Remparts de Perpignan




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Voir aussi


Situation et accès

Depuis le début du Moyen-Age Perpignan s'est protégé derrière d'épaisses murailles de pierre. Celles-ci n'ont disparu que récemment (au regard de l'histoire), au début du siècle.

La ville s'est dotée de trois remparts successifs.


Coordonnées GPS : 42.69971935 N, 2.901490714 E.


De quoi s'agit-il ?

Seuls moyens de défense d'une ville, les remparts étaient au Moyen-âge plus que nécessaires pour assurer la tranquillité les habitants. Centrés sur l'église, quasiment tous les villages du Roussillon, du Conflent ou de Cerdagne s'en sont dotés, et force est de constater qu'ils furent la plupart du temps assez utiles. Perpignan ne fait pas exception à la règle, puisque trois enceintes furent successivement construites.


Enceinte primitive

Le premier rempart, édifié au XIIe siècle, a disparu aujourd'hui. Il avait pour fonction de protéger le noyau de la ville de Perpignan qui était l'église St Jean le vieux et le château comtal. Ce rempart était plutôt une "cellera", une fortification à mi-chemin entre le château et le rempart. Le village de Perpignan était situé à l'extérieur.

Cette première enceinte suivait le parcours suivant : rue du Bastion saint Dominique, rue de la Révolution Française, à l'époque place des prédicateurs, rue Bartissol et rejoignait le palais comtal, qui se trouvait sur l'emplacement de l'actuelle rue du Jeanne d'Arc.


Seconde enceinte

Au XIIe siècle le royaume d'Aragon devient une possession du comte de Barcelone. Afin de protéger plus efficacement la ville une seconde enceinte fut construite sur les bases de la première. Curieusement elle n'englobait pas les deux nouvelles paroisses St Jacques et St Matthieu. Son parcours, percé de six portes, était :

Partant de derrière St Jean le vieux, le rempart était percé d'une première porte, le Portal de l'Axugador. Puis il remontait la rue du bastion St Dominique (Songez que ni la cathédrale ni le Campo Santo n'existaient, puis rue de la Manche et rue Foy pour arriver au portal d'Elne, au niveau de la place Rigaud.

De là il repartait vers notre centre ville actuel en longeant la rue de la Fusterie, traversant la place des poilus où se trouvait le portal de Matatoro (il y avait déjà un marché à ce portail), puis poursuivant sa route le long de la rue de la poissonnerie. Au bout de cette rue le rempart arrivait au portal de Mailloles (Pont d'En Vestit). Enfin il bifurquait pour suivre la rive droite de la basse jusqu'au Portal del Toro ( place Arago, nommé toro car il y avait la fontaine del Toro à proximité), et suivait la basse tout droit jusqu'au Castillet (qui n'existait pas encore), où se trouvait le portal del Vernet ou de Notre Dame (en raison de l'église Notre Dame qui se trouvait à l'extérieur de la ville).

Du futur Castillet le rempart partait en ligne droite jusqu'au point de départ, longeant la rue du Castillet.


Troisième enceinte

La ville construira une troisième enceinte à partir de 1277 durant la première année de règne de Jacques II de Majorque. Elle aura pour tache de défendre la partie haute de la ville, la paroisse St Jacques.

Percée de 13 portes, elle commençait à la porte de l'Axugador, derrière le Campo-Santo, montait vers l'église St Jacques, rejoignait le "Puig del Rei" puis le chantier du palais des rois de Majorque, et enfin redescendait vers la Bassa. Elle rejoignait le rempart du XIIe siècle près de la porte de Malloles.


La construction

Si nous n'avons pas de traces de l'enceinte initiale de Perpignan, on peut supposer qu'elle était faite comme la seconde, probablement de façon moins précise. Les deux furent construites en cailloux roulés (issus de la Têt) noyés dans un mortier abondant.

Les deuxième et troisième remparts étaient flanqués de tours semi-circulaires. C'est pas moins de soixante-dix tours qui défendaient ainsi la ville !


La destruction

La destruction des remparts eut lieu au début du XXe siècle, à un moment où la ville était étranglée par cette lourde ceinture fortifiée devenue inutile. Elle fut donc démantelée. Voir le dossier sur la Démolition des remparts de Perpignan pour avoir les détails.


Photos


Voir toutes les photos

Photos




Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.