Couvent des Dominicains




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Voir aussi


Situation et accès

Le couvent des dominicains se trouve à proximité de la cathédrale, en direction du couvent des Minimes.


Coordonnées GPS : 42.70001096 N, 2.899277655 E.


De quoi s'agit-il ?

Le couvent des dominicains à Perpignan est particulièrement connu, pas pour le couvent lui-même mais pour sa chapelle, la fameuse chapelle Ste Dominique.

La construction du couvent commence en 1245 sous la volonté du roi d'Aragon Jacques 1er le Conquérant sur un terrain occupé par une léproserie et offert par le roi au prieur dominicains Pons de Lesparre.

Vingt-deux ans plus tard l'église est achevée (la chapelle Ste Dominique), ainsi que le cloître et la salle capitulaire. De 1300 à 1330 de nombreux travaux d'aménagements sont réalisés pour améliorer l'ensemble architectural. L'église est rehaussée et élargie, des sculptures voient le jour sur les parties hautes. Le cloître est construit suivant le style gothique de l'époque qui caractérise également les améliorations de l'église.

Ce couvent sera assez populaire. Dès 1290, pas moins de 60 religieux l'occupent. Nous sommes alors sous les rois de Majorque. Ce petit royaume est continuellement en conflit avec son voisin le royaume d'Aragon. Durant le XVIe siècle la guerre entre les deux va établir un rapport de force qui penchera en faveur de l'Aragon, et c'est justement dans la chapelle St Dominique que sera signé le traité par lequel Jacques II de Majorque reconnaît à Pierre III d'Aragon, la suzeraineté de son royaume sur celui de Majorque. Quelques années plus tard, en 1306, l'infant Isabelle meurt. C'était la fille de Jacques II de Majorque, et son rang lui permit d'être enterrée dignement dans le choeur de cette chapelle, où elle fut accompagné en 1316 par son frère Ferran, père du futur Jacques III de Majorque, et sa femme Isabelle. Cette dalle existe toujours, elle est gravée du texte suivant :

Aqui Foren

Les Sepultures de


Ferran

Infant de Mallorca

Fill Germa I Pare de Reis

1316


Isabel de Sabran

La Seua Esposa

1315


Isabel de Mallorca

La Seua Germana

1303

En 1324 un évènement important marqua l'histoire du couvent avec l'apport par un pélerin de St Jacques de Compostelle d'une relique de St Jean-Baptiste, son bras gauche. Il fut remis au prieur Pierre d'Alénya. Au XIVe siècle le couvent des dominicains étaient prospère. Son influence grandissante allait de paire avec ses dévotions. Cette époque est caractérisée par des dons importants faits à la communauté. Citons celui du vicomte d'Evol, en 1347, ou le leg de Pierre Fabre, bourgeois de Perpignan, en 1383. De 1408 à 1415 St Vincent Ferrer vint séjourner au couvent à plusieurs reprises, ceci dans le cadre du concile de la Réal qui mit fin au grand schisme d'occident.

Durant le XVIe siècle le cloître sera remanié une première fois, avant un second remaniement au XIXe siècle qui ne laisse plus entrevoir l'état original de l'édifice. C'est également à cette époque que fut construit le cloître-cimetière sur le côté Sud de l'église. Il s'agissait d'un cloître du type du Campo-Santo. Il fut détruit en 1774 lors de la construction de la chapelle du Tiers-Ordre par les frères dominicains mineurs, mais on a mis à jour récemment quelques vestiges de ce cloître, parfaitement dégagés.

En 1558, un incendie détruit de nombreux bâtiments dans le couvent, faisant malheureusement disparaître les archives de la communauté. A partir de là l'ordre périclitera à Perpignan peu à peu. Perdant son importance, la décadence s'accélère durant le XVIIIe siècle. Les frères, peu nombreux, loueront une partie du cloître et deux appartements pour que l'armée puisse entreposer des denrées alimentaires. Enfin la révolution française provoque la chute définitive de la communauté en 1791 lorsque les biens de l'église régulière sont récupérés par l'état. Ce fut d'ailleurs le cas pour toutes les communautés religieuses de la région.

De nos jours une partie du cloître et des bâtiments du couvent sont toujours occupés par les militaires de la caserne Galiéni. Le reste appartient à la ville de Perpignan qui y organise des expositions, en particulier le fameux festival "Visa pour l'image".


Le portail d'accès

C'est justement lors d'aménagements pour l'organisation de ce festival que des travaux sur la porte de communication entre la chapelle Ste Dominique et la chapelle du Tiers Ordre ont révélé un portail de toute beauté. Il s'agissait du portail initial de la chapelle, au XIIIe siècle. Il montre une série de quatre voussures, alternativement en taille ronde et en amande, ce qui favorise les jeux de lumière. Les décors devaient être peints, il y a encore des traces de polychromie.


Photos


Voir toutes les photos

Photos




Copyright 2013 - 2018 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.