Château-Roussillon




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Patrimoine      . Histoire      . Cartes Postales

Château-Roussillon est un hameau de Perpignan, à l'Est en direction de Canet. Il est sur une petite colline sur laquelle se trouvait à l'époque antique l'opidum de Ruscino, mais c'est aussi un ancien village indépendant qui ne s'est jamais suffisament développé pour devenir indépendant de Perpignan.

Et pourtant de nos jours il y aurait de quoi le considérer comme indépendant. Il est en effet centré autour d'une église et d'une petite place, les maisons sont resserrées tout autour et quelques rues s'éloignent de ce noyau urbain. Ce qu'il y a, c'est que les rues sont en fait des anciennes routes qui menait à l'église et le long de laquelle ont été construites d'autres maisons, il n'y a que très peu de rues transversales qui pourrait former un coeur de ville dense. Ca donne l'impression de Château-Roussillon n'est qu'un agglomérat de maisons successives que réellement un hameau concentré. Il y a pourtant des services publics : Une école pour l'éducation, des arrêts de bus pour le transport. Et globalement, la vie sur place à l'air particulièrement agréable puisque le hameau est noyé dans la végétation. C'est une végétation souvent éparse, nous ne sommes pas dans une grande forêt, mais les rues sont arborrées, il y a une zone boisée importante et les routes sont la plupart du temps bordées de haies masquant les champs cultivés ou les friches environnantes. La raison pour laquelle le hameau ne s'est jamais vraiment étendu est dû à la géologie et son emplacement géographique.

C'est en effet parce que Château-Roussillon se trouve au sommet d'une petite falaise dominant la Salanque, à portée de vue d'une large zone plate, que les premiers celtes ayant décidé d'habiter par ici sont venus s'installer ici. Cette falaise, côté Nord, se poursuit en tournant jusqu'au Sud, et géologiquement parlant, il s'agit d'un reste de tertre avec uniquement un accès par l'Ouest, ce qui en faisait un endroit idéal. Qui plus est, le futur oppidum était un site stratégique puisqu'au centre de la plaine du Roussillon. Si cette endroit était parfat pour nos lointains ancêtres, les francs du Xe siècle, lorsqu'ils sont arrivés ici, on su profiter de cette endroit pour s'installer... mais pas se développer, puisque l'endroit est trop exigüe pour créer une large zone urbaine. C'est Perpignan, tout proche mais plus accessible, qui se développa au détriment de Château-Roussillon.

La vie sociale dans ce hameau est plutôt forte. Nous pas qu'il y ai une foule d'associations ou de lieu d'échange, mais il existe une entraide innée entre les habitants, ceux-ci n'étant pas très nombreux. Toutefois cet état de fait était plus fort autrefois, il tend à disparaître, et ça malgré le fait qu'il n'y a pas de nouvelles maisons qui se construisent ici. Les arrivées se font par rachat d'anciennes maisons existantes.

Un mot enfin sur la très belle église de Château-Roussillon, un véritable chef d'oeuvre de travail réalisé à l'époque romane, comme le prouve son architecture. Il reste également une tour de l'ancien château qui se trouvait ici et dont il ne reste, mis à par cette tour, qu'une partie des murs de soutènement Nord. Et pour être tout à fait complet sur ce hameau, il faut citer le chatelain de Chaâteau-Roussillon Guillaume de Cabestany. Ce personne était troubador, il vécu entre les XIIe et XIIIe siècle.

En savoir plus sur Guillaume de Cabestany.


Photos


Voir toutes les photos



Situation et accès

Chateau-Roussillon est un hameau de Perpignan situé à deux kilomètres à l'Est, mais cette distance à tendance à se réduire vu les lotissements qui se construisent dans cette direction. Il s'agit d'un lieu sur lequel se trouvait un oppidum romain, capitale de la région et qui lui a donné son nom : Ruscino. Ruscino est de nos jours un site archéologique.

Carte des communes

Coordonnées GPS : 42.70608081 N, 2.945373005 E


Patrimoine, curiosités à voir sur place

Le patrimoine de Château-Roussillon est impressionnant par rapport à la petitesse de ce hameau. Il se compose de plusieurs pièces majeures.

Tout d'abord il y a de façon évidente l'oppidum de Ruscino. Il s'agit d'un oppidum romain construit sur les vestiges d'un ancien village celte (que l'on nommera ultérieurement 'gaulois'). Ce site fut appelé ultérieurement Ruscino, qui donna le nom de Roussillon et celui de château-Roussillon. C'est donc ici, l'origine géographique du Roussillon. Cet oppidum possède de nos jours plusieurs vestiges, tous situés sur un terrain jouxtant la falaise septentrionale du site. Avec une vue tout autant dégagée que celle que l'on a à Château-Roussillon trout proche, le site présente un canal en pierre, des socles de piliers plantés à intervalles réguliers et des bases de murs des édifices qui s'y trouvaient. Si le terrains, de nos jours, est un simple champs parsemé de ces pierres, le fait de savoir qu'elles ont plus de 2000 ans et qu'elles sont à l'origine de la civilisation dans ce coin de France est impressionnant.

Ensuite, il faut faire un bon temporel pour arriver au XIe siècle et découvrir le site occupé par les francs. Ils y construisirent la chapelle Ste Marie attestée en 1153 mais de construction antérieure. Cette chapelle est remarquable par la qualité des décorations de son chevet, en arcature aveugle. La précision du travail, de la jointure des pierres, de l'arasement de leurs faces en font un véritable chef-d'oeuvre de l'art roman précoce. Une de ses originalités et la couleur rouge foncée de ses pierres, une couleur rare par ici. Cette chapelle a traversé les âges sans dégâts, sans être détruite et reconstruite, c'est une chance de l'avoir encore de nos jours.

Ensuite il y a à Château-Roussillon la vieille tour du château féodal, quasiment l'ultime vestige de ce château avec le mur de soutènement Nord. Particulièrement haute et fine, ces caractéristiques la distingue des autres tours castrales d'autres châteaux, dans les environs. Par exemple le château de Canet, plus à l'Est, possède des tours basses et trapus, plus en adéquation avec la nécessité défensive du site. La présence d'une tour si haute et fine semble indiquer qu'il s'agit d'une tour de surveillance, uniquement. Son but devait être de permettre de voir le plkus loin possible, mais pas d'assurer la défense du site.

Enfin le hameau de Château-Roussillon possède un ancien lavoir, vestige d'un passé pas si lontain que ça.


Histoire

Lors de la conquête de la région par Charlemagne, celui-ci fait de Ruscino le chef-lieu de la politique du tout nouveau comté du Roussillon lors de sa création. C'est à cette époque que l'on a construit un nouveau château (Castrum Ruscinonense) qui sera utilisé jusqu'au XIIe siècle. En fait la première mention du château comtal, construit sur les vestiges de la ville antique, remontent au début du Xe siècle. De cette époque il ne reste que la tour qui dresse fièrement sa silhouette et la chapelle. La tour est de forme cylindrique, haute de 20 mètres et n'a que 3 mètres et demi à l'intérieur. Elle est construite en galets de rivière et permettait de communiquer avec d'autres tours de surveillance, à travers le réseau développé par les rois de Majorque. La tour date du XIIIe siècle

Quand à la chapelle, elle est citée la première fois sous la forme Ecclesia Sanctae Mariae en 1153, mais il semble qu'elle est réellement été construite plus tôt, au XIe siècle. En 1153, elle a été refaite quasiment complètement. En 1385, on la retrouve en tant qu'église rurale (Ecclesia ruralis), puis en 1401 elle est unie à la communauté de St Jean de Perpignan, preuve de sa désaffection. Elle se compose de deux nefs, la nef principale et la nef annexe, plus étroite. Chacune à son abside. La partie la plus ancienne est faite en galets et mortier, alors que l'autre, plus récente, est en grès rose d'Espira de l'Agly. La différence de qualité de construction saute aux yeux. L'intérieur de l'église est orné de peintures murales (époque moderne). L'église et la tour son inscrite à l'inventaire des monuments historiques en 1944.

Vers le XIIe siècle la ville tombe en décadence pour ne plus s'en remettre. On retrouve le village dans les possessions des Castelnou vers la fin du XIIIe siècle. C'est en effet en 1299 que le roi Jacques 1er le Conquérant donne la seigneurie de Château-Roussillon à Arnaud de Castelnou.

Bien qu'on n'en ai pas la preuve, Château-Roussillon doit avoir suivi les terres des Castelnou puisqu'en 1378 c'est Pierre de Perapertusa, issu des comtes de Fonollet, qui prend le titre de seigneur de Castell-Rossello. Or la vicomté de Castelnou passe aux mains des vicomtes de Fenouillet durant le XIVe siècle, ce qui semble expliquer que Château-Roussillon a toujours été un fief de cette famille jusqu'à l'extinction de la branche.

Le 2 juin 1415 Pierre Albert de Perpetusa, fils de Pierre, seigneur de Château-Roussillon, fonde un ermitage sur ce lieu "afin de plaire à Dieu". La présence d'un ermite est attestée le 8 août 1445. Cet ermitage apparaît en 1577 sous le nom de de Ste Ruffine, puis en 1688 sous celui de Hermita de Santa Rafina. La révolution française ayant fait supprimer tous les édifices religieux qui ne soient pas des paroisses, Ste Ruffine ne connut plus d'ermites à partir de cette époque. Restaurée en 1988, la chapelle était devenue depuis 1982 une annexe de la paroisse St Jacques de Perpignan.

Après la période des seigneurs de Peypertuse, la seigneurie de Château-Roussillon passa successivement dans les mains de plusieurs familles. Celle des Canta la possédait en 1629, elle la transmit à la famille Oms qui en fit don à la ville de Perpignan. En 1775 l'église est restaurée, comme le prouve la date inscrite sur la clef de voute. A cette occasion les artisants utilisèrent quelques blocs de calcaire coquillier provenant d'un édifice antique. Il reste de nos jours une tour du château toujours fièrement dressée sur son escarpement, particulièrement visible depuis qu'a été ouverte la nouvelle voie rapide vers Canet-en-Roussillon.

Je vous conseille à présent de lire l'histoire de Guillaume, lié à ce village.


Cartes postales anciennes

1

1

Une seule carte postale disponible



Copyright 2013 - 2022 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Pour consulter la politique de confidentialité du site veuillez cliquer ici : Politique de confidentialité.

Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.