Valmanya




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Patrimoine      . Histoire      . Etymologie      . Héraldique

Valmanya est un petit village isolé, au bout de la vallée de la Llentilla. Sur place la nature a la part belle. Le village est bâti sur un escarpement rocheux qui domine légèrement la vallée de la Llentilla. A cet endroit et depuis pas mal de kilomètres déjà toute la vallée est recouverte d'une épaisse végétation drue faite de chênes verts et, un peu plus en altitude, de conifères. De nombreux arbustes occupent les espaces laissés libres par les arbres, et peu de terrains plats sont disponibles par ici. Il y a donc assez peu d'agriculture par ici, le terrain n'y est pas propice.

Le village lui-même est assez petit. Il est centré sur une petite place rectangulaire prolongée par un espace vert. Tout autour quelques maisons bien entretenues occupent les abords, et parmi elle un bâtiment plus imposant que les autres, la mairie. A eux pas de là se trouve le musée de l'extraction minière dans le Canigou, qui fait écho à l'exposition permanente qui se trouve un peu plus bas dans la vallée, dans la chapelle St André de Baillestavy. Un chariot récupéré est exposé devant, mais ce n'est pas le seul que vous verrez dans la région. Par exemple en faisant des marches dans les montagnes alentours vous tomberez inévitablement sur des vestiges de cette activité industrielle. Pour en revenir au village, celui-ci dispose aussi évidemment d'une église, plutôt impressionnante ici, tout en haut. Habituellement les églises sont plutôt au centre du village, mais pas ici, c'est une originalité.

Le reste du village est composé de deux rues longues le long desquels quelques maisons sont alignées. Certaines sont plutôt anciennes, d'autres relativement récentes, mais toutes sont assez bien entretenues. C'est même étrange, car on peut s'attendre, quand on est dans un village si éloigné, que ses maisons soient plutôt des résidences secondaires, mais non, ce n'est pas le cas. Valmanya est bien vivante.

Economiquement, Valmanya n'est pas vraiment le centre du département. Très isolé, il ne dispose que d'artisans et de quelques locations saisonnières pour tout activité économique.

Un des intérêts de vivre à Valmanya est son cadre de vie, c'est aussi pour ça que l'on peut y venir, si on n'y habite pas. Du village plusieurs sentiers partent dans la montagne, proposant des balades de divers niveaux, mais relativement difficiles, même pour les plus simples. Il faut dire que rien n'est plat, à Valmanya, on est dans une vallée encaissée, donc on a vite fait de grimper. Durant votre montée observez votre environnement : Vous verrez assez facilement différents animaux sauvages, mais aussi quelques champignons, si c'est la saison. En altitude vous tomberez sur un refuge, et un peu partout le long des chemins de randonnée, de divers vestiges miniers.

Si Valmanya est totu petit et difficilement accessible, s'y rendre est intéressant si vous voulez passer une journée agréable en pleine nature. Vous profiterez utilement du musée, ainsi que de la visite du village, mais ce n'est pas là que vous passerez le plus de temps.




Situation et accès

Valmanya se trouve dans les collines du Bas-Conflent, au Sud de Marquixanes. C'est un village aux pieds du canigou. Pour y aller il faut traverser Finestret et Baillestavy, la route poursuit jusqu'à Valmanya où elle s'arrête. Seul un chemin poursuit et passe dans la vallée du Vallespir, arrivant à Corsavy.

Carte des communes

Coordonnées GPS : 42.53786495 N, 2.534352677 E


Patrimoine, curiosités à voir sur place

Le patrimoine de Valmanya est relativement riche par rapport à la taille du village. On peut en faire le tour en commençant dans le village, où il y a les ruines de l'ancien château ainsi que l'église paroissiale St Vincent, qui date du XIIe siècle, remaniée en 1733. Elle contient un intéressant retable du maître-autel daté de 1700, et d'autres consacrés à la Vierge (fin XIXe) et à la Passion (1760). Elle contient aussi de nombreuses statues, dont une Vierge du XVe siècle. La porte de l'édifice est armée de pentures du XIVe.

Sur le territoire de Valmanya ont trouve également deux chapelles, l'une dédiée à St Vincent et l'autre à St Marc (aujourd'hui une bergerie), ainsi qu'un oratoire dédié à St Pierre.

Citons enfin le site des mines de la Pinouse, ou Pinosa, dans le massif du Canigou, une mine de fer ayant servi de siège pour le maquis local durant la seconde guerre mondiale.


Chapelle St Vincent

Chapelle St Vincent, à Valmanya
Chapelle St Vincent

La chapelle St Vincent est une toute petite chapelle des environs de Valmanya, facilement accessible par un sentier qui domine la route. C'est un édifice simple, très simple même, à la limite de l'oratoire. Elle est en pierre de schiste, comme c'est souvent le cas par ici.

En savoir plus sur la chapelle St Vincent.


Mine de la Pinouse

Mine de la Pinouse, à Valmanya
Mine de la Pinouse

La mine de la Pinouse est un site minier du Canigou de grande ampleur qui, au plus fort de son activité, accueillant jusqu'à une centaine de personnes. Il y avait sur place tout ce qui était nécessaire pour travailler et vivre, de cuisines à des dortoirs, d'une boulangerie à une poudrière, des trémies et stockage, etc. C'est aussi un lieu historique puisque ces mines ont servi de refuge pour les maquisarts durant la seconde guerre mondiale.

En savoir plus sur la mine de la Pinouse.


Histoire

Origine

La vallée de la Lentilla au milieu de laquelle se trouve Valmanya a été occupé dès les premiers âges. Le village était initialement construit à deux kilomètres de son emplacement actuel, au niveau où la vallée s'élargit. Mais ce n'est qu'en 950 que l'on a une trace écrite de l'existence du bourg à travers celle de son église, dédiée à St Vincent, dans un document faisant l'inventaire des possessions de l'abbaye de St Michel de Cuxa. Parmi elles se trouvaient ce village mentionné par son église.

L'église ancienne date du XIe siècle. Elle sera refaite en grande partie au XVIIIe, et accueillera un retable baroque en 1733. La paroisse de Valmanya sera une possession de l'abbaye jusqu'à la révolution. Les ressources provenaient essentiellement du fer que les premiers habitants extrayaient déjà durant à la fin du 1er millénaire. Mais c'est surtout au XVIIe siècle que cette industrie propulsa le Conflent dans l'ère industrielle. D'ailleurs, le Roussillon était à cette époque délaissé par les autorités de Barcelone parce qu'il était essentiellement agricole et peu développé. La seule industrie était bel et bien cette extraction du fer, que l'on retrouvait également dans les villages alentours.

D'ailleurs il y eu au XVIIIe et XIXe siècle des migrations issues de la vallée du Tech vers la vallée de la Lentilla dans le but d'alimenter en main d'œuvre les mines de fer. La dernière forge se tut définitivement en 1890. Le dernier maître de forge était Mr Pons, qui avait succédé aux Noell qui eux même avaient succédés à la Famille Barjeau à la tête de la forge de Valmanya.


Valmanya durant la guerre 39-45

Impossible de parler de l'histoire de Valmanya sans évoquer la seconde guerre mondiale. C'est en effet sur son territoire que se trouvent les mines de la Pinosa, sur les flans du Canigou. Dès 1941 un maquis, le maquis "Henri Barbusse" y a vu le jour. Les habitants du village aidaient une filière belges à faire passer en Espagne leurs ressortissants. Mais ce réseau de résistance fut découvert et arrêté.

Le maquis, ayant besoin d'argent et désirant faire un coup d'éclat, attaqua la ville de Prades tenue par les allemands. Ces derniers décidèrent de faire du village un exemple et envoyèrent une colonne de chars détruire les habitations et supprimer les habitants. Heureusement pour la population les maquisarts purent retarder l'arrivée des chars suffisament longtemps pour qu'ils puissent fuir, à l'exception de quatre personne : Emitièro Barrena, Pierre Baux, José Gimeno et Jacques Romeux qui furent tués. Le village fut ensuite incendié. Puis les allemands poursuivirent les membres du maquis jusqu'à La Pinosa où le chef du maquis, Julien Panchot fut blessé. Ainsi diminué, il fut capturé, puis torturé pendant 3 jours avant de mourir. Pendant l'assaut, trois autres maquisarts furent eux aussi tués. Pour cet évènement Valmanya a reçu la croix de guerre. La citation qui l'accompagne termine ainsi :

Durement meurtri dans sa chair comme dans ses pierres le village de Valmanya restera un exemple admirable et douloureux de l'inébranlable fidélité à une patrie dont il a bien mérité.


Etymologie

Valmanya signifie en latin "La Grande Vallée". Il suffit de s'y balader pour comprendre pourquoi ce nom lui a été donné.


Héraldique

Description du blason de Valmanya

Description

Le blason de Valmanya arbore des armes de l'abbaye de St Michel de Cuxa, dont elle fut une possession. C'est la raison de la présence de la crosse abbatiale en argent et des trois fleurs de lys. La décoration pendante est la croix de guerre, que le village martyr a obtenu après la seconde guerre mondiale.



Copyright 2013 - 2022 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Pour consulter la politique de confidentialité du site veuillez cliquer ici : Politique de confidentialité.

Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.