St Cyprien




. Photos      . Situation et accès      . Patrimoine      . Histoire      . Etymologie      . Héraldique


Histoire

L'histoire de St Cyprien est assez récente, la bande littorale n'ayant été aménagé qu'assez tardivement. La préhistoire nous est bien sûr inconnue puisque la plaine du Roussillon dans son ensemble n'a pas pu nous léguer de vestiges de ce lointain passé. Par la suite, ni les ibéro-ligures, ni les celtes (-500), ni les romains (-121) n'ont laissé de traces à St Cyprien. Les romains ont pourtant structuré la région, marquant les prémices des villages, ce que n'ont pas fait leurs prédécesseurs, ni leurs successeurs d'ailleurs (Wisigoths en 412, sarrasins en 739). En fait il faudra attendre, comme souvent en Roussillon, l'arrivée de Charlemagne et l'instauration du système féodal (811) pour que se développent les villages. St Cyprien fut donc une fondation directement issue de l'époque carolingienne.

Au Xe siècle, le lieu était encore identifié du nom de l'antique villa romaine qui s'y trouvait, "Villa Sallix", transformé en "Villa Saulx", qui a donné par la suite "Villa de la Saussaie". Avec l'arrivée des carolingiens, les églises se multiplièrent et le lieu, de nouveau habité par les pionniers francs, fut alors consacrée à St Cyprien (915). Le nom de changea plus, comme ce fut le cas d'une partie des villages de la région.

928 est l'année de la 1ere trace d'une chapelle sur ce lieu. Elle était dédiée à St Etienne. Une autre église fut construite au XIIIe siècle (En 1385, le village comptait 350 habitants) Le village était à cette époque le port d'Illibéris, Elne. En fait, la mer arrivait jusqu'aux remparts d'Elne, mais elle n'était pas navigable. Il a donc fallut construire des infrastructures navales pour pouvoir embarquer et débarquer en toute sécurité, d'où l'origine du port de St Cyprien. Entre l'embryon de village et son port, la population pu se développer et le lieu fut peu à peu cultivé.

A partir du XIIe siècle les templiers du Mas Deu eurent une grande influence dans la plaine Sud. Le premier précepteur de la principale commanderie templière de la région était Arnaud de St Cyprien (précepteur du Mas Deu de 1145 à 1155) Dans les années suivantes, ils asséchèrent les nombreux marécages de la plaine, de l'étang de Salses à Argelès, rendant le littoral enfin exploitable. Les habitants de St Cyprien purent vivre de façon plus aisés.

Peu à peu, pour gagner du terrain sur les marécages, les habitants construisirent un réseau d'agouilles destiné à assainir les marécages. En 1891, la population est de 845 habitants, dont 165 enfants. Le groupe scolaire est construit à cette époque, ainsi que la mairie. En 1926, St Cyprien contient 1154 habitants, regroupé autour de la vieille église, mais aussi en deux hameaux, situé le long de la côte, hameaux à présent disparus suite à la 2e guerre mondiale : "Las Routas", et "L'Aygual" sont les lieux dits actuels où étaient ces hameaux.

En 1947, 78 habitations sont brusquement construites pour reloger les pécheurs. Puis, en 1954, un autre lotissement est mis en route. C'était les bases de la station balnéaire actuelle. La route reliant le village et la plage est construite en 1959. Trois ans plus tard, en 1962, un vaste programme d'aménagement est lancé, c'est le lancement officiel de la station balnéaire. On y met un bureau de poste, une gendarmerie, une piscine, 4 campings municipaux, etc.

En 1968, St Cyprien comprend 2592 habitants. Le port date de 1967, il accueille l'année suivante 300 bateaux, puis 700 en 1969. Aujourd'hui, c'est 2200, ce qui en fait le 3e port de plaisance français. En mars 1999, St Cyp' avait 8655 habitants.


Photos


Voir toutes les photos

Photos


Patrimoine, curiosités à voir sur place

Ville de la plaine du Roussillon, St Cyprien ne possède pas un grand patrimoine historique. A son actif, une tour du XVIIe et XVIIIe siècle, et son église paroissiale, dédiée St Cyprien bien sûr. Elle date du XVIIIe siècle et fut construite sur l'emplacement d'une église romane dont subsistent quelques vestiges. Elle contient cinq retables du début du XIXe, un retable du chœur et 3 statues du XVIIIe.

La territoire de St Cyprien possède néanmoins un ancien hameau aujourd'hui disparu, mais dont il reste la chapelle : Villerase.



Situation et accès

Saint Cyprien se trouve sur la Côte Radieuse, c'est le nom de la bande littorale où se trouvent les grandes stations balnéaires du département. Saint Cyprient est plutôt au Sud du département, juste avant Argelès. Pour y aller, la méthode la plus simple , au départ de Perpignan, est d'aller à Canet puis de bifurquer vers le Sud en prenant la route des plages. Sinon, vous pouvez y aller aussi en suivant la route d'Argelès et de tourner à hauteur d'Elne, puis Latour-bas-Elne avant de rejoindre Saint Cyprien village. Mais c'est plus long.

Carte des communes

Coordonnées GPS : 42.61621851 N, 3.002157415 E


Etymologie

Le nom de ce saint a été choisi comme Saint Patron de l'église du lieu en 915.


Héraldique

Description du blason de St Cyprien

Expression héraldique

de gueules à la cloche d' argent.

Description

Ce blason est très simple, il n'appelle pas de grands commentaires. Ici, le blason est "de gueules", c'est à dire "rouge". La cloche, elle, est "argent", donc blanche (c'est le terme héraldique). On peut juste ajouter qu'en héraldique, il y a deux sortes de couleur. Les "métaux" (or et argent, pour le jaune et le blanc) et les émaux (autres couleurs). Il existe une règle qui veut qu'on ne dispose jamais deux métaux l'un sur l'autre, ni deux émaux l'un sur l'autre. Pour les rares cas où ça arrive, on précise que l'élément est "cousu". Mais ce n'est pas le cas ici.

Explications

Le blason d'Alénya représente concrètement une simple cloche. On ne peut pas considérer cette représentation comme une arme parlante, c'est à dire une sorte de rébus qui donnerait le nom de la ville. Je pense qu'il faut plutôt y voir un symbole voulu par la ville à l'époque de la création du blason.



Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.