Lavail




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Histoire

Lavail est un hameau de Sorède, près des Albères. Le hameau est dans la vallée du même nom, à 4Kms à l'intérieur des montagnes. C'est un hameau d'une cinquantaine de maisons un peu perdu, et aussi un bon point de départ pour randonner jusqu'à la tour de la Massane.

Le hameau de Lavail est un peu perdu dans les Albères.
Le hameau de Lavail

Niché à approximativement 250m d'altitude, on arrive à Lavail par une route en bon état, mais par endroit sacrément étroite. La route passe près de la chapelle de La Pave, dont les alentours sont de nos jours occupés par quelques maisons, formant un autre petit hameau. Quand vous arrivez enfin à Lavail vous êtes surpris par l'éparpillement des maisons. Ici il n'y a quasiment pas de "coeur de ville", juste quelques maisons accolées, mais la grande majorité des maisons sont espacées sur de grands terrains. La végétation est relativement dense, ce qui signifie qu'il y a un grand nombre d'arbres, arbustes, haies qui les éloignent les unes des autres. Tout a été fait pour que chaque propriétaire ait une maison isolée de ses voisins, mais qu'elles soient quand même à proximité d'un point central. La route est tellement étroite sur place qu'elle est en sens unique, elle passe au Sud, près de la rivière, en montant la vallée, contourne le hameau et repart vers la plaine en passant par le Nord. Et tout au long du parcours on ne distingue que peu de maisons, on a vraiment l'impression d'être isolé à la campagne ici.

Lavail dispose d'un restaurant qui permet de se restaurer et se rafraîchir, mais il n'est pas ouvert tous les jours ni en toute saison. C'est d'ailleurs une des activités économiques du lieu avec l'agriculture, l'élevage, et la location d'hébergements. En contrebas il y a l'église St Martin, elle date du XIIe siècle. C'est une jolie église romane, plutôt massive, avec un chevet en hémicycle et un clocher-mur pouvant abriter deux cloches. La porte est particulièrement bien travaillée. Le petit cimetière qui lui est accolé n'est pas très rempli... preuve que Lavail n'est pas habité par une forte population. Vous trouverez un point d'eau au cimetière, ainsi qu'un ancien bénitier en pierre.

Si ce lieu est un peu connu dans le département c'est pour deux raisons, en plus d'être un coin sympa pour passer des vacances au calme. Premièrement, c'est un point de départ pour aller à la tour de la Massane, deuxièmement, c'est un lieu de baignade en rivière.


Le torrent

La rivière passe en contrebas de Lavail. C'est un torrent au débit variable, non régulé évidemment, qui tourbillonne entre les rochers arrondis par l'érosion. Un chemin part du hameau vers différents endroits le long des rives, ça permet de passer un bon moment au Soleil, avec des coins d'ombre si l'on veut, et surtout dans une eau très fraîche. Il y a un parking à 500m de Lavail pour se garer, il est obligatoire, et de toute façon vous ne pouvez pas faire autrement, il n'y a absolument aucun moyen de se garer ailleurs. On conseille d'y aller en deux roues, si c'est possible, on n'a moins de chance de devoir faire demi-tour si le parking est plein... ce qui peut arriver.


Départ pour la Massane

C'est également de ce parking que part le chemin de randonnée vers la tour de la Massane. Si on la distingue bien en venant ici, elle nous parait bien élevée... et c'est le cas, en effet. Le sentier part du parking quasiment directement sur le flanc de la colline, sous les arbres, avec une déclinivité importante. Il faut monter tout doucement, le chemin est long, quand même, et la pente est raide. Mais une fois la crête atteinte, le chemin monte lentement, il est toujorus abrité du Soleil et il rejoint le chemin montant du château de Valmy, à Argelès-sur-mer. Il ne restera qu'une montée finale, pas trop longue ni difficile par rapport à ce que vous avez déjà fait. Si vous êtes en forme et avez le temps, vous pouvez vous amuser à aller voir la chapelle St Laurent, plus à l'Est et surtout bien plus bas. Le chemin descend de façon assez raide, mais la chapelle vaut le coup d'oeil. Mais attention ! Une fois là-bas vous êtes plus bas que votre véhicule, et surtout dans une autre vallée ! Il vous faudra remonter toute la pente jsuqu'à la ligne de crête, et redescendre vers Lavail. A ne faire que si vous êtes en forme, et avez pris ce qu'il faut pour y arriver (on pense à beaucoup d'eau, surtout en été, car il n'y a aucune rivière ni source dans ce coin des Albères).


Le chemin de la Liberté

Lavail se trouve sur ce que l'on appelle sur place le chemin de la Liberté. Il fait référence à la seconde guerre mondiale. Il y a un petit panneau qui explique ça :


Ce chemin que vous empruntez fut de 1940 à 1944 pour beaucoup un chemin de fuite et d'espoir : juifs persécutés, résistants pourchassés, pilotes alliés abattus sur le territoire français, jeunes allant rejoindre les Forces Françaises Libres, évadés de France, passeurs. Pour tous ce chemin fut un chemin vers la liberté au péril de leur vie.

Certains de ces chemins ont pu être utilisés dans le sens Sud-Nord par les républicains espagnols en 1939n pendant la Retirada.




Situation et accès

Lavail est un lieu-dit situé dans les Albères, entre Argelès-sur-mer et Sorède. En direction de cette dernière, prenez le chemin qui part sur la gauche vers la chapelle de La Pave, vers les montagnes (elle est parfaitement indiquée), il vous mènera au bout de 2 Kms à la chapelle de La Pave. Lavail se trouve encore 4Kms plus loin, en montant dans la vallée.

Carte des communes

Coordonnées GPS : 42.50873833 N, 2.998133504 E


Histoire

Nous sommes au IXe siècle. Les sarrasins viennent tout juste d'être repoussés de l'autre côté de la frontière. La région est très peu peuplée, mais les soldats, en sécurisant le territoire, vont faire venir d'abord des religieux, puis des pionniers qui s'installeront tout naturellement aux abords des monastères et des châteaux, créant durant les Xe et XIe siècle les premiers villages catalans. L'installation des abbayes de St Génis des fontaines et de St André de Sorède va précipiter le peuplement de la vallée de Montbram.

L'église de Lavail est mentionnée dès le IXe siècle, en 823 exactement, dans un document de Louis le pieux. Il y était stipulé qu'il s'agissait de l'église initiale de St André avant son déplacement à son endroit actuel. Cette église est dédiée à St Martin, elle fut reconstruite durant le XIIe siècle. Elle est à nef unique à voute en berceau brisé. Son abside est semi-circulaire orientée. L'appareil est très régulier, les moellons sont en granit. Extérieurement, il n'y a pas spécialement de décors mis à part une moulure torique soulignant l'arc en plein cintre du portail.

La vallée de Montbram va peu à peu se peupler. Lavail a possédé jusqu'à 17 feux en 1370 (c'est à dire une centaine de personnes). Cette vallée est un point de passage naturel des Pyrénées. Lors de la croisade de Philippe III contre les catalans, en 1285, les troupes françaises se trouvèrent bloquées par les roussillonnais au col du Perthus. Ne pouvant passer par la côte, ils durent s'acheter les services de l'abbé de St Génis pour obtenir un guide qui amena les troupes à travers la vallée de Montbram et le village de Lavail.

Devenu trop petit pour conserver son statut de commune, Lavail est devenu un hameau de Sorède le 18 décembre 1822 par ordonnance du roi de France. Un peu plus bas dans la vallée se trouve la chapelle de La Pave et son petit hameau.



Copyright 2013 - 2022 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Pour consulter la politique de confidentialité du site veuillez cliquer ici : Politique de confidentialité.

Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.