Ermitage Ste Catherine de Baixas




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Histoire      . Voir aussi


Situation et accès

Ste Catherine est un ermitage à Baixas, en Salanque. Il se niche au creux d'une vallée pas très profonde qui débouche sur le village.


Coordonnées GPS : 42.75682687 N, 2.797486123 E.


De quoi s'agit-il ?

L'ermitage Sainte Catherine, à Baixas, est une simple chapelle campagnarde comme il en existe plein dans les environs des villages catalans, en plaine essentiellement, mais pas que. Ceux sont la plupart du temps des églises d'anciens villages disparus qui ont été transformées au XVIIe siècle, en ermitage. Si le cas de Sainte Catherine est un peu différent, comme c'est expliqué si-dessous dans la partie 'Histoire', il n'est reste pas moins qu'il s'agit d'un bel exemple d'un bâtiment d'ermite.

Il se compose d'une chapelle avant tout. Assez large et peu élevée, elle est dotée d'une belle façade en crépis (refait assez récemment) laissant apparaître les pierres taillées du portail en plein cintre. La façade est ouverte par un oeil-de-boeuf haut surmonté du clocheton particulièrement haut, clocheton dépourvu de cloche.

La chapelle est complétée par un ensemble de petits bâtiments ayant servis de lieux de vie aux ermites qui s'y sont succédés. De nos jours l'environnement de l'ermitage a été mis en valeur, c'est devenu un lieu de vie ou passer la journée. A noter la très belle vue que l'on a de là-haut, car si l'ermitage est facilement accessible en voiture, la route monte lentement jusqu'à lui. Or, se trouvant au fond d'un vallon, le lieu offre une vue magnifique sur la campagne de Baixas.


Photos


Voir toutes les photos

Photos


Histoire

L'ermitage Ste Catherine de Baixas est atypique dans son origine, du moins par rapport à la plupart des ermitages du Roussillon. En effet il est assez rare que les bâtiments d'un ermitage soit créé à cet usage, la plupart du temps ils sont issus soient d'une église d'une ancienne paroisse déchue (St Martin de Tura), soient d'un chapelle castrale (Notre Dame de Pène), voire de toute autre édifice religieux déjà existant.

Dans le cas de Ste Catherine, il semble que les bâtiments initiaux ait été construit en vue d'héberger un ermite, et ça dès 1401 puisqu'on retrouve cette année là le lieu indiqué sous le vocable Capella Beate Catherine de la hermita alias des Cannils. Le XVe siècle, pour les ermitages catalans, c'est assez tôt. (La plupart seront créés durant le XVIIe siècle).

Nous n'avons pas d'information plus précises ni sur les premiers temps de ce lieu, ni sur la suite. Il réapparaît en 1688 sous le nom de Hermita de Santa Catharina et connaîtra l'histoire classique des ermitages de la Salanque jusqu'à la révolution française. (Voir le Dossier sur les ermites)

A la révolution, la toute jeune république déclara les biens de l'Eglise comme étant des propriétés de l'Etat. L'ermite de Ste Catherine dû quitter la chapelle, les bâtiments furent condamnés à être fermés. En 1792 on effectua le transfert de son mobilier dans l'église de Baixas.

Durant le XVIIIe siècle Ste Catherine fut rouvert au culte suite à l'assouplissement des lois anti-cléricales. Ce fut également le cas de nombreux autres ermitages, et c'est également ce qui l'a sauvé de la destruction.

L'ermitage Ste Catherine a été restauré en 1981 par la municipalité de Baixas, propriétaire des lieux. Elle a un mobilier simple composé d'un bénitier du XVIIe siècle, quatre statues de Saints des XVIIe et XVIIIe et un groupe de la fin du XVIIe.




Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.