La place Arago




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Histoire      . Voir aussi


Situation et accès

La place Arago est sans doute la plus connue de Perpignan, mais ce n'est pas la plus centrale (se serait plutôt la place de la République, mais c'est un lieu d'échanges, entre les rues de la vieille ville et les quais ou le quartier des Dames de France. Elle est face au tribunal et à côté du palmarium.


Coordonnées GPS : 42.69841719 N, 2.892271289 E.


De quoi s'agit-il ?

La place Arago est l'une des places les plus connues de Perpignan, probablement à égalité avec la fameuse place de la République. Elle se trouve sur le parcours des anciens remparts de la ville, ceux-là même qui furent détruits à la fin du XIXe siècle. D'ailleurs ces remparts avaient, à cet endroit, un bastion qui s'étirait à l'extérieur, sur un glacis sur lequel a été construit le palmarium et un bout du quartier situé de l'autre côté de la Basse.

Cette place est de forme ovale, autrefois une rue ouverte aux voitures permettait d'en faire le tour. De nos jours c'est une vaste esplanade bordée de restaurants très connus à Perpignan, ils sont des institutions locales. Leurs terrasses font partie des plus courues de la ville. Ce lieu est fortement arboré, et plus d'être bordé d'une belle rangée de palmiers. Tout au bout de la place trône la statue de François Arago, auquel la place est dédiée. Enfant d'Estagel, en Fenouillèdes, ce grand physicien fut aussi homme politique, ministre de la France. Un lycée lui est dédié à Perpignan, aussi. Le socle de sa statue est orné, sur 3 faces, de bas-reliefs sur les grandes étapes de sa vie. Il faut aussi savoir que la place est équipée d'une longue fontaine sèche qui fait la joie des enfants de la ville, les jours de grosses chaleurs. On a une installation similaire place de Catalogne, devant les Dames de France.

La place Arago est longée de plusieurs bâtiments emblématiques de la ville : Le tribunal qui date du XIXe siècle, le palmarium, un joli bâtiment art-déco qui a eut plusieurs usages et qui fait office, de nos jours, de restaurants et de poste pour la police municipale. Côté Nord, face au pont d'En Vestit, il y a ce qu'on appelle la dalle Arago, surmontée de la tour Arago. Haute de 8 étapes, c'est le gratte-ciel de Perpignan, du moins celui du centre-ville (Les tours Barande, au Vernet, et les tours du moulin à vent sont plus hautes). Simples tour d'habitation, elle surplombe un parkin qui était, avant les années 2000, une belle dalle faite en marbre. Vieillissante, la mairie a préféré la transformer en parking, ce qui est un projet peu ambitieux quand on sait qu'à peu près au même moment, cette même municipalité détruisait le parkin aérien de la place de la République... Il faut savoir que la dalle Arago est bordée d'un long bâtiment monolitique, c'est l'ancien internat du lycée Arago. Un autre bâtiment lui faisait face, mais il n'existe plus de nos jours. Quand au bâtiment qui ferme la dalle Arago, c'est l'ancien hôpital militaire, qui fut construit sur le reliquat du couvent des Franciscains, dont on voit toujours quelques pièces sur place. Mais tout ceci nous éloigne de la place Arago.



Histoire

Bien sûr l'histoire de la place Arago est liée à celle du quartier où elle se trouve. Au XVe siècle le lieu était un terrain vague appelé "la rambla". Personne n'y avait d'intérêts particuliers, il s'agissait d'une zone inhospitalière en dehors des remparts. Mais peu avant 1863, on retrouve cet endroit nommé ' le bastion des bourgeois'. C'était devenu une promenade assez prisée des perpignanais.

En 1863 la place telle qu'on la connaît fut créée, mais elle n'était dédiée à personne si ce n'est au tribunal de justice construit tout récemment. En 1865 un projet de construction d'une fontaine fut annulé, elle devait se nommer "Monument pour la fontaine de la place du palais de justice". Ce n'est qu'en 1876 que la place prit le nom François Arago. Trois ans plus tard sa statue y fut déposée. La statue elle même est une œuvre d'Antonin Mercier et le socle est de Paul Pujol, architecte.




Copyright 2013 - 2023 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Pour consulter la politique de confidentialité du site veuillez cliquer ici : Politique de confidentialité.

Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.