Museum de Perpignan




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Voir aussi


Situation et accès

Le muséum d'histoire naturelle de Perpignan se trouve en plein centre-ville. Méconnu des habitants, il a pourtant un passé remarquable et accueille des collections intéressantes. Il est situé au 12, place de la fontaine neuve, à St Jacques.


Coordonnées GPS : 42.69746 N, 2.89948 E.


De quoi s'agit-il ?

Le muséum de Perpignan a été créé précisément le 8 octobre 1770. C'est la date d'un décret de l'université de Perpignan pour la création d'un cabinet botanique. Ce cabinet avait été souhaité et mis en place par un professeur agrégé de médecine, Joseph Carrère. La création officielle faisait suite à diverses actions dans le secteur botanique au sein même de l'université, par quelques professeurs. Rapidement ce cabinet a accumulé de nombreuses plantes qui y étaient décrites, puis ce fut le tour des animaux et des végétaux à intégrer les premières collections.

Le 3 juillet 1773 le roi releva Joseph Carrère de ses fonctions et donna le poste au doyen de médecine, un certain Costa, qui poursuivi l'œuvre de son prédécesseur. A la révolution, en 1793, l'université et le jardin des plantes, qui était une création du cabinet de botanique, furent abandonnés, et ce jusqu'à l'arrivé d'Emmanuel Bonafos, médecin de l'université de Montpellier, qui pris ses fonctions à l'école centrale, alors dans les locaux de l'ancienne université. L'état du jardin des plantes et des collections étaient lamentables, la révolution ayant désorganisé les moyens et méthodes mises en place jusqu'alors.

Les collections furent mises sous la responsabilité de l'école centrale, mais pour peu de temps car le 6 thermidor an XI l'école centrale fut fermée et des scellés furent apposées sur le bâtiment contenant les collections. Une décision du gouvernement (8 pluviose an XI) devant mettre à la disposition de la ville de Perpignan le cabinet d'histoire naturelle, les objets s'y trouvant furent remis au citoyen Lasserre, adjoint au maire.

Par la suite les collections furent oubliées jusqu'en 1830, année de la formation d'une société savante, la "Société Philomatique", ancêtre de ce qui deviendra la "Société Agricole Scientifique et Littéraire des Pyrénées-Orientales" (dont les écrits alimentent régulièrement les pages de ce site Internet). Leur séance du 4 septembre 1835 fut déterminante car il fut demandé publiquement la création d'un cabinet pouvant recueillir les fruits des travaux intellectuels de cette société, ce qui fut suivi d'effet le 18 septembre 1835 avec la demande officielle de la formation d'un musée.

A partir de là les évènements s'accélérèrent. La société philomathique obtint de nombreux dons de passionnés de sciences, en particulier dans le domaine de l'histoire naturelle. En 1837 les collections s'agrandirent considérablement et il fallut songer alors à un lieu d'entreposage permanent. La demande ayant été faite auprès du maire, celui-ci fit parvenir la lettre suivante au présente de la société philomathique, qui entretemps avait changé de nom pour devenir la célèbre Société Agricole Scientifique et Littéraire des Pyrénées-Orientales :

Je m'empresse de vous informer que le conseil municipal a adopté la proposition que vous avez faite par lettre du 7 de ce mois de transférer dans la salle de votre Société la collection donnée par M. Boluix, ainsi que les objets d'histoire naturelle de l'ancien cabinet. Vous pouvez en conséquence faire retirer soit de la mairie, soit de la maison de M. Companyo qui a bien voulu jusqu'à ce jour en conserver le dépôt, tous les objets se rattachant au cabinet d'histoire naturelle.

Ainsi fut créé officiellement le muséum de Perpignan qui ne prit ce nom que plus tard. Il fallut alors avoir une gestion plus fine des dépenses, ce qui conduisit la société à clarifier ses relations avec la ville. Le 4 juin 1840 fut adopté le texte suivant :


Article l - La Société des Pyrénées-Orientales déclare que le cabinet d'histoire naturelle est la propriété de la ville.

Article 2. - Elle accepte l'allocation de 2 000 F votée par le Conseil Municipal dans sa séance du 6 avril dernier pour concourir aux frais d'installation du cabinet.

Article 3. - La Société, en renonçant à son titre de propriété et à son droit d'usufruit se réservera néanmoins par exprès la faculté de présentation des trois candidats afin que le maire choisisse l'un deux pour être conservateur du cabinet. Ces fonctions exigeant un emploi du temps, un travail assidu et long, la Société demande qu'elles soient rétribuées. Le Conseil Municipal fixera le chiffre en raison de l'importance de ces fonctions.

- La Société qui a reconnu l'indispensable nécessité d'un conservateur du cabinet, n'en apportera pas moins son tribut de zèle de tous ses membres pour aider le Conseil Municipal dans le développement qu'il est appelé à donner à cet établissement urbain.»

Cette décision fut entérinée le 4 août 1840 par le Conseil Municipal, et c'est ainsi que le muséum d'histoire naturel est devenu la propriété de la ville de Perpignan.


Les collections

Il faut savoir que les collections visibles ne représentent que 1% de la totalité de ce qui est entreposé, à cause du manque de place. On peut toutefois voie les restes de la baleine échoué à St Cyprien en 1827. En 1885 Albert Donnezan découvre le site du Serrat d'En Vaquer, à l'occasion de la construction du fort. On y a découvert le fossile de la tortue de Perpignan, plus grande tortue terrestre n'ayant jamais existé. Elle est exposée à la galerie de l'évolution, à Paris, ici on n'en a qu'un moulage. Le site du Serrat d'En Vaquer date de -4,5 à -3,5 millions d'années. (singe, ours, tigre à dents de sabre, petit cheval, lynx, rhinocéros, éléphant à défense droite, etc.)

Le bâtiment est du XIVe siècle, avec un escalier majestueux du XVIIIe. Il y a plusieurs salles, permettant de voir des animaux de l'Océanie, d'Afrique, des insectes, des coraux, des minéraux. Il y a une curiosité, une momie d'un scribe datant de -1000, un don du vice-roi d'Egypte à la ville de Perpignan en 1847.


Photos


Voir toutes les photos

Photos




Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.