Château de Perpignan




. Description      . Situation et accès      . Histoire      . Voir aussi


Situation et accès

Le château de Perpignan a disparu, l'histoire s'est chargée de sa démolition. Il nous reste quelques salles enterrées rigoureusement interdites au public, à cheval entre le cour Maintenon et la rue du Castillet.


Coordonnées GPS : 42.70107643 N, 2.896752606 E.


De quoi s'agit-il ?

Lorsqu'on parle de château de Perpignan, on imagine immédiatement deux bâtiments célèbres, le Castillet et le palais des rois de Majorque. Or le premier n'est qu'une porte de l'ancienne muraille et le second un palais royal d'habitation, il ne s'agit donc pas de château au sens propre.

En fait, le château de Perpignan n'existe plus de nos jours. Il s'agit du château initial de la ville, une place-forte du XIe siècle qui a été détruit au cour du temps. Mais pas complètement, car de ce château initial, il reste une salle dont l'architecture remonte au style du XIe siècle. Elle est complètement enterrée à 5m sous la route actuelle, à cheval entre le cour Maintenon et la rue du Castillet. Cette salle mesure 31m de long, elle a une voûte en berceau lisse. Elle est partagée par un mur de refend élevé à la suite des mouvements de terrains produit par l'édification d'un terre plein de défense en 1597, construit entre le Castillet et la rue du bastion Saint Dominique. C'est d'ailleurs suite à l'édification de ce terre plein que le château devint inhabitable, comme expliqué ci-dessous.

Lors de fouilles entreprises il y a quelques années, il a été repéré une autre salle sous celle mentionnée plus haut. Elle est enterrée à 10 mètres sous terre mais n'a pas encore été étudiée.

Ce château existe donc bel et bien, et c'est surtout le fait qu'il ait été en plein centre-ville qui l'a fait complètement disparaître du paysage urbain, si il avait été en campagne, on en urait sûrement de nombreux vestiges.


Histoire

Au XIe siècle les comtes du Roussillon abandonnèrent leur château de Chateau-Roussillon pour s'installer à Perpignan. Ils construisirent un nouvel édifice à proximité de St Jean le vieux (Consacré en présence de Gausfred II du Roussillon en 1025), ce qui forma une "cellera", c'est à dire un noyau de village composé, de façon classique, d'une église, une place, un château et des maisons tout autour. Ceci est donc le point de départ de Perpignan, centré sur l'ensemble château-Eglise.

En 1116 Arnaud-Gausfred fit don d'un terrain près de cette église afin d'y faire édifier un hôpital. Un peu plus tard, en 1152, un acte de Gausfred III mentionne une sala vetula (salle ancienne) dont il est propriétaire dans ce secteur. Il semble que le palais comtal est été construit sur les restes de cette salle, à cette époque. Le château fut occupé à partir de là.

Au XIIIe siècle les évêques du diocèse d'Elne installèrent leur domicile perpignanais dans ce palais et en firent peu à peu leur résidence annuelle. Rappelons que le siège de l'évêché fut jusqu'en 1601 à Elne, mais qu'il y avait une représentation locale de l'évéché sur place, d'où son changement d'affectation. Par la suite le château fut occupé jusqu'à la fin du XVIe siècle (1597), année où l'on éleva un terr-plein défensif entre le Castillet et la rue du bastion St Dominique. Cet aménagement rendit le château inutilisable, qui se dégrada. Abandonné de tous il tomba en ruine à partir de cette époque.

Au début du XXe la société Bartissol fit cimenter une partie de la salle restante pour accueillir une citerne. Celle-ci avait pour but d'alimenter l'usine électrique qu'ils avaient fait construire dans les locaux de St Jean le vieux, la vieille église qu'il avait racheté.




Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.