Facebook Instagram X

Tour de la Massane




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Histoire      . Voir aussi


Situation et accès

La tour de la Massane est située sur un éperon rocheux étroit sur les hauteurs d'Argelès sur mer. Elle se distingue bien lorsqu'on regarde les Albères, vers le Sud : La première tour en partant de la mer est la Madeloc, la seconde est la Massane.

Grosso-Modo il y a deux façons de se rendre sur place, les deux sont des chemins de randonnées qui ont pour caractéristiques... de grimper ! La tour se mérite, elle est très en altitude. Le premier chemin part du château de Valmy, à Argelès, le second par de Lavail, un hameau de Sorède dans la vallée de Montbram. Le premier chemin est le plus intéressant, c'est le plus long et il comporte une partie très raide, mais dans l'ensemble il y a des passages qui montent faiblement. Et en plus, vous passerez à côté de la chapelle St Jérome. L'autre vous oblige à monter sur le flanc de la colinne pour accéder à la crête en très peu de distance : Le chemin monte énormément, et de façon épuisante. Mais ca reste de la randonnée. Les deux chemins se rejoigent sur la crête et il y a encore deux ou trois kilomètres de montée avant d'arriver à la tour de la Massane.

L'allée-retour de Valmy se fait tranquillement en 6h à peu près, de Lavail on met un peu moins, mais on s'épuise plus. Prévoyez de l'eau, beaucoup d'eau, car il n'y a pas de sources par là-bas.


Coordonnées GPS : 42.4939997600 N, 3.0257600250 E.


De quoi s'agit-il ?

La tour de la Massane est une des toues les plus connues du Roussillon, car elle se détache bien sur les lignes de crête des Albères. Il s'agit d'une petite place forte du XIIIe siècle construite en pierre locale sous la forme d'une plateforme étroite sur laquelle fut montée une tour cylindrique d'approximativement 6m de diamètre sur une vingtaine de hauteur. Les murs sont épais, la tour est percées de 6 meurtrières orientées vers les côtés les plus vulnérables. Pour la construire il a fallut auparavant construire un lourd mur de soutènement côté Sud pour consolider le sol. La porte d'entrée est encadrée par un linteau posé sur deux corbeaux décorés. L'intérieur est constitué de 2 étages au toit voûté sur lequel était posé une cage en fer dans laquelle la garnison mettait des bûches. En les enflammant les fumées signalaient aux tours environnantes d'un danger, le signal se transmettait ainsi de tour en tour jusqu'à informer toutes la région. Le signal de la Massane était transmis directement à la Torre del Far, à Tautavel, à la Madeloc toute proche, et à la tour de Batère, en Conflent. C'est elle qui diffusait le signal vers la Cerdagne et dans la vallée du Vallespir.

A sa construction cette tour était appelée la tour de Perabonna, qui signifit "La bonne pierre". Une fois sur place la vue est impressionnante, elle porte sur tout le littoral de Collioure à Leucate, sur toute la plaine du Roussillon, la Salanque, jusqu'au lointain Corbières. Vers le Sud et l'Ouest la vue porte sur la vallée de Montbram, et on voit en contrebas Lavail, le hameau de Sorède. La tour de la Madeloc semble très proche, d'ici.


La forêt de la Massane

La forêt de la Massane a une particularité par rapport aux autres forêts du département. Elle est régulée de façon autonome, c'est-à-dire qu'elle vit sans interaction humaine. C'est une rareté dans la mesure où seuls 0,24 % des forêts françaises sont gérées ainsi. La plupart du temps, les forêts en France sont surveillées, entretenues ou exploitées. Ici, rien de tout cela, la forêt vit par elle-même. Si un arbre meurt, on ne l'enlève pas, il se gorgera d'eau, pourrira et alimentera le sol pour ses congénères ou les autres espèces de la flore locale. Cet état de fait dure depuis 1881, ce n'est donc pas tout jeune et on a largement eu le temps de constater la bonne santé de cette forêt, même si les enjeux de protection ne sont plus les mêmes qu'autrefois. La Massane, c'est de nos jours plus de 10 000 espèces répertoriées de végétaux, et ce n'est pas rien pour une forêt aux dimensions somme toute modestes. Qui plus est, sa situation géographique en fait un terrain de mélange des écosystèmes : méditerranéen, continental et montagnard.

En effet, au-delà des réglementations à respecter et des exploitations à contrôler, ce sont surtout les 40 000 visiteurs par an qui doivent être surveillés de façon à ce qu'ils n'interviennent pas dans le processus de renouvellement naturel de La Massane.


Photos


Voir toutes les photos


Histoire

La tour de la Massane apparaît sous le nom de Torre de Pérabona dans un document de 1293. Elle fut très probablement construite sous les ordres de Jacques II de Majorque, premier roi de la lignée. A la reprise du royaume de Majorque par son voisin l'Aragon, la tour continua son rôle de surveillance, tantôt sous la férule du roi d'Aragon, tantôt du roi français.

Elle fut utilisée régulièrement du XVIe et XVIIe siècle en tant que tour de guet tournée vers l'Espagne. Peu à peu abandonné, elle sera complétée au XVIIIe siècle par une place d'armes et une garnison dont les soldats assuraient un rôle de surveillance du littoral. A partir du XIXe, elle tombe en ruine, personne ne s'en occupant. En 1935 la partie supérieure s'effondra, emportant une partie de la voûte du rez-de-chaussée. Il fallut attendre 1981 pour qu'une association se lance dans sa restauration, soutenue par les équipes techniques de la mairie d'Argelès. Les travaux durèrent de 1982 à 1992, puis on se lança dans les finitions. Cette rénovation fut un véritable tour de force car on refusa à l'époque de construire un chemin pour acheminer tout le matériel. Tout fut donc monté à la Massane à dos de mulets et d'hommes.

Rénovation de la tour de la Massane
Rénovation de la tour de la Massane



Copyright 2013 - 2024 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Pour consulter la politique de confidentialité du site veuillez cliquer ici : Politique de confidentialité.

Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.