St Estève




. Photos      . Situation et accès      . Patrimoine      . Histoire      . Etymologie      . Héraldique      . Cartes Postales


Histoire

La Salanque est une terre riche, au sens où le sol permet la culture maraîchère ou fruitière. Ca veut dire aussi qu'elle est impropre à la conservation de vestiges préhistoriques, et c'est la raison pour laquelle on ignore tout de cette lointaine période dans la région.

Vers -500 les celtes envahirent le Roussillon, ils en seront délogés par les romains en -128, eux-mêmes perdant leur territoire en 412 par les wisigoths, qui occupèrent la région. En 735, les wisigoths furent anéantis par les sarrasins, venus du Maghreb, qui conserveront le territoire du Roussillon jusqu'à la reconquête franque en 811. C'est à partir de cette date que commence l'époque médiévale, avec le découpage en comté.

Dès la reconquête, des églises furent bâties un peu partout dans la région pour attirer les populations venues du Nord de la France, et sans que nous en soyons sûr c'est très probablement ainsi qu'apparu St Estève. Au tournant de l'an 1000 les habitants furent peu à peu assujettis à un seigneur, propriétaire de la paroisse. Si on ignore quels étaient les premiers seigneurs de St Estève, on sait que le village était une possession de la famille de Montesquieu (en Vallespir) au XIIe siècle, puis à la couronne d'Aragon à qui elle fut aliénée en 1357 pour passer ensuite dans les mains de différentes personnes.

L'histoire de la ville au moyen-âge nous échappe, elle nous revient en 1642 pendant le siège de Perpignan par Louis XIII, lequel établi son Quartier Général à St Estève, plus exactement à la métairie "En Johan Pauques", qui deviendra du coup "Mas del Rey" (les catalans comprendront, les autres peuvent me demander la traduction. Comme personnage illustre, il est à noter que Molière y séjourna également.


Photos


Voir toutes les photos

Photos


Patrimoine, curiosités à voir sur place

St Estève a une particularité hydrologique, son canal. C'est en effet très tôt, en 1040, soit 300 ans avant Rivesaltes que fut creusé le canal d'alimentation en eau de la ville. Ce canal, partant de la Têt, permettait à un moulin de faire tourner ses roues. Ce moulin vient d'être restauré par la municipalité, ses abords ont eux aussi été aménagés récemment. Il se trouve au centre-ville de nos jours.

Du point de vue du patrimoine, mis à part le Mas del Rey, dont on parle plus haut, il faut citer la chapelle St Mamet, en cours de travaux pour rénovation, une porte fortifiée du XVIe, qui se trouve dans le village, ainsi que l'église paroissiale St Etienne.



Situation et accès

Saint Estève se trouve dans la plaine de la Salanque, au Nord-Ouest. C'est une ville qui touche l'agglomération de Perpignan, sans que les deux zones urbaines soient réellement entremêlées. On y va de plusieurs façons, la plus simple étant de prendre la sortie "Saint Estève" qu'il y a sur la route de Narbonne, quand on va vers le Nord.

Carte des communes

Coordonnées GPS : 42.71297146 N, 2.84402754 E


Etymologie

L'origine de St Estève se trouve dans une villa romaine nommée "Acutianum". Ce domaine foncier prospéra et fut repris par les carolingiens durant le VIIIe et IXe siècle. En 995 on trouve le village sous le nom de "Villa Aguzan".


Héraldique

Description du blason de St Estève

Description

Le blason de St Estève a un fond de gueules (rouge). Trois attributs l'ornent : Deux pierres, rappelant le supplice de St Estève, le monastère de la ville et une rose, évoquant Ste Dorothée, patronne des horticulteurs et particulièrement vénérées dans la commune.


Cartes postales anciennes

1

1

Une seule carte postale disponible



Copyright 2013 - 2018 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.