Ermitage de Font-Romeu




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Voir aussi


Situation et accès

L'ermitage de Font-Romeu est situé à l'entrée de la ville, quelques centaines de mètres avant, lorsqu'on arrive de la plaine.


Coordonnées GPS : 42.51239666 N, 2.045938896 E.


De quoi s'agit-il ?

L'ermitage de Font-Romeu est un des lieux religieux les plus connus du département des Pyrénées-Orientales. Il se trouve à l'extérieur de la ville, le long de la RN116, à droite avant d'entrée dans Font-Romeu.


L'histoire de l'ermitage de Font-Romeu commence en 1001. Le comte de Cerdagne, Guifré, fondait sur les contreforts du Canigou le Monastère de St Martin qu'il dota en 1007 de toutes les possessions d'Odeillo, d'Egat et de Targasonne. Ces moines eurent pour taches de développer la dévotion à Marie et créèrent de nombreuses statues à son effigie, qu'ils éparpillaient un peu partout dans leur territoire.

Elles étaient particulières; faites en bois peint ou doré, de marbre ou de pierre, quelquefois même mais rarement en cuivre, étain ou plomb. Assise sur le trône, elles sont revêtues d'une tunique (appelée "Stola") et recouverte d'un manteau plus ou moins long. Sur la tête elle porte un voile qui encadre leur visage et tombe sur les épaules, et elles sont pieds-nus. Elles sont caractérisés par le fait qu'elles portent l'enfant Jésus sur les genoux ou le bras gauche, comme si elles le présentaient. Ces Vierges sont appelées "de type romane", par opposition au "type byzantin", plus ancien, qui porte l'enfant contre la poitrine.

Au début du XIIe siècle le comte de Foix, dernier héritier des comtes de Cerdagne et du Conflent fit une incursion armée dans le pays. Des églises furent pillées (Les comtes de Foix étaient à l'époque favorable à l'hérésie cathare), et du coup il semble être normal que nombre de ces statues aient été caché.

La suite relève de la légende de l'invention.


La légende de l'invention

Voici le texte de la légende de l'invention, rapporté par le curé de Font-Romeu au XVIIIe siècle.

La Vierge de Font-Romeu

"Un troupeau de gros bétail d'Odeillo était en dépaissance, sous la garde d'un bouvier. Or il arriva qu'un taureau s'esquivait fréquemment du reste du troupeau et se rendait auprès d'une fontaine, creusant avec feu le sol et poussant des beuglements extraordinaires. Le bouvier mettait tout en oeuvre pour le rappeler de peur qu'il ne s'égarât. Poussé à bout, le bouvier allait un jour déchaîner contre lui sa fureur et ses coups lorsque, au sentiment de colère qui l'anime, succède la curiosité. Il observe alors le taureau et découvre dans la fontaine l'image de la Vierge que le taureau avait tant de fois signalé. Transporté de joie, il court vers la paroisse d'Odeillo annoncer le miracle. La communauté d'Odeillo rendit grâce à ce miracle en construisant une chapelle en ce lieu."


L'histoire de la Chapelle

Cette chapelle primitive était de dimensions modestes. Elle est citée en 1324 sous le nom de Ecclesia Sanctae Mariae. En 1525 elle fut remplacée par une autre, plus vaste. De nombreuses processions étaient organisées à des jours de l'année divers, elles étaient appelées "Aplechs". Les principaux aplechs étaient :

  • "El Pajar", le dimanche de la trinité,
  • "Canta" des malades, le 3e dimanche après la Pentecôte,
  • le 2 juillet, fête de la visitation,
  • le 4 août, fête du couronnement,
  • le 15 août, fête de l'Assomption,
  • le 8 septembre, fête "del Baixar", resté fête de Font-Romeu.

Les deux aplechs qui attira le plus de monde eurent lieu les 8 septembre 1944 et 1945 où les prisonniers déportés vinrent dire leurs remerciements à la Vierge.

Le sanctuaire ancien fut remplacé en 1685 par le sanctuaire actuel. En 1686 on construisit les deux chapelles latérales, mais ce n'est qu'en 1712 qu'on bâtit le Camaril (petite chambre dédiée à la Vierge), que l'on flanqua de lourds contreforts en 1741. Deux portes font communiquer le sanctuaire avec la cour de l'ermitage qui comprends les bâtiments annexes suivants :

  • En 1693 et 94, une maison fut construite attenante à la chapelle (agrandie en 1722)
  • En 1733, on construisit un bâtiment abritant la piscine (continuée de 1748 à 1753)
  • En 1876, la cours est définitivement clôturée
  • En 1911, on construisit le bar populaire
  • Enfin en 1939, on construisit la route qui permit aux voitures de ne plus passer en plein milieu de la cour !

Enfin il faut savoir que c'est en 1806 qu'un décret impérial fit de l'ermitage de Font Romeu une annexe d'Odeillo, et que c'est par ce biais que la ville de Font-Romeu, au XXe siècle, le récupèrera.


Le retable

Chef d'oeuvre de Joseph Sunyer, le retable de l'ermitage de Font-Romeu a été sculpté entre 1704 et 1707 puis doré et polychromé par Félix Escriba.

Réalisé en 1718 par Sunyer et décoré entre 1730 et 1734 par Escriba, le camarill, genre de petit salon situé derrière le retable, permet de rendre visite à la Vierge de l'invention. Dans ce boudoir baroque, éclairé par un lanternon octogonal, 4 anges grandeur nature jouent de la contrebasse, de la tenora, du violon et du hautbois. C'est un trypique à la gloire de Notre Dame, il raconte les principaux épisodes de sa vie.

Mis à part ce retable, la chapelle possède d'autres éléments de mobilier : Les retables de la Vierge (XVIIe) et de St Joseph (XVIIIe) une statue de St Martin (XVIIIe), et la chapelle du Camaril, par Sunyer.


L'Applec

L'applec de Font-Romeu à la chapelle de l'ermitage a une origine bien particulière, le couronnement de la Vierge. Il s'agit d'une tradition ancestrale consistant à ceindre la tête du saint d'une couronne durant une cérémonie religieuse.

Les préparations furent initiées par Monseigneur Carsalade du Pont, évêque de Perpignan, elles durèrent un certain temps, ce qui permit à la population de se préparer et d'arriver au grand jour avec une impatience non dissimulée. Tout d'abord, il fallut demander l'accord au pape pour le couronnement de la Vierge de Font-Romeu, ce qui fut fait. Le pape Pie XI fur le signataire de l'accord. En parallèle il fallut faire la couronne d'or et de pierres précieuses. On leva une souscription publique dans ce but, qui atteignit la somme voulue. Ainsi les 4 et 5 août 1926 fut procédé au couronnement de la Vierge et l'enfant Jésus dans une fête grandiose, rassemblant une foule immense. Le couronnement fut fait par le cardinale Louis Dubois, archevêque de Paris.

Pendant ces deux jours, la fête a battu son plein à font-Romeu, devenue une capitale régionale pour l'occasion.


Photos


Voir toutes les photos

Photos




Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.