve pas de traces du passé préhistorique, ni paléolithique, ni néolithique, qui pourtant est plus proche de nous. Les différents peuples de l'antiquité, puis des premières grandes civilisations ne nous ont pas laissé de vestiges de leurs passages sur ce site, et pourtant nul doute que pour certains d'entre elles elles ont bel et bien vécues à Sahorle. (Celtes, en -500, romains, en -121, wisigoths, en 408, sarrasins, en 735).

En 811, Charlemagne défait les sarrasins et conquiert définitivement le Roussillon, entamant ainsi l'époque féodale. Le hameau de Sahorle n'apparaît pas tout de suite, comme c'est le cas de la plupart des paroisses, la première mention de l'église ne date que de 1299 sous le nom de " Ecclesia Sanctae Magdalenae de Nantilla". Le lieu est alors connu sous le nom de Nantilla.

Il s'agissait très probablement d'une paroisse dont les habitants ont peu à peu abandonné le site pour Vinça, qui est devenu une ville royale durant cette période et qui disposait de plus d'avantages matériels pour faire vivre sa population. C'est donc très sûrement à cause de sa proximité avec Vinça que la paroisse de Sahorle a disparue.

Mais si la paroisse n'existe plus, l'église, elle continue d'exister. Elle apparaît à nouveau en 1389 en tant qu'église rurale, ce qui désigne une église très peu utilisée, quasiment à l'abandon. Ceci confirme la déchéance du hameau de Sahorle durant le XIVe siècle.

A partir du XVIIe siècle la mode des ermitages commença. Les églises rurales furent occupées par des ermites, des religieux qui se sont rapidement liés à la population. L'image de l'ermite reclu dans sa minuscule chapelle a existé, mais dans les siècles précédents. Au XVIIe, puis au XVIIIe, les religieux qui les occupaient été en contact avec la population, ils représentaient une sorte d'autorité morale que l'on allait consulter pour résoudre des problèmes matériels ou spirituels. L'ermitage Ste Madeleine de Nantilla est nommé pour la première fois en 1688 ("Hermita de Santa Magdalena de Nantillà"). A la fin du XVIIIe siècle, la tourmente révolutionnaire fit supprimer les ermitages, ainsi que les abbayes d'ailleurs. Ste Madeleine fut obligé de fermer ses portes en 1790, puis elle disparue définitivement, démoli par le temps et la nécessité de trouver des matériaux de construction. Elle a été remplacé par un oratoire.

En parallèle, une autre église fut construite à Sahorle. D'après l'abbé Cazes, historien local, elle apparaît pour la première fois en 1628. Dédiée à Ste Madeleine aussi, elle contient de nos jours le retable du maître-autel (1710), un Christ du XVIIIe siècle ainsi qu'une toile de la même époque.



Copyright 2013 - 2022 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Pour consulter la politique de confidentialité du site veuillez cliquer ici : Politique de confidentialité.

Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.