Glorianes




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Patrimoine      . Histoire

Glorianes fait partie de ces micro-villages comme il en existe quelques uns dans le département des Pyrénées-Orientales. Situé tout au bout de la vallée du riu Fagès, il fut autrefois relativement prospère grace à sa capacité d'agriculture, puis par l'exploitation des mines de fer du Canigou. De nos jours Glorianes est composé d'une vingtaine de maisons dont quelques unes sont en mauvais état réparti le long de la route, lorsqu'elle se termine. A noter la présence d'un hameau, le mas Faix, à 500m de là. Quelques autres maisons ont été construites sur les terrains alentours. Ce relatif isolement est compensé par un cadre de vie magnifique, le paysage est vraiment grandiose ici, avec une belle vue sur la vallée et de nombreux sentiers de randonnées qui partent des maisons.

La vie ici semble assez simple. Les habitants se connaissent tous bien sûr, et il y a une certaine entraide qui est d'autant plus importante que la population est plutôt agée. C'est d'ailleurs le problème majeur de Glorianes car si il n'y a pas de nouvelles installations le risque est tout simplement l'abandon du village, ni plus ni moins. Il n'y a pas de vie associative ici, mais c'est compensé par les relations entre voisins, forcément fortes.

Glorianes dispose de plusieurs éléments du patrimoine intéressant, comme le dolmen qui se trouve juste à côté du village, sur la droite. Il y a aussi deux mines d'or abandonnées, sur le territoire du mas Cordier et donc inaccessibles, une dalle préhistorique et l'ancienne chapelle St Estève, sur les hauteurs.




Situation et accès

Glorianes est un village du Bas-Conflent, dans une vallée étroite qui part vers le Sud. Le village est à flanc de colline dans un endroit plutôt isolé, d'autant plus que la route est en cul de sac.

Carte des communes

Coordonnées GPS : 42.58940404 N, 2.554455124 E


Patrimoine, curiosités à voir sur place

L'église St Etienne

L'église de Glorianes, construite en schiste, est dédiée à St Etienne. Elle est de construction tardive, dotée d'une architecture globalement proche du gothique. Elle traîne toutefois des restes d'un style roman directement hérité des siècles précédents, comme par exemple son portail en marbre rose surmonté d'un plein cintre. Elle a été modifié à de nombreuses reprises avec l'adjonction de chapelles latérales et la construction du clocher mur au XIXe siècle.

A l'intérieur, on y trouve un retable du maître-autel sculpté par Louis Générés vers 1665 ainsi que différents objets religieux du XVIIe siècle.


Saint-Etienne de Sofrunys

Le territoire de Glorianes possède deux autres édifices religieux : St Etienne de Sofrunys, une ancienne paroisse désaffectée et la chapelle St Anne.

St Etienne de Sofrunys est typiquement roman, avec une architecture classique du style roman catalan : édifice à nef unique sous voûte en berceau, voûte soutenue par des arcs doubleaux. Le chevet est animé par des arcatures aveugles et des lésènes.

En savoir plus sur la chapelle San Esteve de Sofrunys.


Mine d'or

Et oui, dans le mot "Glorianes", il y a "or". Etymologiquement parlant les deux mots sont liés, il faut bien qu'il y ai eu des mines d'or par ici. Et c'est le cas, on trouve deux mines à peu de distance l'une de l'autre. Elles sont le long de la route, sur le flanc gauche de la montagne, à mi-hauteur. Un petit sentier y monte, mais il ne faut jamais y aller. D'une part, c'est un terrain privé, d'autre part c'est particulièrement dangereux.

En savoir plus sur les mines d'or de Glorianes.


Dalle gravée

Glorianes est très peu connu pour sa dalle préhistorique. C'est une dalle gravée par nos lointains ancêtres de motifs particuliers. Elle se trouve en pleine lande, sur les hauteurs de Glorianes.

En savoir plus sur la dalle gravée.


Histoire

Petit village du Conflent, Glorianes se distingue dès l'époque préhistorique. La présence de civilisation durant le néolithique est attestée dans le Roussillon, l'époque mégalithique (-2500 à -2200) est particulièrement bien représentée avec deux éléments de premiers plans : le Roc de l'Amorriador, un dolmen, et la dalle gravée de Glorianes , une superbe dalle ornée de gravures rupestres. Le dolmen est gravée d'une croix chrétienne, signe probablement d'origine wisigothique. Ces derniers étaient en effet chrétiens, ce qui peut expliquer les rares symboles religieux datant de cette époque.

La suite de l'histoire est obscure, les wisigoths (408) puis les sarrasins (735) ne nous ayant pas laissé de traces sur le site de Glorianes. Il faudra attendre l'arrivée de carolingiens (811) et la conquête de la région par Charlemagne pour que s'installe le système féodal du haut Moyen-âge.

A cette lointaine époque il est très difficile de trouver des traces des lieux, et Glorianes n'échappe pas à la règle. On trouve les premières mention du village en 1349, soit relativement tard. Il était doté d'un château (castrum), en fait une sorte d'enceinte fortifiée au sein de laquelle pouvait se réfugier la population, et possédait sa propre église. Les maisons devaient selon toute logique se trouver aux pieds des murailles, les habitants cultivant la terre aux alentours.



Copyright 2013 - 2021 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.