Eglise St Jacques de Perpignan




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Voir aussi


Situation et accès

L'église St Jacques de Perpignan est sans doute l'église la plus connue la ville après la cathédrale St Jean-Baptiste. Elle se trouve dans le quartier du même nom, rue de la Miranda, au sommet de l'une des deux collines de Perpignan.


Coordonnées GPS : 42.69856 N, 2.90274 E.


De quoi s'agit-il ?

L'église Saint Jacques, à Perpignan, est l'une des plus connue de la ville, si ce n'est la plus connue. Elle se trouve dans le quartier homonyme, sur la butte. On voit bien cette église qui se détache de la végétation quand on vient de l'Est.

Cette église date de 1245, sa construction a été décidée par Jacques 1er de Majorque. A l'époque elle n'était pas incluse dans les remparts, elle le deviendra au cours du XIVe siècle lors de l'extension des remparts. En 1699 une nouvelle chapelle lui est adjointe à l'Ouest, celle de la Sanch. Assez grande, la particularité de l'ensemble réside dans le fait que le mur qui sépare la chapelle de l'église a été abattu, et donc le visiteur peut voir deux retables du maître-autel qui se font face.

Cette église est à nef unique. La voûte repose sur des arcs diaphragmes, elle a été refaite en 1785. Le portail d'entrée est en marbre blanc de Céret, il a été installé au milieu du XVIIe siècle après avoir été démonté de la façade de l'église de la Réal. Le clocher est récent comme la qualité de son appareillage le prouve, il a été construit en 1849. Il faisait suite à deux autres clochers qui ont tout deux été démolis.


Mobilier

Le mobilier de l'église est assez simple en comparaison de la richesse d'autres églises de la région (par exemple celle de St Pierre, à Prades). Elle contient un retable dédié à Notre Dame de l'Espérance (XVe siècle), un consacré au Rosaire (XVIIe siècle, Lazare Trémullas), et quelques statues et peintures baroques. Entre 1808 et 1816, le grand orgue est construit par les frères Grinda après le saccage de l'église pendant la Révolution. Il est restauré en 1905 par la manufacture Cavaillé-Coll-Mutin. Ce très bel instrument comporte une trentaine de registres répartis sur trois claviers manuels et pédaliers. Dans l'ensemble, il est resté homogène et n'a subi que peu de modifications de sorte que son esthétique symphonique est restée intacte.


Photos


Voir toutes les photos

Photos




Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.