Facebook Instagram X

Sequerre




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Histoire

Le village antique de Séquere se repose à 670 mètres d’altitude, sur le granit du plateau éponyme, offrant des panoramas saisissants. À l’ouest, il surplombe la vallée du col des Auzines, offrant une vue jusqu'aux confins de l'Aude, avec le majestueux Bugarach en toile de fond. À l’est, les contours de Força Real se dessinent, la mer étincelante se profile. Vers le sud, le Canigou se dresse fièrement, observable dans toute sa splendeur.

De ce passé, seules les ruines de la Chapelle romane dédiée à Saint Vincent, la bergerie (probablement l'ancien presbytère) et le "château", une ferme fortifiée, persistent. Au sud de ces vestiges, des murs et fondations témoignent de l'histoire érodée par le temps.

La chapelle, avec sa nef unique orientée est-ouest, s'étend sur 18,2 mètres de long et 7,2 mètres de large. Sa partie ouest se distingue par une tribune, jadis accessible par un escalier, son entrée étant du côté sud. Les caractéristiques architecturales (plan, structure, ouvertures, décors polychromes) suggèrent une origine romane datant du XIIe siècle, davantage éclairée dans une conférence de Géraldine Mallet, professeur à l'Université de Montpellier, accessible ici (33 mn).

Jusqu’au XXe siècle, des statues étaient visibles, puis déposées par les habitants de Trévillach au cimetière communal, aujourd'hui disparues, témoins d'un passé révolu... Autrefois propriété privée, cette terre est désormais sous la tutelle communale, confiée à une association par le biais d'un bail emphytéotique.

La bergerie, vraisemblablement l'ancien presbytère, à proximité immédiate de la chapelle, s'étend sur 8 x 10 mètres sur 2 niveaux. Actuellement en triste état, cette propriété privée servait de bergerie.

Le château, une structure parallélépipédique d'environ 13 mètres sur 20, haute de dix mètres, aurait été érigé à la fin du XIIe ou au début du XIIIe siècle. Deux étranges piliers, surnommés les Demoiselles par les habitants, émergent de ses entrailles, s'élevant à plus de 12 mètres. La toiture a disparu, ravagée par les flammes des grandes compagnies espagnoles au XIVe siècle, témoignant de son édification pour protéger le Conflent des invasions de Fenouillèdes.




Situation et accès

Lieu-dit du Fenouillèdes mais proche du Conflent, Sequerre ou Séquières se situe sur un plateau rocheux dont un versant est en à-pic. De nos jours il en reste les ruines d'une bergerie et d'autres d'une chapelle. La présence d'une chapelle indique que ce lieu avait une certaine popularité, du moins qu'il y avait au haut Moyen-âge de nombreuses familles qui y vivaient, mais pas suffisamment pour ériger la chapelle en paroisse.


Histoire

Sequerre apparaît pour la première fois dans un document datant du XIe siècle. Il stipulait qu'un alleu englobait Palmes et Sequerre, qui se trouve actuellement sur la commune de Trévillach ("Alodem de Palma vel de Sachera") Aujourd'hui, Séquerre est abandonné. On a peu d'informations sur son histoire, mais en consultant des registres d'état-civil on trouve parfois une mention sur ce lieu. Ainsi a t-on la preuve que Séquerre était encore habité en 1887, la famille Vignaud occupant la "métairie de Séquerre à Trevillach" jusqu'à cette date.

L'orthographe du nom de Sequerre a beaucoup évolué au fils du temps. On le retrouve dans divers document nommé Sacheria, Saccarias, puis Sequera. Comme pour Palmes, il n'y a plus de mention connue jusqu'en 1410 ou un autre document nous apprend que Bernard-Berenger de Perpertusa est seigneur de Roquevert, Trevillach, Sequerra, etc.. On sait toutefois qu'en 1375, les châteaux d'Arsa et Sequerre furent pillé par des mercenaires.



Copyright 2013 - 2024 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Pour consulter la politique de confidentialité du site veuillez cliquer ici : Politique de confidentialité.

Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.