Facebook Instagram X

Estoher




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Patrimoine      . Histoire      . Etymologie      . Héraldique

Estoher est un village du Bas-Conflent, près de Prades, un peu en retrait dans les prémices du massif du Canigou. Son territoire partage une partie de la forêt domaniale du Canigou, justement, et c'est l'une des caractéristiques de ce territoire : Fortement boisé et montagneux, la seule partie en plaine est celle correspondant au village lui-même, plutôt installé dans le bas de la vallée du Llech.

Le village d'Estoher est assez petit. La route y menant le longe sans y pénétrer, desservant les nombreuses maisons éparses à l'Ouest. Une rue entre dans le centre et dessert une autre rue parallèle à la route, c'est elle la voie principale traversant Estoher. L'église est en plein coeur de ville, comme souvent. L'urbanisme d'Estoher n'a rien de remarquable, c'est un village mignon, tout à fait agréable mais sans rien de particulier. Les maisons du centre sont adossées deux à deux, ce sont des maisons à un étage comme souvent. Une petite place centrale permet de réunir la population pour les festivités qui sont régulièrement organisées ici.

Et il faut dire qu'Estoher sait faire la fête, il y a régulièrement, et encore plus l'été, de nombreuses manifestations qui permettent aux habitants mais aussi à la population des villages environnants, de profiter de bon moments en famille ou entre amis. La vie sociale à Estoher est plutôt importante, il y a beaucoup d'associations par rapport au nombre d'habitants.

Par contre, économiquement parlant, Estoher est plutôt faible. Il n'y a pas de commerce à l'année, mais des commerces ambulants passent régulièrement en ville. Et le nombre d'entreprises inscrites à Estoher est faible. Il s'agit soit d'entreprises agricoles, soit des entreprises qui exercent dans le domaine de la construction, pour la plupart.

Estoher est donc un joli village, assez bien placé, plutôt au calme, mais qui n'est pas bien grand. Heureusement qu'il y a une vie sociale assez développée sur place.




Situation et accès

Estoher est une ville du Bas-Conflent dans le secteur de Vinça/Ille-sur-Tet, donc tout proche des plaines fertiles du Ribéral dont elle profite des bienfaits. Pour se rendre sur place il faut prendre la route de la Cerdagne. Arrivé près de Vinça vous verrez les panneaux indicateurs pour Estoher.


Patrimoine, curiosités à voir sur place

Le patrimoine d'Estoher est relativement riche par rapport à la taille du village aujourd'hui. Il se compose essentiellement de l'église, dédiée à St Etienne. La pierre tumulaire se trouvant sur la façade porte une inscription datée de 1285. L'église contient plusieurs retables : du Rosaire (XVIIIe), de l'Immaculée-Conception (1665) et du Christ (XVIe). Il y a aussi une statue de St Etienne (XVIe), de St Laurent (XVIe), de St Jean-Baptiste (XVIe), deux de St Joseph (XVIIe et XVIIIe), de Ste Philomène (1842), ainsi qu'une croix en bois du XIVe siècle et deux toiles du XVIIIe représentant St Paul et St Pierre.

Mis à part l'église, le territoire d'Estoher possède un oratoire, dédié à St Michel du Canigou. On a conservé de l'ancien cimetière une croix en fer, aujourd'hui dans le village. Ce dernier possède quelques maisons du XVIIIe siècle et deux portails datées de 1608 et 1611.

Enfin, rappelons que la chapelle Saint-Jean-de-Seners se trouve sur le territoire d'Estoher, ainsi qu'un village disparu du nom de Llech.


La chapelle Saint-Jean-de-Seners

La chapelle Saint-Jean-de-Seners, sur le territoire d'Estoher
La chapelle Saint-Jean-de-Seners

La chapelle de Seners se dresse aujourd'hui seule au milieu des chênes, témoignant du passé d'un petit village mentionné dès 958, abandonné il y a longtemps en raison de son emplacement en zone minière. Cet édifice assez petit, aux formes romanes classiques d'une nef unique et d'un chevet semi-circulaire sous une voûte en berceau brisé, incarne l'histoire de cette région.

La chapelle de Seners est un petit édifice caractérisé par une nef unique et un chevet semi-circulaire orienté.

En savoir plus sur la chapelle Saint-Jean-de-Seners.


Le village disparu de Llech

Le Mas del Llech, sur le territoire d'Estoher
Le Mas del Llech

Llech est le nom d'un ancien village désormais disparu, il était dans les gorges de la rivière du même nom. On le connait de nos jours sous le nom de Mas del Llech puisqu'au fil du temps, il a été abandonné et ne fut, dans ses derniers moments, qu'habité dans un mas qui s'est retrouvé peu à peu isolé.

De nos jours il reste sur place les vestiges de ce mas, fortement envahi par la végétation. On peut s'y rendre en allant aux gorges du Llech, le mas est à la sortie des gorges, sur la rive droite.

En savoir plus sur le village disparu de Llech.



Histoire

Le territoire d'Estoher ne possède pas de vestiges de l'époque préhistorique. Nos lointains ancêtres ont pourtant vécus dans les collines du Conflent, qui étaient pour eux idéales (boisées, proches de la plaine, douces au climat). Quelques autres communes des environs possèdent, en guise de preuve, des dolmens ou menhirs, bien que l'érection des mégalithes soient apparue assez tardivement (-2200).

Par la suite, ni les celtes (-500), ni les romains (-121), ni les wisigoths n'ont laissé de traces sur le territoire d'Estoher. Après l'Invasion sarrasine et le dépeuplement du Roussillon, c'est Charlemagne qui parvient à prendre cette région (811) et qui la pacifie. Commence alors l'ère chrétienne, et avec elle la multiplication des églises rurales. C'est ainsi qu'apparu le village d'Estoher.

Estoher est cité pour la première fois dans un acte daté de 879 sous le nom de Villa Astovere. Son église, dédiée à St Etienne, date du XIIe siècle. Il s'agit d'un édifice de style roman dont il nous reste encore quelques vestiges. Elle a été remplacé par une seconde église, plus moderne pour l'époque, au XVIIe siècle.

Village par nature agricole, sa population était essentiellement composée de paysans. Les recensements anciens montrent qu'elle se montait à 587 habitants en 1851 pour décroître peu à peu jusqu'à nos jours ou le village compte 200 habitants. De nos jours la commune d'Estoher compte sur son territoire deux autres villages ruinés : Llech et Seners.


Etymologie

Le nom d'Estoher provient des mots "Asto" signifiant "Branche" et "Vere Bero" signifiant "Ours". Un bien curieux nom apportant la preuve de la présence de cet animal jusque dans le Conflent.


Héraldique

Description du blason d'Estoher

Expression héraldique

De gueules, à trois pierres d' or, deux en fasce, une en pointe.

Description

Le blason d'Estoher est assez simple. Pour l'expliquer, il suffit de reprendre son expression héraldique pour la décortiquer. Quand un blason commence par la couleur générale, c'est qu'il est d'un seul tenant, il n'est pas scindé. Ici, il est "De gueules", c'est à dire "Rouge". Les trois pierres sont dites "d'or" (c'est la couleur jaune en héraldique). Le reste de la définition sert à disposer les trois pierres. Deux sont en "fasce" (c'est une bande horizontale), la troisième en "pointe" (c'est à dire en bas du blason, à sa pointe). Voilà, c'est aussi simple que ça.

Explications

Le blason d'Estoher est représenté avec trois pierres d'or sur fond rouge. En héraldique, le rouge se dit "de gueule" et le jaune "d'or". Visiblement, il ne s'agit pas d'une arme parlante (C'est à dire dont la représentation identifie le lieu par jeu de mots ou rapprochement phonétique) Il faut bien avouer que j'ignore la signification d'un tel blason.



Copyright 2013 - 2024 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Pour consulter la politique de confidentialité du site veuillez cliquer ici : Politique de confidentialité.

Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.