Iravals




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Patrimoine      . Histoire

Iravals, que l'on connait aussi sous le nom d'Yravals, est un hameau de Latour-de-Carol, qui se trouve dans la vallée du Carol, au bout de la Cerdagne française. C'est une vallée qui monte vers le Nord dans laquelle serpente la route qui monte en Andorre, elle est donc assez fréquentée. Mais Iravals est à l'Ouest de la ville, sur des terrains un peu en contrebas, à un ou deux kilomètres à peine du centre de Latour-de-Carol.

Il existe essentiellement deux raisons pour aller à Iravals : Soit sous vous rendez dans l'une des résidences de vacances qu'il possède sur son territoire, et il n'y en a pas beaucoup, soit c'est pour voir la très belle église St Fructueux. Cette église est la curiosité locale, c'est un bel édifice plutôt connu dans la région qui attire les touristes amateurs de vieilles pierres, l'été. Mais mis à part cette église, il n'y a rien d'autres à faire de Iravals, mis à part si on réside sur place. Quelques routes très longues desservent les lieux de vie touristiques, donc il n'y a de l'animation que l'été, et un peu l'hiver, mais les inter-saisons sont plutôt désertes. C'est pourtant une zone agréable, avec quelques petits cours d'eau, une campagne verdoyante au printemps, mais les aménagements ont été faits pour les résidences de vacances et pas pour la balades.

Iravals est donc plutôt agréable, mais seulement si vous y résidez. Sinon, c'est l'église St Fructueux qui sera votre point de chute.


Photos


Voir toutes les photos

Photos



Situation et accès

Iravals, que l’on trouve aussi orthographié Yravals, est un hameau de Latour de Carol. Il se trouve à quelques minutes à peine de Latour de Carol, de l'autre côté de la rivière.

Carte des communes

Coordonnées GPS : 42.46000992 N, 1.892448736 E


Patrimoine, curiosités à voir sur place

C'est bien sûr l'église St Fructueux qui retient l'attention à l'Iravals.

Elle date du IXe siècle, autant dire des premiers temps de la chrétienneté dans la région. Elle est mentionnée dans un document pour la première fois dans l'acte de consécration de la Seu d'Urgell au début du Xe siècle. Cet acte précise que la paroisse de Vallis Eravals (vall Iravals, c'est à dire la vallée d'Iravals) était la plus importante de la région.

Elle se compose d'une nef unique terminée d'une abside semi-circulaire. Sa façade est un mur-clocher accueillant deux cloches et elle dispose d'un porche, au Sud. Son toit est revouvert d'ardoise, comme ça se fait par ici. Datée d'une époque si ancienne c'est forcément une église romane. On le constate par sa forme trapue, son style monobloc et ses fenêtres à arases, petites et étroites. Cette église remplaça très probablement d'autres édifices plus anciens construits en bois, et donc ayant naturellement disparus.

L'intérieur de l'église contient plusieurs statues de la Vierge et du Christ, et les retables du XIVe siècle Ste Marthe, de Ramon Destorrents, et de St Fructueux, du XVIe siècle, de Peytavi et Verdaguer. Mais si cette église est si connue, c'est pour son antépendium. Il date du XIIe siècle et se trouve comme il se doit devant l'autel. D'après son style, l'antépendium d'Iravals a été fait par la maison du maître d'Avia, un peintre roman tardif qui travailla dans plusieurs régions de l'actuelle catalogne, dont la Cerdagne.


Le retable gothique St Marthe

Face à la porte d'entrée se trouve un triptyque représentant des scènes de la vie de sainte Marthe, la sœur de Lazare. Dans un des panneaux de droite on reconnaît parfaitement le château du roi René à Tarascon. Il est attribué à Ramon Destorrents, célèbre peintre de la cour de Barcelone. Initialement cette pièce était placée dans l’église de Latour de Carol. Le texte ci-dessous est de Marcel Durliat, qui en fait une description précise :

La sainte [Ste Marthe], qui est vêtue d'un très riche manteau dessinant, dans la chute de ses plis, l'élégante arabesque des galons brodés, se détache à la partie centrale sur un fond poétique d'or et d'étoffes précieuses Le pinacle supérieur triangulaire, orné de fleurons, contient une crucifixion à deux personnages seulement, sur un fond tout aussi richement orné de rinceaux. La fantaisie narrative trouve l'occasion de se manifester dans les scènes latérales. C'est, à gauche, le repas de Jésus dans la maison de Marthe et de Marie, la première sert le Seigneur avec un regard de réprobation pour Marie agenouillée dans l'attitude de la contemplation. Les personnages trouvant difficilement à se loger dans l'espace restreint, le peintre s'est autorisé à prolonger le dessin de la tête de Jean sur le cadre du pinacle. La scène voisine représente tout à la fois l'arrivée en Provence des deux saintes et de saint Maximin, ainsi que la domestication de la Taras-que.

Sur le compartiment inférieur est peinte la résurrection de Lazare, sans aucun respect pour la chronologie des événements, mais avec le souci très net d'ordonner la scène sur le modèle des funérailles chrétiennes, avec accompagnement du clergé et présence de la croix processionnelle. Le premier panneau de droite, est consacré à la résurrection du jeune homme que les eaux du Rhône avaient emporté, non pas suivant la version de la Légende Dorée, où sainte Marthe triomphe elle-même de la mort en invoquant le nom de Jésus, mais en faisant intervenir Jésus personnellement pour sauver le noyé qui se dresse dans le fleuve. La seconde scène de droite correspond à la venue de Madeleine, appelée par Marthe mourante pour rallumer les flambeaux éteints par le vent et chasser les esprits mauvais. L'artiste ne s'est pas davantage astreint à suivre servilement le texte de la Légende Dorée : Madeleine devient une garde-malade compatissante qui approche de la malade une cuillerée de la potion présentée par une servante. La même simplicité, riche de rayonnement spirituel, caractérise le dernier épisode où l'on voit le Christ, accompagné par la cour des anges, accueillir l'âme de la défunte, en présence de Madeleine et de saint Maximin.


Histoire

Si on n’a pas de traces de l’occupation des sols datant d’avant l’ère chrétienne, c’est probablement parce que cette vallée n’était pas vraiment habitée, tout au plus traversée. Quelques rares vestiges nous prouvent que les civilisations successives ont, si ce n'est habités, au moins passés par la vallée du Carol. La trace la plus évidente est la présence de roches gravées ainsi qu'une inscription en langue ibére, donc du néolithique. Remarquons que ce lieu ne nous a pas laissé de vestiges des époques celtes (-500), romaines (-128) et sarrasines (-735).

En fait la première apparition de ce hameau est faite à travers l’église romane qui existe toujours, elle est citée la première fois dans l'acte de consécration de la cathédrale d'Urgall, en 839. Cet édifice pré-roman a fait place à une église romane du XIe siècle, celle là même qui existe toujours dans le hameau.

Il s’agissait d’un antique village protégé par une tour sise sur un piton rocheux. Cette tour était la 3e ligne de défense de la vallée du Carol après la tour cerdane et le château de Carol, et après sa destruction elle accueillera sur ses fondations l’église du nouveau village de Latour de Carol, celui qui existe de nos jours. Mais entre la christianisation de la vallée et l’avènement de Latour de Carol, c’était bel et bien Iravals qui était le principal village de la vallée, en termes de population, d’activités industrielles ou agricoles et même militairement.

La très belle église St Fructueux d’Iravals est assez bien conservée extérieurement. Il s'agit d'un édifice à nef unique voûté en berceau et possédant une abside semi-circulaire. Son clocher est de type mur, il a 2 arcs. Nous avons la chance de la posséder encore dans son état initial, elle n'a été que très peu modifié depuis. A l'intérieur on trouve un retable de St Fructueux de 1572, un Christ du XIIe, une Vierge du XIIIe, une chasuble du XVIe.



Copyright 2013 - 2022 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Pour consulter la politique de confidentialité du site veuillez cliquer ici : Politique de confidentialité.

Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.