Facebook Instagram X

Les Abeilles




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Histoire      . Etymologie

Les Abeilles est le nom que l'on donne a un ancien village qui se trouve de nos jours sur le territoire de Banyuls-sur-Mer, à l'Ouest. C'est une ancienne paroissiale médiévale qui a eut une population relativement importante pour l'époque à laquelle il s'est développé (XIV au XVIe siècle), mais qui a peu à peu décliné et a complètement disparu depuis.

C'est de nos jours un lieu abandonné fait de plusieurs bâtiments en pierre, la plupart délabrés. Seuls quelques uns sont encore debout, avec leurs toits. Le bâtiment le plus intéressant est la chapelle, un beau bâtiment en pierre sèche de plan rectangulaire avec un chevet en hémicycle. Ce chevet a un rayon un peu inférieur à la largeur de la chapelle, ce qui restreint le choeur par rapport à la nef. Le toit est en tuile canal, mais celui du chevet est en ardoise, et il est particulièrement bien fait. Le chevet a une petite fenêtre en plein cintre, étroite et petite, à simple abrasure. Son mur semi-circulaire a une rangée de pierres posées en oblique, une architecture originale mais courante dans la région. Les murs sont renforcés de pierres de taille, comme s'était souvent le cas dans les constructions de cette époque.

La chapelle a un porche un mur latéral. C'est un grand bâtiment si on le compare à la chapelle. Il a une entrée rectangulaire toute simple surmonté d'un clocheton très haut, tout en pierre. Quelques-une des maisons utilisent de la brique, souvent pour les contours des portes et des fenêtres.

Le paysage aux alentours des Abeilles est parfois lunaire. Il est composé essentiellement de végétation à base d'arbustes épineux, quelques chênes-liège, et quelques terrains agricoles divers. Le mas des Abeilles est une belle destination de randonnée, du côté de Banyuls-sur-Mer.




Situation et accès

Banyuls est connu internationalement pour diverses raisons : Laboratoire Arago, réserve marine, etc. Mais sa haute vallée l'est beaucoup moins. Elle a pourtant connu une histoire riche en évènements. Point central de la vallée, le Mas des Abeilles, siège d'une ancienne paroisse. Il faut également savoir que Cerbère était une dépendance des Abeilles durant tout le Moyen-Age.


Histoire

Préhistoire

Les premières traces d'activités humaines apparaissent au néolithique récent, aux alentours de -2200. Les collines des Albères ont toujours constituées un refuge idéal pour les populations, surtout de l'époque néolithique. De nombreux mégalithes se trouvent tout au long de la chaîne des Albères, aussi bien du côté Sud que du Nord.

Par la suite les ibéro-ligures vinrent d'Afrique peupler la pourtour méditerranéen, puis durant l'antiquité phéniciens et romains occupèrent la côte. Nous n'avons pas de preuve de l'avancé de ces civilisations dans les Albères mais nul doute qu'au moins les romains les ont occupé.


Moyen-Age

La haute vallée de Banyuls s'est peuplée grâce au monastère St Quirk de Culera au XIIe et XIIIe siècle. Cette abbaye, aujourd'hui en Espagne, essaima des familles un peu partout dans la vallée. Ainsi apparurent les lieux du mas de la Roma, des Abeilles, mais aussi à Tourneoules, à Vallauria, etc. La première mention de la paroisse des Abeilles apparaît en 1248 sous le nom de Sancta Maria de ses Abeylles.

Au milieu du XIIIe les premières seigneuries apparaissent. La haute vallée de Banyuls est alors possédée par le comte d'Empories et son vassal Guilhem de Pavo, tout comme Cosprons et Paulilles. En 1249, un acte nous prouve leurs possessions : le roi d'Aragon autorise la construction d'une força au comte et d'un castri à Guilhem aux Abeilles. Cette autorisation fait suite à la fortification des terres nord-catalanes en vue de préparer la future frontière de 1258 entre la France et la Catalogne.

La haute vallée de Banyuls restera sous la direction de la famille de Pavo jusqu'au XVe siècle. A ce moment cette famille perdra de son influence et son territoire passera au comte d'Empories. Ce passage marquera le déclin de la haute vallée au profit de la plaine et de son église St Jean, déclin qui ira en accélérant jusqu'à nos jours où les colline sont toutefois toujours habitées.


XVIIe siècle : L'ermitage des Abeilles

La paroisse, qui apparaît en 1372 sous le nom de parrochia de Apibus disparut durant le XVIe siècle. Le lieu ne fut pas abandonné pour autant, mais il n'y avait pas suffisamment de familles pour justifier d'une paroisse.

Le XVIIe siècle fut celui des ermitages. Un peu partout en Roussillon les anciennes chapelles, issues des paroisses disparues ou des châteaux désaffectés furent converties en ermitages. Les édifices religieux furent modifiés, restaurés, et on y construisit des bâtiments annexes pour loger l'ermite. Ce fut le cas de la chapelle des Abeilles dont la nef fut transformée en 1651. En 1681 deux chapelles furent ajoutées sur le côté droit. Ce nouvel édifice accueillit donc un ermite dont le rôle social était important : Ils représentaient la moralité, le bon sens, et étaient accessibles, contrairement aux premiers ermites du Moyen-âge.

L'ermitage des Abeilles traversa les années sans évènements majeurs jusqu'à la révolution française. En 1790 la jeune république déclara les biens religieux comme étant des propriétés d'Etat et s'appropria donc tous les bâtiments religieux qui n'avaient pas le statut de paroisse, et cela malgré la forte opposition de la population attachée à ce mode de vie.

Durant le XIXe siècle un deuxième essor de l'érémitisme apparut mais ne concerna pas cette vallée. Alors qu'en plaine, la plupart des anciens ermitages rouvrent leurs portes suite à l'assouplissement des lois anti-cléricales, les Abeilles resta à jamais fermé. De nos jours les bâtiments sont à l'état de ruines.


Etymologie



Les Abeilles est un bien curieux nom pour un ancien village. Il provient d'une succession de transformation étymologique. Ce lieu est connu vers le XIVe siècle sous le nom de "Spedulia", traduit par le latin "Apilis", puis converti en catalan "Abelles". De là, la francisation en "Les Abeilles" est évidente.



Copyright 2013 - 2024 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Pour consulter la politique de confidentialité du site veuillez cliquer ici : Politique de confidentialité.

Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.