Caramat




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Histoire

La description de ce site est simple : Il n'y a rien à voir.

Il s'agit juste une colline boisée à partir de laquelle le visiteur a un magnifique vue sur la vallée du Capcir et ses champs à perte de vue. De là on voit le village de Puyvalador et on peut distinguer d'autres villages ou hameaux comme Réal, Odeillo de Réal, Villeneuve de Formiguères. A noter que si on poursuit la route qui longe la montagne on passe dans le département de l'Aude, vers Axat.

Caramat n'est donc pas une destination touristique, c'est juste le lieu où se trouvait un ancien village désormais complètement disparu. Seul point d'intêret, mis à part la vue bien sûr, c'est la possibilité de faire quelques balades le long de cette colline. Attention toutefois à ne pas vous approcher trop près de la carrière de pierre qu'il y a derrière, elle pourrait être dangereuse.

Caramat n'intéressera donc que les amoureux de l'histoire locale qui découvriront sur place le site d'implantation de l'ancien village.




Situation et accès

Caramat est un lieu du Capcir ayant eu à une époque un village. Depuis le temps, le village a été abandonné, les maisons se sont transformées en ruine et les ruines ont disparu. Puis, le nom même de Caramat a disparu, il ne reste de nos jours plus qu'une indication sur la carte IGN pour se remémorer ce lieu de vie. En pratique, il s'agit d'une petite colline boisée tout au Nord du département des Pyrénées-Orientales, au fond du Capcir (Le Capcir est cette vallée au Nord de Mont-Louis dans laquelle se trouve Les Angles et La Llagonne). Elle est après Puyvalador sur la gauche en remontant la départementale.

Pour y aller, il faut monter à Mont-Louis, suivre La Llagonne, traverser Formiguères et dépasser Puyvalador. La colline de Caramat est juste après ce dernier village. Mais la vrai question n'est pas de savoir comment s'y rendre, c'est de savoir pourquoi s'y rendre ?

Carte des communes

Coordonnées GPS : 42.66919004 N, 2.131557122 E


Histoire

Vers la fin du IXe siècle, seule l'église de Formiguères existait (833). Il faut dire que les comtés n'avaient été conquis par les francs que peu de temps avant. (793-811) Ceux-ci, et en particulier Charlemagne, instaurèrent le système féodal. La vallée de l'Aude fut une possession du comte de Razès, et le restera jusqu'en 877, au moment où il sera récupéré par le comte de Cerdagne, liant la vallée à la Catalogne et pas au Languedoc. Vers la fin du IXe siècle, l'abbaye de St Jacques de Joucou, en Razès, influença le comte pour qu'il fasse créer des églises en Capcir. L'idée était de fédérer les populations montagnardes autour des édifices religieux. C'est ainsi que parut Caramat.

A la fin du IXe siècle, Caramat était cité en tant que Villula. Il s'agit d'un petit hameau, quelques manses tout au plus, à la différence d'une Villa (village). La villula de Caramat appartenait à St Jacques de Jocou. Son église était dépendante de celle de Formiguères, qui, elle, avait un archiprêtre. En 1286, on retrouve le village en tant que possession de Guillem de so, vicomte d'Evol. Ce puissant vicomte possédait la plupart des hameaux du Capcir, à l'exception de Puyvalador et Formiguères, une ville royale.



Copyright 2013 - 2022 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Pour consulter la politique de confidentialité du site veuillez cliquer ici : Politique de confidentialité.

Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.