Odeillo




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Patrimoine      . Histoire      . Voir aussi

Odeillo est un hameau de Font-Romeu, qui porte d'ailleurs le nom officiel de "Font-Romeu-Odeillo-Via". C'est un hameau rattaché physiquement à sa ville de tutelle, c'est à dire qu'il n'y a pas de séparation entre les deux zones urbanisées. Odeillo est sous Font-Romeu, les deux sont reliés par la Départementale qui serpente.

Une rue d'Odeillo

Une rue d'Odeillo

Le coeur du hameau est un peu à l'écart de cette route. Il n'est pas vraiment organisé autour d'un site particulier, généralement c'est une palce principale, ou l'église. Là, l'église est longé par la route annexe - quand même assez passante - et à tendanc à couper en deux Odeillo qui a, dans sa partie basse, l'église, la mairie, les terrains de sport, et dans sa partie haute les habitations. Les rues sont classiques, il n'y a rien de spécial à en dire, si ce n'est qu'en hiver il faut faire un peu attention, elles sont vite gelées.

L'annexe de la mairie est un bâtiment remarquable doté d'une tour-clocher au sommet de laquelle il y a une jolie structure métallique. Elle fait face aux terrains de tennis, au boulodrome et au parc de jeux pour les enfants.

L'hiver c'est bien sûr les activités de la station de ski qui rythment le hameau. Moins prégnantes qu'à Font-Romeu, ces activités pèsent moins dans la vie de tous les jours que là-bas. Odeillo a construit un tissu social important qui assure une certaine entraide dans la population.


Photos


Voir toutes les photos

Photos



Situation et accès

Odeillo se trouve au Sud de Font-Romeu, c'est un hameau accolé. Il faut suivre la Départementale ou passer par les petites rues pour s'y rendre.

Carte des communes

Coordonnées GPS : 42.49704098 N, 2.034181869 E


Patrimoine, curiosités à voir sur place

Le four solaire d'Odeillo

Le four solaire d'Odeillo est l'un des quatre fours de ce type du département, quoi qu'il y ait une différence entre un four et une centrale. (Le four est un moyen de chauffage - extrême - alors que la centrale est destinée à produire de l'électricité. Les autres sont Thémis, le four solaire de Sorède (aujourd'hui disparu) et le four de Mont-Louis, plus modeste.

Le four d'Odeillo est une très grande construction dont la face Nord est un grand miroir concave sur lequel sont projetés les rayons du Soleil de dizaines de miroirs plats qui lui font face. La concavité fait concentrer les rayons dans un foyer qui prend une température particulièrement élevée. Ce four appartient au CNRS, il est tout à fait possible de le visiter (et même conseillé !)

En savoir plus sur le four solaire d'Oreillo


Autres éléments

Le patrimoine d'Odeillo se compose essentiellement de l'église Saint Martin du hameau. Construite avant 839 (date de sa première mention dans les documents), elle fut remaniée une première entre les XIe et XIIe siècle, mais seules quelques traces de ce temps-là nous reste de nos jours puisqu'elle a été modifiée à plusieurs reprises par la suite.

Voici, ci-dessous, le petit texte explicatif d'un panneau donnant des informations sur cette église, sur place.

L'élément le plus remarquable est le portail occidental XIIe siècle qui, à l'origine, se trouvait au Sud, et ses vantaux à pentures romanes. La grille sur le sol de l'entrée (appelé "trenque cames" ou "brise jambes") empêchait les bestiaux d'entrer dans l'église. A l'intérieur se trouvent des retables des XVIIe et XVIIIe siècles.

La porte est inscrite aux Monuments Historiques, ses vantaux et les pentures. Elle contient une Vierge du XIIe de Font-Romeu (en hiver seulement), un Christ du XVIIe/XVIIIe, un autre du XVIIIe, un retable du XVIIe consacré au Christ et à saint Martin, plus trois statues de Saints des XVIIe et XVIIIe siècle.

Sinon dans le hameau on rencontre une petite structure de maréchal-ferrand, c'est fait de 4 piquets en granit plantés dans le sol reliés par des tiges en bois, formant un enclos permettant de tenir un cheval au calme facilement. Il y a aussi une croix en fer forgée sur un grand socle en pierres, toujours dans le hameau. A noter qu'au Sud d'Odeillo se trouve une zone géographique nommé "El Castellar", soit "Le château". On peut donc imaginer que si on faisait des fouilles archéologiques sur ce site, on y découvrirait peut-être les restes d'une fortification quelconque.


Histoire

Le site d'Odeillo était occupé dès l'âge néolithique. Au Ve siècle avant JC, les Keretanis occupaient le Cerdagne. Ceux-ci nous ont laissé de nombreuses traces de leurs présences, et ici c'est au cœur même du village que l'on a retrouvé ces traces.

Le village, lui, s'est développé durant le Xe siècle après la construction de son église initiale. Cette église, dédiée à St Martin, est citée la première fois dans l'acte de consécration de la cathédrale d'Urgell, en 839, sous le nom d'Hodellone. Elle dépendait à cette époque des Comtes de Cerdagne. En 1035, le compte Guifred en fit donation à Saint Martin du Canigou, en Conflent, qui le transmet à l'évêché d'Urgell un peu avant la Révolution Française, jusqu'au Concordat de 1801. C'est à peu près à cette époque que l'église initiale sera largement remaniée. Nous ignorons tout des premiers seigneurs d'Odeillo, mais on trouve une trace du village dans le fogatge (recensement) de 1359 indiquant que "Odello del abat de Sent Merti" a 10 feux, c'est à dire une soixantaine de personnes. Mine de rien il s'agissait déjà d'un assez gros village.

La commune de Via sera rattachée à Odeillo en 1828, avant d'être rattaché à Font-Romeu par la suite.




Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.