Dorres




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Patrimoine      . Histoire      . Etymologie      . Cartes Postales      . Voir aussi



Dorres est un petit village isolé dans une vallée de Cerdagne. Il se trouve du côté d'Angoustrine, au Nord de l'enclave espagnole de Llivia. Urbanistiquement il est typique des village de montagne pyrénéeens, c'est à dire qu'il est à flanc de côteau, s'articulant le long de la route en cul-de-sac dont l'extrémité forme une place plus ou moins centrale. Un réseau de petites rues dessert les maisons à un ou deux étages, pas plus, la plupart avec de jolis portails en granit sculptés. La ville est dotée de plusieurs éléments architecturaux intéressants, comme une stèle à la mémoire du "groupe de Dorres", une organisation de résistants oeuvrant pendant la guerre, des dalles sculptées médiévales, des vestiges romains, une jolie fontaine, etc.

Le village de Dorres

Le village de Dorres

En pratique le village n'est pas très grand mais il s'étend vers l'Ouest dans une zone avec des maisons un peu plus modernes, du côté de la chapelle de la Mageta. C'est de là que partent les chemins de randonnée caractéristiques du villages.


Economie et vie locale

Etre aussi isolé pose quelques problèmes, en particulier pour les personnes âgées. Il n'y a pas de commerces à Dorres, mais une boulangerie ambulante passe tous les jours, sauf le lundi en hiver. Pour se déplacer il faut avertir la veille car les bus ne montent pas jusque là quotidiennement, ils le font à la demande, le mercredi. Par contre le village vit beaucoup sur les gîtes qu'il propose. De nombreux habitants ont ouverts ces gîtes, de tailles et conforts et de prix variés pour le plus grand bonheur des touristes qui viennent là en été pour se ressourcer. Car c'est la force de Dorres : Un cadre de vie sympathique, des habitants solidaires et des infrastructures qui permettent d'accueillir les touristes. A Dorres, vous n'aurez pas des animations quotidiennes, mais en revanche les parents pourront laisser les enfants jouer librement dans le village sans danger, non seulement le traffic automobile est très limité, mais ils ne risquent pas de se perdre tout en trouvant un cadre de jeu infini.

D'un point de vue économique il faut savoir qu'à l'entrée du village il y a une fromagerie. Les fromages qui y sont faits le sont à partir du lait des vaches élevées sur place, broutant une herbe riche dans de bonnes conditions. C'est une garanti de qualité. Sinon c'est la commune qui a pris les devants, économiquement parlant : Elle a fait faire des travaux, en 1991, sur le site des bains romains et offre maintenant la possibilité de se baigner dans une eau sulfureuse tout en contemplant le paysage, le tout pour une somme modique. Et partant du même principe en 1999 un musée des picapedrers a ouvert au coeur même du village. Un picapedrers, c'est un tailleur de pierres (ici, de granit).


Activités

Etre un village tranquille ne signifie pas ne pas avoir d'activité du tout, surtout en été. A Dorres on s'occupe facilement, avec en premier lieu les nombreuses randonnées faisables en VTT ou à pied, comme par exemple :

  • La boucle de la chapelle de Belloc, un classique
  • La boucle de Brangoly, qui vous amènera à la découverte du hameau et de son dolmen,
  • Le circuit de l'étang du Lanoux, un peu plus long

Il y a aussi, et il est temps d'en parler, les bains de Dorres, des bains romains restaurés et pris en main par la municipalité depuis 1991 et qui ont donc été réaménagés. Il s'agit d'un bassin moderne en extérieur offrant une vue splendide sur toute la Cerdagne, tout en étant dans une eau à 40°, eau sulfureuse, en plus. La sensation de bien être est fantastique, surtout en hiver, quand les alentours sont enneigés !

Sinon il faut découvrir le musée du granit, un musée qui retrace la vie des tailleurs de pierres de Dorres, le village s'étant fait une spécialité de la taille de pierres de la fin du XIXe au milieu du XXe. Il faut dire qu'à cette époque il y eut une volonté politique de désenclaver la Cerdagne. Des grands projets virent le jour, le plus connu étant la construction du train jaune, mais que se soit l'élargissement de la future RN116 ou la construction d'ouvrages d'art, il fallait de plus en plus de pierres taillées. Les habitants de Dorres se mirent alors à ce métier, et beaucoup de travaux furent faits ici, d'où la volonté de mettre en avant ce patrimoine local. Si vous observez un peu les rues du village du coup, vous verrez nombre de portail gravée aux initiales des anciens propriétaires, ou gravés de dates de construction de la maison : On imagine sans problème que c'était les habitants eux-mêmes qui gravaient leurs propres maisons !

Pour terminer et sans aucun rapport, il faut savoir que sur le territoire de Dorres il y a un abri au col rouge, pour les randonneurs. Il y a deux couchages et un poële à bois (non alimenté), c'est toujours bon à savoir.


Animations

Les animations ont beau être restreintes, il faut bien dire que le comité des fêtes de Dorres fait tout ce qu'il peut pour animer le village. Et ça marche ! Ete comme hiver il y a régulièrement des fêtes et autres animations qui renforcent les liens sociaux entre les habitants. L'été, il y a régulièrement des sardanes organisées, sardanes auxquelles les touristes sont cordialement invitées à participer. Les fêtes catalanes sont à l'honneur également, le 23 juin pour la Saint Jean, le 15 août pour la fête de la Vierge par exemple. Dorres organise aussi des applecs, se sont des rassemblements religieux autour d'une chapelle isolée, ici, c'est à la chapelle Sainte Marie de Belloc que ça se fait, bien sûr.


Photos


Voir toutes les photos

Photos



Situation et accès

Dorres est un village bien isolé, dans un cul-de-sac d'uen vallée cerdane. C'est juste après Angoustrine-Villeneuve-des-Escaldes, au Nord de l'enclave espagnole de Llivia. Pour s'y rendre c'est assez facile. Au départ de Perpignan il faut prendre la RN116 qui monte à Mont-Louis, puis Saillagouse, poursuivre vers l'Andorre jusqu'à Ur. Là, bifurquez vers Angoustrine. Arrivé à Villeneuve, un hameau d'Angoustrine, suivez les panneaux vers Dorres, la route monte dans la montagne sans être particulièrement sinueuse, passe par les Escaldes avant de terminer à Dorres, village isolé, un peu en hauteur.

Carte des communes

Coordonnées GPS : 42.4846208 N, 1.939964002 E


Patrimoine, curiosités à voir sur place

Les bains de Dorres

Les bains de Dorres sont, avec ceux de Saint Thomas, les plus connus de Cerdagne. Ils sont ouverts au public, pour une somme relativement modeste. Le bassin est extérieur, ce qui permet de se relaxer tout en ayant une vue fantastique sur les montagnes. Comme l'eau est entre 37 et 40°, il n'y a pas de sensation de froid, même en hiver. D'ailleurs, il vaut toujours mieux y aller l'hiver, prendre un bain chaud au mieux des champs enneigés est une expérience agréable.

L'eau des bains est riche minéraux (logique, pour des eaux de Cerdagne), en particulièrement en souffre. C'est un gage d'amélioration des voies respiratoires, de bénéfice pour les affections cutanés. En pratique les bains romains sont composés de deux antiques baignoires - elles ont été taillés par les romains - un ancien lavoir reconverti en grande baignoire, et un bassin moderne, beaucoup plus grand, datant de 1991. Ces aménagements sont simples, mais pratiques.


L'église Saint Jean

L'église romane de Dorrès, toujours paroissiale de nos jours, est dédiée à Saint Jean. Elle a été en grande partie modifiée au cours du temps par l'adjonction de trois chapelles au Nord et au Sud, sans destructurer le plan originel. Il nous reste de roman le chevet semi-circulaire et la façade occidentale. Sa nef unique, percée ultérieurement de chapelles latérales, est caractéristique du XIIe siècle, elle est couverte d'une voûte en berceau brisé. Elle contient un retable du maître-autel du XVIIIe siècle, un autre dit "de la passion" (XVIIe), une Vierge noire (XIIIe), quelques statues des XVIIe et XVIIIe siècle, deux toiles du XVIIe, deux Christ (XVIe et XVIIe) et une roue à clochette.


La chapelle de la Mageta

Il existe une autre chapelle à Dorrès, beaucoup plus petite : la chapelle de Mageta. C'est une petite construction autrefois toute blanche mais à présent en pierres apparentes, située sur la route du col de Jouell. Elle est dédiée à la Vierge, Saint-Marc et Saint-Pierre. Elle a plusieurs éléments remarquables, la croix en fer forgée en haut de sa façade, les pierres d'angle en granit, et les décors des fenêtres et de la porte, également en granite. Même l'escalier, massif pour un tel édifice, est joli.

En savoir plus sur la chapelle de Mageta

Chapelle de Belloc

Chapelle de Belloc


La chapelle de Belloc

Sur le territoire de Dorres il y a aussi la très ancienne chapelle de Belloc. Datant du XIIe siècle, elle servit au XVIe siècle de monastère. Elle est au sommet de la colline, au-dessus du village. Son nom signifie "Beau-lieu", et il faut avouer que c'est bien trouvé.

En savoir plus sur la chapelle Sainte Marie de Belloc


Dans le village...

Dans le village le visiteur trouvera aussi la jolie fontaine, tout naturellement à la "carrer de la font" ("rue de la fontaine"), et un outil de travail de maréchal-ferrand qui était autrefois destiné à tenir les chevaux isolés pour pouvoir leurs mettre les fers. Il y a aussi le lavoir public. Un lavoir était un élément important dans les villages, à une époque où l'eau courante n'existait pas dans les maisons. Celui-ci est particulier puisqu'il a un toit de llauses assez massif. Il est alimenté par trois petites sources d’eaux thermales. On trouve aussi, sur la place de la mairie cette fois, quatre abreuvoirs en granit, utilisés à l'époque des transhumances, essentiellement. Enfin il faut citer la stèle à la mémoire des résistants locaux que l'on a appelé le "groupe de Dorres".


...et ailleurs sur le territoire de Dorres

Enfin à 1800m à l'Ouest de l'église, carrer Sant Marc, se trouve un oratoire dédié à... Saint Marc. Hélas, la niche - grillagée - est vide. Il est surmonté d'une croix, bien sûr.


Histoire

Préhistoire

Le site de Dorrès était habité dès l'époque néolithique. A cette époque, à partir de -6000, le plateau cerdan était froid, boisé et humide. Les populations qui vivaient dans ces contrées s'était établies légèrement en hauteur par rapport au plateau de façon à éviter ces inconvénients. On a des premières traces d'habitats préhistoriques au Ve millénaire avant JC sous la forme de plusieurs petites haches en pierre datant de cette époque. Entre les Ve et IIe nous savons que la zone était habité grace à l'érection des dolmens. Celui de Brangoly, qui est sur le territoire d'Enveitg, en est un parmi d'autres. Les principales traces d'habitats du néolithique se trouvent donc plutôt entre 1300 et 1800m d'altitude, ce qui explique pourquoi Dorrès était déjà habité en ces temps-là.

Au Ve siècle avant JC, les Keretanis occupaient la Cerdagne. Ceux-ci nous ont laissé de nombreuses traces de leurs présences, et à Dorrès c'est au cœur même du village que l'on a retrouvé ces traces.


Moyen-Age

Mais c'est durant le Moyen-Age que le village que nous connaissons est apparu. Il apparaît aux alentours du XIIe siècle. Il s'agissait probablement d'un tout petit bourg formé de quelques manses centrées sur une église construite pour fédérer les habitants des environs. Dorrès apparaît dans assez peu de documents, ce qui ne nous laisse pas tellement de vues sur son passé. En 1359 toutefois le fogatge (recensement) fait par le roi indique que Dorrès possède 11 feux, soit à peu près 70 personnes. Le document stipule exactement Perroquia de Derros (paroisse de Dorrès)

Le lieu est cité en tant que possession de Bernard d'Enveitg au milieu du XVe siècle. (Ce dernier avait les droits de dîmes sur "Dorria") Le rayonnement de cette famille de barons pendant les 500 premières années du millénaire a permis d'étendre leur terre autour de leur fief d'origine, Enveitg. Il y a donc tout lieu de penser que Dorrès était une de leurs possessions bien avant et l'a encore été par la suite, mais ça reste une supposition pour l'instant.

C'est également durant le Moyen-âge que les bains furent construits, subissant années après années les modifications qui les amenèrent à ceux que nous connaissons de nos jours.


L'affaire Marty

C'est une affaire pénible qui s'est jouée le 12 octobre 1953 à Dorrès. Marguerite Marty, en apparence honnête tenancière de la pension de la commune, voit s'arrêter devant chez elle une traction avant d'où sortent des enquêteurs du service régional de la police. Arrêtée, Mme Marty est jetée en prison en attendant son procès pour assassinat.

Il faut remonter de quelques années pour mieux comprendre les évènements. Marguerite Marty est la cousine de Jeanne Candela, épouse d'un certain Elogio Candela. Ce dernier, séducteur et cynique, se lie d'amitié pour Marguerite, puis rapidement ils deviennent amants. Nous sommes alors en 1951. Affaire classique de ménage à trois, si ce n'est que curieusement, alors que le couple officiel sombre vers la rupture, Marguerite les invite à se rapprocher en les installant à Latour de Carol, village somme toute assez proche de sa pension, où Elogio prendra le métier de chauffeur de taxi. La ficelle est un peu grosse et le couple illégitime multiplie ses rencontres dans le dos de Jeanne, qui tient à ce moment l'épicerie du village.

C'est alors que Jeanne est prise durant le mois de janvier 1953 de violentes coliques néphrétiques. Marguerite Marty prend alors sa cousine et son mari sous son toit, dans la pension qu'elle tient. Sous la coupe de Marguerite, l'état de Jeanne ne s'améliore pas. Elle somnole de façon étrange et répété. Le 6 mars 1953, elle est transportée à l'hôpital pour en sortir le 12. Mais déjà le 16 elle doit y retourner dans un état grave. Les médecins se perdent en conjectures : à priori il s'agit d'une encéphalite léthargique. Le matin du 17 mars 1953, Jeanne Candela n'est plus.

Incarcérée le 12 octobre 1953, Marguerite Marty fut jugée le 20 janvier 1954. Le verdict fut en sa faveur : elle fut déclarée innocente. Cette affaire eut une grande portée dans le département des Pyrénées-Orientales. Nombreux sont les catalans qui s'en souviennent encore.


Etymologie

Le nom de Dorrès est à rapprocher d'un terme hydronymique, il signifie "Les sources". On retrouve le nom du village au IXe siècle : Etorras, puis au XIe : Edors, au XIIe et XIIIe : Edorres et enfin au XVIIe : Dorras.


Cartes postales anciennes

1

1

Une seule carte postale disponible




Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.