Facebook Instagram X

Ille-sur-Tet




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Patrimoine      . Histoire      . Etymologie      . Héraldique

Ille-sur-Têt est une ville de moyenne importance située dans la vallée de la Têt, entre Prades et Perpignan. C'est une ville assez étendue à la population nombreuse, c'est aussi une ville attractive, aussi bien pour la population des environs que pour les entreprises et autres artisans qui voient à Ille-sur-Têt l'opportunité d'atteindre plus de monde pour leurs activités. Ille-sur-Têt, c'est enfin une ville connue pour ses traditions catalanes, son patrimoine riche et son environnement original.


Urbanisme

L'urbanisme d'Ille-sur-Têt se caractérise par un étalement urbain contenu dans un secteur géographique parfaitement identifié en forme de rectangle, ce qui en fait une curiosité. La ville est située dans un méandre de la Têt, sur des terres riches pour l'agriculture, à l'entrée de la vallée de la Têt. C'est la dernière zone du Ribéral avant le début du Conflent. La ville s'est développée à une centaine de mètres du lit de la rivière, sur une partie un peu en hauteur. Trois voies de communication traverse la vallée et donc la ville : La Route Nationale, qui longe la rivière au Nord, l'ancienne Route Nationale qui traverse la ville de part en part, et la voie ferrée qui passe à la limite des maisons, au Sud. Voies ferrées et Nationale encadre donc la ville, comme c'est le cas au Soler. Les extensions urbaine ne peuvent avoir lieu que vers le Sud, l'Est ou l'Ouest, mais pour ces deux dernières directions on arrive vite aux limites territoriales. De plus toute la zone Sud-Est est consacrée à l'agriculture, la voie ferrée marquant vraiment la démarcation entre zone habitée et zone agricole.

La ville elle-même est structurée autour de son centre, dont l'église est évidemment le coeur. La ville ayant connue plusieurs extensions au fil des siècles, on retrouve dans sa structure les différents remparts qui ont été construits sous la forme de longues rues faisant le tour du centre. A l'intérieur, plus on s'approche de l'église, pour l'urbanisation est dense. C'est logique, bien sûr. Mais ocntrairement à d'autres villes la partie la plus dense est composée de ruelles assez longues, d'habitude elles sont courtes et étroites. Ici il y a quelques petites places qui aèrent la ville, et quelques rues un peu plus larges que les autres. L'ancienne route nationale traverse la ville, elle canalise le principal flux routier, ce qui fait qu'il y a assez peu de voiture dans le coeur de ville. De toutes façons, il y a peu de place pour manoeuvrer...

En s'éloignant un peu on arrive sur les équipements publics les plus importants, comme les centres sportifs, le gymnase, les salles des fêtes, etc. La ville possède un collège, une gare SNCF, une gare routière, et une gendarmerie, pour ce qui est des équipements d'importance. Il y a aussi une zone artisanale et commerciale à l'Est de la ville.


Equipements, services

Equipements et services vont de paire, évidemment. Si l'on part d'un bout de la pyramide des âges à l'autre bout, on commence par les tout petits. Ille-sur-Tet a une crêche communale et un grand nombre d'assistantes maternelles réunies, pour certaines d'entre elles, autour du Relais d'Assistances Maternelles (RAM). Ils accueilleront les enfants jusqu'à leurs entrées en maternelle. Ille possède aussi deux groupes scolaires, cacun des deux ayant une école maternelle et une primaire. Ces écoles organisent des accueils périscolaires sous forme de haltes-garderies. Sinon il y a aussi un Point d'Information Jeunesse, pour les jeunes de 12 à 30 ans.

De l'autre côté de la pyramide des âges Ille-sur-Tet propose une maison de retraite avec les services associés, comme la restauration. Il y a aussi un service de portage de repas à domicile et des aides au maintien à domicile. Sinon, la ville propose aussi une mutuelle municipale accessible aux personnes âgées.

Pour tous les habitants la ville propose un certain nombre de services, dont le portage de repas dont on a déjà parlé. Tout ces services sont réalisés par des personnes compétentes dans leurs domaines. On y trouve des aides ménagères, des préparateurs de repas, des personnes assurant la surveillance de personnes âgées, des dames ou homme de compagnie, des personnes qui réalisent des travaux de repassage, des travaux manuels, de bricolage, etc. C'est le CCAS qui s'en occupe.

Pour le transport Ille dispose d'une gare et d'une plate-forme multimodale. Le bus a 1€ permet de se déplacer dans tout le département. Il y a aussi des taxis, à Ille.

Les équipements sportifs sont légions dans cette ville. On y compte une piscine municipale, une salle de sport, un city stade, un skate park, un boulodrome, un dojo, des terrains de tennis et un stade. C'est sans compter les nombreux espaces verts et autres jardins et le plan d'eau, vaste étendue conçue pour le loisir de la population.

D'un point de vue culturel, Ille dispose là aussi de bon équipements. Citons la médiathèque, le cinéma, et le théâtre "La Fabrica".


Vie économique

Ille-sur-Tet fait partie de ces villes dynamiques du point de vue économique. On y trouve un grand nombre de commerces qui proposent des biens et des services dans des domaines extrêmement variés. Il y a une assez forte proportion de commerces dans le domaine des métiers de bouche, mais ce n'est pas pour autant la majorité. Toutefois les habitants peuvent profiter de boucheries et poissoneries, de boulangeries et points chaud, de cavistes, de marchands de quatre saisons et de pâtisseries. Il y a aussi un salon de thé et de la restauration rapide. Enfin, un traiteur pourra satisfaire ce qui en auront besoin.

Dans le domaine du service à la personne on peut compter sur un prothésiste ongulaire et un institut de beauté. Pour les loisirs la ville propose un vendeur d'articles de pêche et un magasin de jouets. Sinon il y a différents commerces plus ou moins classiques, comme un bureau de tabac/prese, un supermarché, un vendeur de système d'alarme, un fleuriste, un couturier, un vendeur de combustible, etc. Signalons enfin des commerces d'habillement et un chausseur.

Ille-sur-Tet peut aussi compter sur des commerces qui apportent non pas des biens mais des services : Il y a plusieurs banques et assurances, des avocats, des experts-comptables et des photographes. Le domaine du bâtiment est assez bien pourvu en service : On y trouve des architectes, des agences immobilières, des notaires, des experts-géomètres, un bureau d'étude, etc.

En ce qui concerne les artisans, la ville est là aussi très bien pourvue. Comme souvent c'est le domaine du bâtiment qui est le plus représenté, et on ne compte plus des artisans plaquistes, maçons, électriciens ou autres charpentiers. Il y a aussi un spécialiste des espaces verts, un ébéniste et un artisan d'art.


Vie associative

On compte énormément d'associations à Ille. Elles exercent dans les domaines sportifs, culturels, de la solidarité ou du patriotisme.


Procession du Régina

La procession du Régina est une tradition centenaire dont Ille-sur-Tet est le fer de lance. Créée en 1890, elle est toujours d'actualité chaque année dans la ville. En 2007 elle a attirée un millier de personnes. La journée se passe invariablement de la même façon. Le matin, les tambours sonnent l'appel à la population, qui se rassemble dans un parc de la ville. Le but est de porter le Salut de la Vierge à son fils ressuscité, on est donc dans une tradition purement religieuse, comme l'est la procession de la Sanch par exemple. Cette grande réunion est ce qu'on appelle "l'accato". En même temps un orchestre joue le Régina, rendant la cérémonie poignante. C'est une curiosité pour les uns, une tradition pour les autres, mais toujours une représentation de la ferveur catholique des catalans.




Fiche technique

Nom Ille-sur-Têt
Nom catalan Illa
Code commune 66088
Canton La Vallée de la Têt (6616)
Arrondissement Perpignan (663)
EPCI CC Roussillon Conflent (246600415)
Région Ribéral
Altitude 446 m
Latitude / Longitude 42.671626 Est / 2.619711 Nord
Superficie 32 km2
Population 5538 h.
Code postal 66130
Gentillé Illois, Illoises

Situation et accès

Ille-sur-Tet est l'une des principales villes du Ribéral, la plaine arbiricole de la Têt. C'est une ville de grande importance qui est le long de la Nationale 116. Pour y aller, rien de plus simple, il suffit de suivre la route d'Andorre, au départ de Perpignan, la Nationale passe à côté d'Ille-sur-Tet.


Patrimoine, curiosités à voir sur place

Doté d'un patrimoine exceptionnel, la ville d'Ille-sur-Têt rivalise avec Perpignan en ce qui concerne le nombre et la qualité de ses éléments patrimoniaux. Tout d'abord, le patrimoine religieux, composé de l'église St-Etienne-del-Pédreguet, l'église paroissiale datant du XVIIe siècle. De la taille d'une cathédrale, elle s'impose à la vue dès que l'on observe la ville de loin.

L'église de la Rodona, est plus ancienne. Elle est originale par l'architecture de chœur, mais n'a pas traversé les siècles sans dommages. L'église des Carmes est une église construite par cet ordre religieux, à l'époque où ils vinrent s'installer à Ille.

Il existe aussi une quatrième église à Ille, celle de l'hospice. L'hospice d'Ille est ce qui reste d'un ancien hôpital médiéval, il est décrit ici. On peut y voir de nos jours les fresques de Casenoves.

A l'extérieur des murs, la ville possède sur son territoire un ermitage, St Maurice de Greulera. Aussi nommé St Maurice de Graolera, cet édifice religieux est un ancien ermitage, lui même ancienne chapelle isolée de l'époque pré-romane. Dans cette appellation, la chapelle est dédiée à la Vierge, d'où son nom de Notre Dame de Graolera qui désigne la même chose que l'ermitage St Maurice.

Militairement, Ille est connu pour deux éléments. D'une part la triple enceinte, d'autre part la tour de l'Alexis.

La tour de l'Alexis est une tour médiévale du XIe siècle construite en galets de rivière. Carrée, elle a la particularité d'être assez haute. L'enceinte médiévale, elle, est triple. De nos jours elle est percée de 8 portes.

Enfin la ville d'Ille a la chance d'avoir sur son territoire d'une part un Puits à glace, d'autre par les fameuses orgues d'Ille, des formations géologiques d'une grande finesse à voir à la sortie, ainsi que deux autres villages abandonnés plus ou moins en ruine. Le premier est Casenoves, dont il reste une très jolie chapelle et une tour très similaire à celle de l'Alexis. L'autre est l'abbaye de Régleilles, qui fédéra un hameau au haut Moyen-âge. A propos de ces sites historiques, il faut savoir qu'Albert Alart a réalisé des maquettes du vieil Ille, de St Maurice, de Casenoves et de Régleilles et que ces maquettes sont visibles sur demande dans une salle spéciale, rue de l'ancienne école. Il suffit de sonner chez Daniel Campredon au N° 31 de la même rue, il se fera un plaisir de vous faire découvrir ces merveilles de patience !

Pour terminer, citons la Font del Ram, une fontaine dédiée au poète J.S. Pons, dont le texte ci-dessous rappelle ses écrits :

     QUIN RAIG MES PRIM PER REF LAR EL SEU CANT

     VINDRAS A SEURE UNA MICA A LA VORA

     I JA VEURAS COM TE VA PENETRANT

     D'UNA TENDRA BONDAT INSPIRADORA

          Fontaine Josep Sebastia Pons


Les orgues d'Ille

Les orgues d'Ille-sur-Tet sont des reliefs particulièrement jolis.
Orgues d'Ille

Les orgues d'Ille sont des reliefs montagneux faits de roches tendres, ce sont des tonnes de sable agglomérées. Depuis plusieurs millions d'années ces roches se sont érodées et ont formées des drapés de toute beauté, le long du lit de la Tet. Aménagé, un chemin permet de s'y promener. Le décor est absolument magnifique.

En savoir plus sur les orgues d'Ille.


Eglise de la Rodona

Eglise de la Rodona, à Ille-sur-Tet.
Eglise de la Rodona

Parmi le grand nombre d'église d'Ille-sur-Tet, celle de la Rodona a une place particulière dû à son histoire. Cette église, paroissiale au Moyen-Age, fut incorporée dans la dernière enceinte d'Ille, celle du XIIIe siècle, prouvant son antériorité. Mais il suffit de la regarder pour constater qu'elle est d'origine romane (attesté en 1173).

En savoir plus sur l'église de la Rodona.


Eglise Sant-Esteve-del-Pedreguet

Eglise Sant-Esteve-del-Pedreguet, l'église paroissiale d'Ille-sur-Tet.
Eglise Sant-Esteve-del-Pedreguet

Sant Esteve del Pedreguet est le nom de l'église paroissiale d'Ille-sur-Têt. L'organisation du plan de l'édifice obéit au mouvement de réorganisation des lieux de culte impulsée par la Contre Réforme à la fin du XVIe siècle, une vaste nef qui permet à tous d'entendre correctement les sermons, une mise en valeur du maître autel, un soin particulier apporté aux chapelles du Saint Sacrement et du Rosaire, l'intégration des dévotions populaires locales et la dévotion aux principaux saints intercesseurs.

En savoir plus sur l'église Sant-Esteve-del-Pedreguet.


Hospices d'Ille

Hospices d'Ille-sur-Tet.
Hospices d'Ille

L'hospice d'Ille est un bâtiment historique du centre-ville d'Ille-sur-Tet. Bien connu sur place, il a été le refuge de nombreuses générations d'habitants pauvres durant les temps anciens.

La société médiévale était caractérisée par la misère de la population, misère augmentée par la guerre, les famines, les épidémies, etc. Il était donc facile de tomber dans un état précaire, puis dans le dénuement le plus complet. Ceux là était pris en charge par la population, dont la foi chrétienne les obligeait à prendre soin d'eux. Mais certains cas étaient désespérés, et pour pouvoir s'en occuper les hospices furent créés.

En savoir plus sur les hospices d'Ille.


Ermitage Saint-Maurice-de-Greulera

Ermitage Saint-Maurice-de-Greulera, sur le territoire d'Ille-sur-Tet.
Ermitage Saint-Maurice-de-Greulera

Saint Maurice de Greulera est une chapelle isolée du côté d'Ille-sur-Tet.

La chapelle est exceptionnelle par le fait qu'elle est de l'époque pré-romane. Elle fut construite autour du Xe siècle et devait très probablement servir à regrouper les familles éparpillées un peu partout le long de la rive de la Têt. Elle apparaît pour la première fois dans les documents en 1242 sous le vocable Sancti Maurici de Agravolera, puis en 1346 sous celui de Ecclesia Sancte Margaritae de Greolara. En un siècle donc la chapelle est passée du St patron Maurice à Ste Marguerite. Cette chapelle devait déjà à cette époque être désaffectée puisqu'un ermite y séjournait en 1389 (le 28 juillet exactement). En 1548 l'église est citée sous le nom de Ecclesia heremitana (ermitage).

En savoir plus sur l'ermitage Saint-Maurice-de-Greulera.


Tour de l'Alexis

Tour de l'Alexis, sur le territoire d'Ille-sur-Tet.
Tour de l'Alexis

La tour de l'Alexis semble, d'après son architecture assez simple et massive, être une construction de la fin du XIe siècle. Cette période correspond à une fixation de la population franque venu du Nord de l'actuelle France en Roussillon (conquit par Charlemagne en 811). Un peu partout dans la région les "embryons" de villages se consolident et se dotent d'une enceinte plus ou moins fortifiée englobant l'église, le château, quelques maisons et surtout le grenier, source d'alimentation de la population et bien le plus précieux. Quand on dit "château", il faut plus imaginer, à quelques rares exceptions près, une maison-forte dans laquelle la maigre population pouvait se réfugier.

En savoir plus sur la tour de l'Alexis.


Les remparts

Les remparts d'Ille-sur-Tet.
Les remparts

Seuls moyens de défense d'une ville, les remparts étaient au Moyen-âge plus que nécessaires pour assurer la tranquillité les habitants. Centrés sur l'église, quasiment tous les villages du Roussillon, du Conflent ou de Cerdagne s'en sont dotés, et force est de constater qu'ils furent la plupart du temps assez utiles. A Ille-sur-Tet, il y eut trois remparts sucessifs,dont on voit toujours les traces de nos jours.

En savoir plus sur les remparts d'Ille-sur-Tet.


Le puits à glace

Le puits à glace d'Ille-sur-Tet.
Le puits à glace

Seuls moyens de défense d'une ville, les remparts étaient au Moyen-âge plus que nécessaires pour assurer la tranquillité les habitants. Centrés sur l'église, quasiment tous les villages du Roussillon, du Conflent ou de Cerdagne s'en sont dotés, et force est de constater qu'ils furent la plupart du temps assez utiles. A Ille-sur-Tet, il y eut trois remparts sucessifs,dont on voit toujours les traces de nos jours.

En savoir plus sur le puits à glace d'Ille-sur-Tet.


Régleilles

L'abbaye de Régleilles
Régleilles

Régleilles est site historique d'Ille-sur-Tet Ancienne abbaye du IXe siècle ayant passé les siècles, l'histoire l'a peu à peu délaissée, ce qui fait qu'elle est en ruine, de nos jours. Prise dans la végétation régulièreent contrôlée, taillée et arrangée, le bâtiment ne se compose plus que de deux éléments majeurs : Les vestiges de l'église et le reste de la tour.

En savoir plus sur Régleilles.


Casenoves

Le village abandonné de Casenoves
Casenoves

Casenoves est un village ruiné qui était peuplé durant le Moyen-âge. De nos jours il n'y a plus que des ruines, mais la tour principale est encore debout, et la chapelle est en excellente état. Ce sont essentiellement les restes des maisons qui sont les plus abîmées.

Casenoves sert d'objectif de balade pour les habitants d'Ille-sur-Tet, c'est à un emplacement idéal pour ça, on peut y aller à pieds, il suffit de traverser la Tet et de prendre le chemlin à gauche. Arrivé sur place vous pourrez faire le tour des ruines, mais surtout de l'église et de la tour-donjon toujours debout de nos jours.

En savoir plus sur Casenoves.



Histoire

Situé en plein Ribéral, c'est à dire en pleine plaine fluviale, le territoire d'Ille n'est pas candidat à la conservation de vestiges très lointains comme peuvent l'être ceux provenant de la préhistoire. Néanmoins sur les collines, Ille-sur-Têt possède tout de même un dolmen de l'époque mégalithique (-2500 ans à peu près). Par la suite, l'histoire est muette sur ce qui s'est passé sur ce territoire régulièrement envahi par les eaux de la Têt. Le peuplement ne s'est sans doute jamais vraiment fixé, ni lors des invasions celtes, ou romaines, ni même wisigothiques. Il faudra attendre l'arrivée des armées de Charlemagne qui repoussaient les sarrasins au delà des Pyrénées pour que le Roussillon devienne une terre franque et que commence vraiment l'histoire de nos villages catalans. (au IXe siècle, victoire définitive de Charlemagne en 811)

Le village lui-même est mentionné pour la première fois dès le IXe siècle, exactement en 850 dans un document indiquant la donation par Charles le Chauve du lieu d'Yla à l'abbaye de St Génis (St Génis des fontaines). A cette époque, il ne s'agissait que d'un petit village dont les maisons étaient concentrée autour de l'église et d'une tour de défense, la fameuse Tour de l'Alexis qui se dresse toujours dans la ville. Pour mieux défendre la ville, une première enceinte fortifiée fut construite, autour du XIe siècle. Elle sera suivi de deux autres durant les siècles à venir.

Possession du comte de Besalu, donc du roi d'Aragon dès le XIe siècle, le village fut donné à la famille d'Urg en tant que seigneurie. Cette famille détenait déjà certains droits en 1134 sur la ville. En 1164 les d'Urg ne détenaient pas encore complètement Ille car Arnaud de Castellnou possédait le droit de construire un canal reliant Néfiach à Millas et de prendre l'eau sur le territoire de Régleilles (hameau d'Ille aujourd'hui disparu). Vu que les deux familles avaient des droits sur Torreilles, on peut penser qu'elles sont issus de la même souche.

Les habitants obtinrent des privilèges de la part de Galcerand d'Urg dès 1279. Il faut savoir que peu de temps avant, le traité de Corbeil a séparé la région en deux. La frontière avec la France était proche, aussi le roi décida t-il de faire construire une 2e enceinte à la ville, enceinte dont il reste également des traces. Enfin en 1334 des documents d'époque nous signalent qu'une 3e enceinte était en construction. (Voir le dossier sur les remparts d'Ille) Cette 3e enceinte provoqua des remous dans la population par le fait que les habitants avaient du mal à la terminer. En effet, englobant les nouveaux faubourgs de la ville, elle devait être beaucoup plus longue que les précédentes.

Durant le XIIe siècle la ville est restée sous la coupe de la famille d'Urg, qui possédait aussi Finestret. Tout comme ce dernier, Ille fut acquis par la famille de Fenouillet durant le XIVe siècle qui possédait d'ailleurs déjà celle de Canet. C'est ainsi qu'Ille suivi jusqu'à la révolution le même chemin que le village de Fenouillet. La seigneurie d'Ille fut élevé au rang de vicomté le 27 novembre 1314 plus pour des raisons politiques que pour la taille de la ville. Mais cette consécration relativement tôt indique l'importance qu'a joué la ville durant le Moyen-Age.

En 1647 une nouvelle église fut construite dans le village. En effet l'ancienne, datant de 1242 était devenue trop petite. A propos de cette église, notez la similitude entre elle et celle de Canet. En fait, historiquement elles ont été construites en même temps, et ordonnées par la même personne, le baron de Fenouillet. Ceci explique cela.

A côté du moulin du XVIIIe siècle se trouve la maison du comte, un hôtel particulier ayant servit de cadre à la Vénus d'Ille de Prosper Mérimée. Egalement à proximité de l'église de la Rodona se trouve l'hospice d'Ille.


Etymologie

"Ille" est un dérivé de "Ili", qui désigne un groupe d'habitation. La Têt, c'est la rivière qui y passe.


Héraldique

Description du blason d'Ille-sur-Tet

Expression héraldique

d'azur à la bannière carrée d' argent.

Description

Le blason d'Ille-sur-têt est près simple. Il se comprend ainsi : "d'azur", c'est la couleur bleue. Quand elle est exprimée en début de description, c'est que le blason est monocolore, il n'est pas segmenté en plusieurs parties. La bannière est qualifiée "d'argent", c'est à dire qu'elle est blanche. "Argent" est ce qu'on appelle un métal , c'est avec le jaune les deux seules couleurs de cette catégorie. Les autres couleurs sont dites des "émaux".

Explications

Le blason d'Ille-sur-Tet représente une drapeau blanc sur fond bleu. Il est couramment surmonté d'une couronne vicomtale (la vicomté d'Ille fut créée en 1324). Dans cette représentation, le blason est entouré des palmes de St Etienne, qui comme chacun sait est le patron de la ville.



Copyright 2013 - 2024 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Pour consulter la politique de confidentialité du site veuillez cliquer ici : Politique de confidentialité.

Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.