Targasonne




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Patrimoine      . Histoire

Le village de Targasonne est plutôt curieux, dans son urbanisme. Construit sur la base d'un coeur de ville minuscule, il a développé 3 quartiers périphériques, mais sans que l'ensemble soit cohérent. On imagine sans peine que ce n'était pas une volonté de séparer les quartiers les uns des autres mais que le terrain le nécessitait.

Il faut dire que la ville s'est construite le long de la départementale 618 qui va de Mont-Louis à Ur. 7 Le coeur de ville est construit sur la gauche en allant à Ur, et il n'est constitué que de la mairie, l'église et son cimetière attenant, la piscine et quelques maisons de l'ancien temps, le tout réuni dans un secteur géographique très petit, sans vraiment de rues. Un peu plus à l'Ouest et du même côté de la route on trouve le Veïnat de Baix (Hameau bas), guère composé que d'un croisement et d'une dizaine de maisons. De l'autre côté de la route se trouve la Veïnat de Dalt (Hameau haut), et la Solana, un quartier plus récent fait de maisons modernes s'étalant sur le pan de la montagne. En catalan, une solana, c'est le flanc de la montagne ensoleillé. Il n'y a rien de spécial à Targasonne du point de vue équipement public, hormis la piscine, petit complexe aquatique ludique qui amène la population des villages alentours. Mais à part ça, les seuls établissements publics sont classiques.

La vie à Targasonne semble assez tranquille, plus ou moins soumise à l'activité des villes alentours, un peu plus importante qu'elle. Par exemple l'activité économique n'est représentée que par un électricien et un plombier, un vétérinaire et un dentiste. Pour les autres services il faut s'adresser dans les villes autour.

Si Targasonne est connu c'est surtout par la centrale solaire Thémis et ses chaos. Les chaos de Targasonne, comme expliqué ci-dessous, sont des amoncellements de roches sphériques permettant l'escalade, le tout dans un paysage magnifique. C'est d'ailleurs un point fort de la ville, son environnement. Le site de Targasonne est tout simplement magnifique, il est le long du plateau cerdan, sur la face la plus ensoleillée, à une altitude élevée mais sans excès, entouré de champs et de forêts. Quelques sentiers permettent de s'y promener tranquillement, les plus intéressants partent vers les chaos.

Vers l'Ouest part une route qui mène à plusieurs endroits : Tout d'abord à Thémis, la centrale solaire expérimentale construite au début des années 80 pour tester le pouvoir de l'énergie solaire avant que la France ne s'oriente vers les centrales nucléaires, bien plus productives. Cette centrale existe toujours, elle fonctionne mais n'est utilisée que pour les expérimentations scientifiques. C'est un outil moderne, efficace, et qui se visite.

Dans le même secteur vous avez aussi un grand champs verdoyant, vaste, légèrement en pente. Pourquoi est-il remarquable ? C'est tout simplement le point de départ des amateurs de vol à voile. Chaque week-end de plein soleil ils sont nombreux à se réunir par ici, préparer leurs équipements et s'élancer le long de ce champ pour gonfler leurs voiles.

Enfin il y a dans le coin deux villages abandonnées et de nos jours complètement disparus, l'un datant du XIIe siècle, l'autre préhistorique.




Situation et accès

Targasonne est en Cerdagne, à quelques kilomètres au Nord de la route qui mène à Puigcerda.

Carte des communes

Coordonnées GPS : 42.49902593 N, 1.995742212 E


Patrimoine, curiosités à voir sur place

Targasonne dispose de plusieurs éléments intéressant, d'un point de vue culturel et patrimonial. Son église est dédiée à St Saturnin, elle date du XIIe siècle. Elle a une nef romane et une abside refaite ultérieurement. Elle contient un retable de St Nicolas (début XVIIe), un retable du Christ (XVIIe), une Vierge assise du XIIIe siècle ainsi qu'une statue de St Saturnin du XVIIIe siècle. Deux pierres tombales, dans le petit cimetière, sont datées de 1694.

En plus de l'église, le territoire de Targasonne possède deux chapelles, toutes deux consacrées à St Vincent. La première contient un retable de 1770, l'autre est aujourd'hui en ruine.


Les chaos de Targasonne

Les chaos de Targasonne
Chaos de Targasonne

Le territoire de Targasonne est mondialement connu pour ses chaos, de lourdes pierres en granit arrondies par l'érosion naturelle et disposées anarchiquement sur un vaste site de 4Kms de long. De nos jours ces rochers sont impressionnants : D'aspect arrondi et rugueux, ils offrent aux amateurs d'escalade une infinité de voies pour la pratique de leurs sports, de tout niveau. Mais le site est avant tout un but de promenade, un endroit où les enfants apprécieront l'aspect labyrinthique du lieu.

En savoir plus sur les chaos de Targasonne.


Villalte et Avellanosa

Sur les hauteurs du site des chaos de Targasonne, il y avait un ancien village médiéval nommé de nos jours Villalte. Il date du XIIe siècle. Les cartes IGN gardent une trace de ce lieu aujourd'hui disparu. Par ailleurs, un peu plus au Sud-Ouest mais toujours dans le même secteur se trouvait un autre village, mais préhistorique, celui-là. On appelle ce site Avellanosa et lui aussi est indiqué sur les cartes. C'est un site préhistorique découvert par Pierre Campmajo, archéologue. Il y a là-bas un habitat du IVe siècle avant JC qui se caractérise par de la céramique typiquement cerdane, preuve de l'unité culturelle de la région. Les chaos de Targasonne ont attiré les premier habitants dès 2000 ans avant JC, à l'époque du bronze.


Thémis

Le bâtiment principale de la centrale solaire de Thémis
Thémis

Thémis ? Quel drôle de nom !

Il s'agit d'une centrale électrique solaire, construite dans les années 70 pour tester la rentabilité de la production d'électricité solaire par rapport à d'autres sources, dont le nucléaire. Thémis est donc une grande centrale solaire, opérationnelle et efficace, mais devenue improductive, comme prévu dès le début du projet. En effet, une fois les tests faits, elle devait cesser ses activités et devenir un centre de recherche, ce qu'elle est effectivement devenue.

Elle est assez impressionnante, il faut bien le dire. Elle se compose essentiellement d'une tour contenant le four où se concentrent les rayons de nombreux héliostats sphériques. Il y a plusieurs bâtiments sur le site, et il est possible de le visiter. En fait, la visite est même chaudement recommandée à tout ceux qui s'intéressent à ces technologies, les enfants en premier. Le personnel de Thémis organise des ateliers de découverte des énergies pour les enfants. Ils repartent avec des petits robots bougeant à partir de cellules photovoltaïques !

En savoir plus sur la centrale solaire de Thémis.


Le dolmen

Targasonne possède sur son territoire un dolmen. Il se trouve au Nord-Est du village, sur la Solana, assez près du sommet. On peut y accéder par un chemin goudronné mais non entretenu qui monte de façon assez raide dans la montagne.


Histoire

Préhistoire et antiquité

L'histoire de la Cerdagne remonte assez loin dans le temps. Si nous n'avons pas vraiment de restes de la lointaine époque du paléolithique, il n'en n'est pas de même pour le néolithique, dont les civilisations ont érigés entre autres des dolmens et quelques menhirs. Malheureusement pas à Targasonne, où la présence d'habitat n'est attesté qu'au Ve siècle avant JC. On sait qu'a cette époque les Keretanis occupaient la Cerdagne. Ceux-ci nous ont laissé de nombreuses traces de leurs présences, et à Targasonne c'est au cœur même du village que l'on a retrouvé ces traces.

Par la suite les kérétanis disparurent, mêlés aux différentes civilisations qui leurs ont succédé. En particulier aux romains (-128), qui occupèrent et firent fructifier le plateau cerdan, même si c'était beaucoup moins que la plaine. A la chute de l'Empire romain, les wisigoths ne se sont guère aventurés en Cerdagne (408), pas plus que les sarrasins (735). Il fallut attendre l'arrivée des carolingiens en 811 pour que commence l'histoire du village.


Moyen-âge

Lorsque les territoires du Roussillon et de Cerdagne furent occupés par les francs, Charlemagne y appliqua le système féodal. La Cerdagne fut un comté, de même que Bésalù et le Roussillon, le tout rattaché à la marche d'Espagne, un espace militaire de la taille du Languedoc-Roussillon actuel.

Chrétiens, les francs favorisèrent le développement des églises, fédérant les habitations, ce qui créa les villages. Ainsi voit-on apparaît Targasonne. Mais nous n'avons pas de texte sur lequel est stipulé le nom de Targasonne durant le haut Moyen-âge, pour trouver une première trace du village il faut étudier l'église St Saturnin, qui a les caractéristiques d'une église du XIIe siècle. A cette époque les églises initiales, quand elles existaient, ont été remplacé par d'autres, plus solides et plus vastes, ce sont les églises romanes que nous connaissons aujourd'hui.

La Cerdagne passera après au comte de Barcelone, devenu roi d'Aragon. Avec la lignée des rois d'Aragon, la Cerdagne connaîtra un bon essor. En 1659 le traité des Pyrénées coupera en deux le plateau Cerdan, mais cette séparation n'a semble t-il pas eu d'influence sur le village, qui a vu passer en 1794 les armées espagnoles et françaises lors de la guerre déclenchée l'année précédente.



Copyright 2013 - 2022 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Pour consulter la politique de confidentialité du site veuillez cliquer ici : Politique de confidentialité.

Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.