Ermitage St Guillem de Combret




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Histoire      . Voir aussi


Situation et accès

L'ermitage de St Guillem de Combret se trouve à 10Kms à vol d'oiseau du village du Tech. Pour y parvenir, il faut prendre à droite à 1Km du Tech en direction de Prats de Mollo, une route qui serpente en suivant la vallée de la Coumelade. Passez l'usine de la Llau et après avoir pas mal circulé vous parviendrez sur un plat herbeux de montagne sur lequel se dresse fièrement ce petit ermitage.


Coordonnées GPS : 42.45328234 N, 2.496623076 E.


De quoi s'agit-il ?

L'ermitage Saint Guillem de Combret est un magnifique lieu de culte du Vallespir, sur le Canigou. Il peut faire l'objet d'une belle randonnée.

L'ermitage se compose comme souvent d'une chapelle, pièce maîtresse du lieu, et de bâtiments servant de lieux de vie. A Saint Guillem tous les bâtiments sont en enfilade, construits les uns au bout des autres. C'est la configuration du site qui veut ça, sur une pente assez penchée. C'est d'ailleurs un bien curieux endroit pour monter une chapelle, d'habitude, elles sont plutôt sur un petit plat.

La chapelle est du style roman du XIe siècle, à arcs brisés. Elle mesure 15 mètres de long sur 4 de large et possède une cloche, qui a été remplacée au XIXe siècle. La cloche primitive était rustique, en fer martelé. Elle servait à appeler les fidèles à l'office, mais aussi à prévenir des intempéries et protéger des foudres du ciel. La deuxième cloche fut offerte en 1876 par Mlle Vilanova Rog. La porte d'entrée a des pentures en fer du Canigou, comme c'est souvent le cas dans la région. Parfaitement conservé, son verrou se termine en tête de diable. Ca aussi c'est courant dans la région, ça permettait de faire fuir les mauvais esprits qui étaient alors obligés de rester en dehors de l'église.

L'intérieur de la chapelle est peu meublé mais on y trouve des peintures très bien conservées. L'une des curiosités de cet ermitage est que le Saint est vénéré le 28 mai, alors que la St Guillaume, la fête officielle, est le 10 janvier.


Photos


Voir toutes les photos

Photos


Histoire

L'histoire de cet ermitage commence au IXe siècle. A cette époque, la vallée de la Coumelade appartenait à l'abbaye d'Arles sur Tech. Des métairies éparses peuplaient vaguement la vallée. Or c'était l'époque des grands pèlerinages. Venant de St Michel de Cuxa, les pèlerins contournaient le Canigou par l'Est et rejoignaient la vallée du Tech, puis poursuivaient leurs voyages vers Ste Marie d'Arès pour passer les Pyrénées en direction de St Jacques de Compostelle.

Les pèlerins avaient besoin d'un lieu pour dormir, des chapelles étaient construites dans ce but. Dans la vallée de la Coumelade, c'est un certain Guillem qui fut prit de cette passion. Après avoir bâti une chapelle dédiée à Ste Magdeleine, il accueillait sans compensation les voyageurs, ce qui fait qu'il eut rapidement beaucoup de visiteurs de passage. Cette chapelle se trouve pour la première fois dans un document de 1007 dans lequel il est indiqué que "Sant Magdalena" était la limite d'un terrain offert par Guifred le Velu.

Au fil des années, cette chapelle fut connu pour être "la chapelle de St Guillem", la notion de sainteté ayant été ajoutée pour accroître son prestige après sa mort. En effet, il n'a jamais été canonisé, ce qui n'empêcha pas la chapelle de recevoir un deuxième patron à partir du XIIIe siècle, St Guillem. Le document suivant qui parle de ce lieu est d'importance : En 1195, Guillaume II, évêque d'Elne donne à Ste Marie d'Arles le sanctuaire Ste Magdeleine de Combret avec ses dépendances et droits actuels et futurs. (ecclesia Sanctae Mariae Magdalénae in parrochia Sanctae Justae de Pratis) La chapelle, à laquelle avait été ajoutés des bâtiments annexes pour accueillir les pèlerins, passe donc sous la protection de l'abbaye.

En 1267 Guillaume-Hugues de Serralongue, seigneur de Cabrenc, fait son testament. Il y indique faire de nombreuses donations aux chapelles de la région, y compris à celle de Ste Magdeleine de Combret.

Les 3 des ides de janvier 1302 un acte de donation stipule "un alleu près du bois de St Guillem". On voit là le passage de la notion de St Magdeleine à St Guillem. En 1329, elle apparaît sous le nom de Capella Sancte Marie Magdalene Sancti Guillelmi de Combreto. La réputation d'accueil de la chapelle a augmenté avec les années. Du coup la vallée s'est peu à peu peuplé. Cette population dépendait pour le temporel d'Arles sur Tech et pour le spirituel de l'abbaye d'Arles. Or la ville d'Arles était une possession royale, ce qui fait que ses habitants dépendaient directement du roi. Cet embryon de village aurait pu se développer en commune si d'une part la chapelle avait reçu le titre de paroisse, (l'équivalent de notre notion de commune actuelle) et d'autre part si il n'était pas si loin des autres villages. Cette distance à très certainement rebutés certaines personnes qui avaient peur de s'installer si loin dans la vallée.

La chapelle a traversé les siècles sans grands changements, ni dans sa structure architecturale, ni dans son but. Elle apparaît dans la liste des ermitages du diocèse d'Elne en 1688 (hermita de Sant Guillem). A la révolution les biens de l'église sont devenus des biens d'état. La république disposait à volonté des chapelles qui n'étaient pas des paroisses, ce qui était le cas de St Guillem de Combret. Elle fut cédée à la ville de Prats de Mollo qui voulait la transformer en étable, comme c'était le cas de bien des sanctuaires.

C'est alors qu'apparut la famille Sors qui fit l'effort financier de racheter le bâtiment pour conserver l'exercice du culte dans ces murs. Les bâtiments annexes furent restaurés peu à peu grâce à cette famille. La dernière restauration de l'édifice date de 1982.




Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.