Notre Dame de Juhègues




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Histoire      . Voir aussi


Situation et accès

Notre Dame de Juhègues est une chapelle située à l'extérieur de Torreilles en direction de St Laurent de la Salanque. Pour y accéder il faut prendre un chemin qui part sur la gauche, juste avant de traverser l'Agly.


Coordonnées GPS : 42.76102778 N, 2.982805556 E.


De quoi s'agit-il ?

La chapelle de Juhègues est une ancienne paroisse de la Salanque transformée au XVIIe siècle en ermitage. De nos jours c'est plus une chapelle limitrophe de la ville de Torreilles qui fait un bon but de promenade.

Cette chapelle appartient à la ville de Torreilles, qui y organise régulièrement des concerts de musique ou des expositions temporaires. C'est un lieu convivial ou la population se regroupe pour participer à la vie sociale de la ville. De tels lieux sont fréquents en Roussillon, on peut citer les villes proches de Pia et sa chapelle Notre Dame de la Salut ou Claira et l'ermitage Saint Pierre de Vilario.

La chapelle a une dimension importante, elle fait 22 mètres de long sur 9 de large. Elle comporte deux chapelles latérales. curieusement il a été construit une petite tour carrée pour loger la statue de la vierge. La chapelle abrite d'intéressantes statues du XVIe, XVIIe et XVIIIe siècle.


Etymologie

Juhègues aurait dans son étymologie le mot "Juif". D'après quelques écrits la communauté juive était importante à Torreilles.


Photos


Voir toutes les photos

Photos


Histoire

Moyen-âge : le village de Judaïcas

C'est au haut Moyen-âge qu'apparaît le village de Judaïcas, un hameau doté d'une chapelle à mi-chemin entre Torreilles et St Laurent, sur la rive de l'Agly. Cette chapelle servira d'église paroissiale au village pendant tout le moyen-âge, jusqu'à sa disparition au cours du XVIIe siècle. La première mention de Judaïcas date du IXe siècle, mais la première trace écrite date de 1089 sous le vocable de Sancta Maria de Villa Judaicas. En 1220 on retrouve le lieu dabs yb acte de donation de l'église aux templiers. Il semble que la chapelle ait été construite à proximité d'un château, probablement une villa fortifiée, comme s'était souvent le cas dans la région.

Ces derniers firent de grands travaux d'assainissement du Roussillon et de la Salanque. L'idée était, pour eux, de récupérer le maximum de terrains cultivables. Pour ça, mis à part les travaux d'assèchement des étangs du côté de Bages, ils élevèrent des digues le long de l'Agly pour le canaliser, le détournant de son embouchure (L'Agly se déverse naturellement dans l'étang de Salses et pas directement dans la mer comme de nos jours). Le résultat de ses travaux permit d'assécher la Salanque, les petites crues de la rivière étant maîtrisées. Partout, sauf à Judaïcas, où la communauté religieuse laissait l'Agly déborder régulièrement, envahissant le village, et cela probablement pour encourager la communauté juive à quitter la région. Rapidement le village passera sous la coupe de Jacques de Majorque (1245), fils de Jacques 1er le conquérant. A la chute du royaume de Majorque, il deviendra une propriété du seigneur de Château-Roussillon, puis plus tard du vicomte de Castelnou.


XVIIe siècle : Ermitage de Juhègues

Au XVIIe siècle, la population de Judaïcas s'était éteinte. Or cette époque était aussi celle de l'essor des ermitages. C'est donc tout naturellement que la chapelle paroissiale fut transformée en ermitage. Le premier d'entre eux était François Laball. C'est lui qui, en 1638, fit construire le bâtiment d'habitation jouxtant la chapelle. Commence alors pour l'église une nouvelle période caractérisée par les grands pèlerinages des habitants de la Salanque à Notre Dame de Juhègues. Ces pèlerinages (appelé Aplec dans la région) étaient alors monnaie courante et chaque lieu avait sa date de procession. Juhègues avait son aplec le 8 septembre.

Les ermites assuraient la garde et le service des lieux, ils augmentaient le revenu de la chapelle en allant quêter dans les villages alentours. Le successeur de François Laball fut Guillaume Portas. Jusqu'au XVIIIe siècle, les ermites étaient des religieux. Ils portaient la bure et représentaient une caution morale irréprochable. Sans les vénérer, ils jouissaient d'une certaine popularité.

En 1749 la chapelle fut reconstruite, marquant le désir de la communauté de Torreilles de poursuivre cette activité. En 1790 la révolution française mit un terme à ses pratiques. Les révolutionnaires abolirent les usages religieux, déclarèrent biens nationaux tous les biens du clergé qui ne soient pas des paroisses et les vendirent. De même tous les objets religieux pouvant servir à battre monnaie étaient fondus et réutilisés. Les ermitages, malgré la popularité dont ils jouissaient auprès des populations locales, fut obligés de fermer. Notre Dame de Juhègues fut ainsi vendu en tant que bien national.

Au début du XIXe siècle l'assouplissement des lois sur la religieux autorisa à nouveau la pratique des ermites (réouverture au culte en 1801). Mais devenu moins fervent, ils n'assuraient plus la même fonction qu'avant. Proche de la population, ils s'étaient sécularisés, rendant la fonction moins attrayante. Les communautés eurent de plus en plus de difficultés à trouver des ermites et Notre Dame de Juhègues finit par fermer définitivement.

A la fin du XXe siècle la mairie de Torreilles a réhabilité le site.




Copyright 2013 - 2018 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.