Campo Santo




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Histoire      . Voir aussi


Situation et accès

Le cloître cimetière est avant tout un cimetière construit pour les paroissiens de St Jean, mais un cimetière qui ressemble à un cloître. Il a été en service jusqu'à la révolution française. Ce cloître fait parti d'un ensemble d'édifices religieux composé du cloître-cimetière Campo Santo, l'église St Jean le Vieux, la Cathédrale St Jean-Baptiste, la chapelle Funéraria, la chapelle du Dévot-Christ et l'hôpital St Jean.

Il se trouve en plein centre ville, à proximité de la place Gambetta.


Coordonnées GPS : 42.70018635 N, 2.897542276 E.


De quoi s'agit-il ?

Le Campo-Santo est un élément du patrimoine perpignan important. Il fait partie de l'ensemble formé par la cathédrale, la Funeraria et l'église St Jean le Vieux. Il s'agit d'un ancien cimetière, aujourd'hui une sorte de large place dégagée ornée d'arcatures en ogive ressemblant à un cloître.

Campo Santo signifie "le champ Saint", ce qui désigne assez bien un cimetière, bien que se soit imagé. Cette appellation est récente, elle fut employée pour la première fois au début du siècle. Il a la forme d'un cloître carré dont cotés trois sont archés. Chaque côté fait 54 mètres de long, deux arches étant séparées par des colonnes de marbre de la carrière de Baixas. Ce sont sous ces arcades que se trouvent les tombes des défunts. Initialement les côtés étaient recouverts d'un appentis de bois soutenus par des colonnes aux chapiteaux sculptés. Les arcs sont encore de nos jours gravés pour la plupart d'un blasons aux armes de la famille à qui il appartenait. Bien sûr seuls les membres de la noblesse ou de la haute bourgeoisie avait un tel tombeau. En 1321, soit très rapidement après sa construction on pensa aux moins fortunés qui purent se faire enterrer dans un ossuaire situé au centre du cloître.


Photos


Voir toutes les photos

Photos


Histoire

L'édifice fut été construit au début du XIVe siècle. A cette époque le Roussillon est sous le pouvoir du roi de Majorque et Perpignan en est sa capitale continentale. La ville va rapidement devenir prospère et Sanch 1er, roi de Majorque, lança alors la construction d'une cathédrale devant remplacer l'ancienne église paroissiale St Jean. En parallèle l'abbé Guillaume Jorda prit l'initiative de construire juste à côté un cloître-cimetière dit "Campo-Santo". La plus ancienne pierre tumulaire de ce cimetière date de 1302, soit plus de 20 ans avant le début des travaux de la cathédrale. Elle porte le nom de Jorda. Durant les années suivantes des paroissiens de St Jean léguèrent régulièrement des sommes pour la construction du cloître. (le 1er octobre 1317, 10 sols de l'épouse du tisserand Pierre Correger, le 23 mai 1321, un leg de Jacma, veuve de Bérenger Benaya).

Et c'est justement en 1321 que sera construit l'ossuaire central destiné à accueillir la dépouille des personnes de faible condition. Durant tout le Moyen-âge, puis jusqu'à la révolution, le cimetière remplira son office sans qu'aucun évènement majeur ne lui soit rattaché. Malheureusement pour lui, une partie du site sera modifiée en 1825. Il faut dire qu'à cette date l'édifice est en ruine. C'est l'évêque de Perpignan qui fit construire les bâtiments du nouveau séminaire diocésain, ce qui imposa la suppression de l'aile Ouest du cloître.

En 1905 fut votée la loi de séparation des biens de l'Eglise et de l'Etat. Cette loi eu pour conséquence l'attribution du séminaire au département des Pyrénées-Orientales.

Puis de 1907 à 1982 la Gendarmerie Nationale et le service des Archives Départementales se sont installés dans ces locaux. A partir de 1982 les archives eurent leur nouveau bâtiment à Perpignan Sud et la Gendarmerie sa nouvelle caserne. Le site fut dégagé et des fouilles mirent à jour l'ossuaire. Depuis 1910 il est classé Monuments historiques.




Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.