Château d'Ultréra




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Histoire      . Voir aussi


Situation et accès

Le château d'Ultrera est sur un piton rocheux très élevé, sur le territoire de Sorède. Il n'est accessible que par un chemin de randonnée, ça fait une belle balade.


Coordonnées GPS : N, E.


De quoi s'agit-il ?

Le château d'Ultrera est une vieille forteresse wisigothique des Pyrénées-Orientales. Désormais à l'état de ruine, on peut toujours se rendre sur place pour voir ce qu'il en reste, mais il faut être prêt à marcher, c'est un vrai chemin de randonnée qui mène sur place. Le site est un nid d'aigle, la vue sur la plaine du Roussillon est à couper le souffle.

Les ruines se composent de quelques pans de fortifications, des bases du donjon, celles de l'église et de son abside ainsi qu'une citerne fortement comparable à celle de la Salveterra, le château d'Opoul, au Nord du département. Il est fait essentiellement en pierres de schiste, une roche locale. Les porte et les rares ouvertures que l'on voit encore ne sont pas renforcéespar de la pierre de taille, ça ne se faisait pas encore à cette époque. L'appareillage est plutôt régulier, c'est d'ailleurs pour ça qu'il est toujours debout de nos jours.

D'un point de vue général, quand on le voit au sommet de la falaise, on a vraiment l'impression qu'il s'agit d'une forteresse imprenable.


Etymologie

Le mot Ultrera vient de Vultur area ou Vulturaria, l'aire des vautours. Le symbole de la citadelle est le percnoptère, un rapace migrant en afrique du nord en hiver et remontant à la belle saison. Il suffit de voir une fois le château du bas de la colline pour comprendre son nom. C'est vraiment un nid de vautours !


Photos


Voir toutes les photos

Photos


Histoire

Historiquement le château d'Ultrera a une origine romaine. Présent dans la région depuis -154 ils ont édifier plusieurs places fortes destinées à protéger leurs intérêts car à cette époque, la Gaule n'était pas encore conquise.

La première mention de la citadelle date de 673, dans un document indiquant qu'elle a été prise par le roi wisigothique Wamba. Passée sous contrôle des carolingiens en 811 après n'avoir pas pu résisté à l'invasion arabes en 739, elle entre dans le système féodal mis en place par Charlemagne. Le village de Sorède va dépendre alors de cette forteresse, de même que la chapelle de La Pave et son hameau. Au XIIe siècle les habitants firent construire la chapelle de la citadelle.

Le XIIIe siècle voit naître les premiers conflits. C'est en effet en 1296 que Jacques 1er d'Aragon rattache le château et la chapelle de La Pave à l'archidiaconat de Sorède et à la seigneurie de Sorède. Ayant un double maître, ce château sera désormais la source de conflits qui prendront fin par l'avantage que prendra l'archidiacre, avantage qu'il conservera jusqu'en 1675. Cette année là les français prirent la forteresse d'Ultréra. La seigeuresse de Sorède, Jeanne de Vilaplana, prit les devant et afin d'éviter que ne se reproduise le conflit elle la fit détruire, ainsi que la chapelle incluse dans les murs. Le travail fut confié au lieutenant général Le Bret qui fit sauter l'édifice à l'explosif, tout comme le fut le château de Tautavel.

Le chanoine François de Vilaplane, frère de Jeanne, voulut réparer le forfait de sa sœur. Il fit construire une nouvelle chapelle en 1681, Notre Dame du château. Pour bien marquer la continuité de l'office, il fit apposer les meilleurs morceaux de la chapelle castrale sur le nouvel édifice. Ces morceaux sont toujours visibles, il s'agit des blocs de marbre blanc plaqués au-dessus du portail Nord.




Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.