Eglise de la Rodona




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Voir aussi


Situation et accès

L'église de la Rodona se trouve dans le centre ancien de la ville d'Ille-sur-Têt. Le nom de Rodona est curieux, car il signifie "La Ronde". Les spécialistes pensent qu'il faut y voir la conséquence de l'abside polygonale, mais sans vraiment de conviction.


Coordonnées GPS : 42.6725 N, 2.62028 E.


De quoi s'agit-il ?

Parmi le grand nombre d'église d'Ille-sur-Tet, celle de la Rodona a une place particulière dû à son histoire. Cette église, paroissiale au Moyen-Age, fut incorporée dans la dernière enceinte d'Ille, celle du XIIIe siècle, prouvant son antériorité. Mais il suffit de la regarder pour constater qu'elle est d'origine romane (attesté en 1173)

Il s'agissait d'une église paroissiale. Les habitants d'Ille y venait régler les évènements de la vie courante religieuse, et ça jusqu'à la construction de St Etienne del Pédreguet, la nouvelle église issue de la contre-réforme. Mais même après avoir cette nouvelle église, les habitants continuèrent longtemps à utiliser la Rodona. La Rodona était consacrée à la Vierge.

A la révolution seul St Etienne fut nommée "église paroissiale", la Rodona fut donc fermée et son mobilier vendu, mais un curiosité historique la démarqua des autres églises du Roussillon puisqu'elle fut considérée comme une propriété de la fabrique de St Etienne de Pédreguet, qui la mis en vente en 1883. Plusieurs propriétaires se l'échangèrent et la vocation du bâtiment changea avec eux : tour à tour étable, entrepôt, hôpital, l'édifice se dégrada peu à peu, ce qui explique son état actuel. Cette église est bien sûr désaffectée de nos jours.


Architecture

Architecturalement, elle est composée d'une nef rectangulaire couverte en berceau brisé, d'une abside polygonale ornée d'arceaux retombant alternativement sur un cul de lampe et une demi colonne, ce qui en fait une originalité. Toutefois plus rien d'autre ne reste dans cette église, qui possédait autrefois des statues, quelques chapelles latérales et une tribune vaste qui se trouvait de façon classique au dessus de l'entrée. Si cette apparente nudité intérieure démontre que cet édifice est inintéressant, il faut se tourner vers l'extérieur, et constater que ce qui fit sa grandeur a définitivement disparu. Le portail en marbre rose de Villefranche fut démonté puis remonté sur l'église St Pierre de Corbère (au XIXe siècle). Elle possédait un cloître-cimetière, construit durant le XIIIe siècle, comme le célèbre Campo-Santo de Perpignan. Il était adossé contre le mur méridional, mais il fut démonté en 1868. Les chapiteaux ont été en grandes parties récupérés et sont conservés à l'hospice d'Ille, ils sont eux aussi en marbre rose de Villefranche.


Photos


Voir toutes les photos

Photos




Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.