Abbaye St Génis des fontaines




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Histoire      . Voir aussi


Situation et accès

L'abbaye de St Génis des fontaines se situe au cœur du village. Entrez dans les ruelles jusqu'à la mairie (parking). L'entrée se trouve à 100m, en prenant la rue qui part à 90°. Vous la trouverez facilement, elle est bien indiquée. La ville de St Génis est au Sud de la plaine du Roussillon, près de Sorède et St André, le long de la route menant d'Argelès sur mer à Céret.


Coordonnées GPS : 42.54302712 N, 2.921745387 E.


De quoi s'agit-il ?

L'abbaye St Génis des fontaines fait partie de la ligne d'abbayes du Roussillon qui comprend également St Michel de Cuxa, St Martin du Canigou, et St André de Sorède.

C'était initialement une abbaye bénédictine, comme les autres. De nos jours elle est dans l'agglomération de St-Génis-des-Fontaines, mais durant toute l'époque du Moyen-âge elle était à l'extérieur de la ville, vers le Sud. C'est l'ubanisation de la ville qui l'a rattrapée. L'abbaye est assez simple, elle se compose d'une grande église abbatiale, d'un clocher de plan carré et d'un très joli cloître.

L'église est rectangulaire, à nef unique. Il n'y a pas grand chose à dire dessus. Le clocher, lui, est très travaillé, il a été refait récemment. Crépi en jaune et rouge, il est typique des clocher catalan, plutôt bas, massif, et aux nombreuses ouvertures en plein cintre. A noter que le toit de l'église possède aussi un clocheton à cloche unique. Le cloître, lui, est magnifique, tout en marbre rose. Autrefois il y avait une magnifique fontaine en marbre rose également, mais elle a été transportée à New-York, au musée des cloîtres. Les photos ci-dessous montre cette très belle pièce.


Le linteau

Mais si il y a bien une pièce qu'il faut mettre en avant à St-Génis-des-Fontaines, c'est bien le magnifique linteau de marbre blanc de Céret. Il s'agit du linteau de la porte principale, une oeuvre d'art magnifique de près de 1000 ans. La finesse des décors, la précision du geste du tailleur en fait une oeuvre majeure dans l'art féodal. On vient d'ailleurs de très loin pour l'étudier.


L'abbaye se visite, l'entrée donne sur la rue principale. L'été c'est particulièrement agréable, quand le soleil frappe fort la visite se fait à l'ombre, dans la fraîcheur des vieux bâtiments monastiques.


Photos


Voir toutes les photos

Photos


Histoire

L'histoire de l'abbaye st Génis des fontaines est liées à celle du Roussillon. Et elle commence très tôt, dès le IXe siècle.

Nous sommes en 819. Les sarrasins ont été repoussés de l'autre côté des Pyrénées par Charlemagne depuis 8 ans seulement. Sous l'impulsion du roi, des religieux s'implantent sur les terres nouvellement acquises, quasi désertifiées. Ce sont des moines bénédictins qui décideront de fonder une abbaye aux pieds des Albères. Leur chef de file local était un certain Sentimir, qui, dès qu'elle fut fondée, rattacha son abbaye à celle de Cluny. Malheureusement elle fut détruite à la fin du premier millénaire, et les moines durent s'atteler à la tache pour la relever. La renaissance de l'abbaye eu lieu en 981, c'est elle qui est toujours debout à l'heure actuelle.

Linteau

Linteau

L'église St Michel fut construite au IXe siècle, puis elle fut détruite peu après pour être reconstruite au XIIe et XIIIe siècle. Au XIIe siècle justement on a remplacé la charpente en bois par une voûte en pierre. Cette abbaye est célèbre dans le monde entier grâce au linteau de la porte d'entrée de l'église abbatiale. Daté de 1020 (ce qui le place parmi les premières manifestations romanes de la région), il est d'une grande finesse. Ce linteau a fait école et les ouvriers tailleurs de pierres venaient de loin pour suivre l'apprentissage qui fut enseigné par la suite. Il est en marbre blanc de Céret et montre le Christ dans une mandole perlée, soutenu par deux archanges et encadré de six figures d'apôtres.

En 1000, le monastère accueillit un synode. Mais il faut attendre 1153 pour voir la consécration de l'église abbatiale. 1507 le pape Jules II réuni l'abbaye de Saint Génis à celle de Montserrat, en Catalogne, marquant le début de sa déchéance. A cette date, il est probable qu'elle s'était déjà dépeuplée d'une grande partie de ses moines. En 1796, la révolution française étant passée par là, le monastère fut vendu comme bien national et fut transformé en exploitation agricole. Entre 1922 et 1924 deux des trois héritières décidèrent de vendre leurs parts à un antiquaire parisien, Mr Gouvert, qui acheta le cloître et le fit démanteler. Les trois quarts des colonnes et chapiteaux sont expédiés au château des Mesnuls, dans les Yvelines, trois colonnes et deux arcatures sont exposés au Louvre et trois piles centrales sont exportés à Philadelphie.

Le quart restant était la partie Sud-Est, il fut classé monument historique, ce qui lui garantira de rester sur place. Entre 1986 et 1988 toutes les pierres restées en France sont récupérées et remises à leur place (le château de Mesnuls rendit sa part, le Louvre prêta ses pierres), et en 1988 on put inaugurer le cloître enfin retrouvé. Depuis de gros efforts de restauration ont été entrepris, mettant à jour des parties inconnues jusque-là. Le jardinet fut créé en 1997, rendant à l'édifice son utilisation initiale.

Signalons enfin qu'une fontaine du XIIIe siècle se trouvait également dans le cloître, mais que celle-ci n'a pas connu le même sort que le reste du cloître : Elle se trouve de nos jours au "Cloisters Museum", à New-York. Un bien grand voyage pour une fontaine catalane.




Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.