Enveitg




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Patrimoine      . Histoire

Enveitg est une ville que beaucoup qualife de triste, peu embellie, mal agencée... Pourquoi cette mauvaise réputation ? Pourquoi cette image de laisser-aller colle t-elle à la peau de cette ville de Cerdagne qui ne semble ni mieux ni moins bien que d'autres, juste à côté ?

Peut-être à cause de la RN116 qui la traverse. Le long de cette route très passante les maisons ont peu à peu été abandonnées ou sont mal entretenues, comme c'est le cas dans d'autres villages plus à l'Est (Serdinya en est un bon exemple). Mais si on quitte cette route et que l'on entre dans le village proprement dit on découvre un endroit plutôt sympathique, aéré, avec un urbanisme à taille humaine sans immeuble de hautes tailles dénaturant le paysage. A Enveitg il n'y a qu'une succession de maisons anciennes en granit, quelques maisons un peu plus modernes et une belle église au centre avec son inévitable petit parc devant. En fait, si le coeur de la ville est joli, il est plutôt petit si on l'on compare à son environnement : La ville est en fait très alongée, elle s'est développée le long de la route sans former un véritable noyau urbain légèrement en contrebas comme c'est le cas, par exemple, à Bourg-Madame ou Latour-de-Carol. Il n'y a guère qu'une ou deux rues longues et sinueuses qui longent la route principale en contrebas et qui dessert les maisons, plus deux hameaux un peu plus loin : La cité, au Sud, et la serre, à l'Est, juste au Nord du cimetière.

Parmi les curiosités à Enveitg il faut citer la gare internationale, un noeud de connexion ferroviaire entre la France et l'Espagne. La mairie est un joli bâtiment en granit, un bâtiment récent mais construit selon le style local. Il est devant une esplanade pleine de verdure et très bien fleurie l'été.

Vivre à Enveitg semble agréable. Certes on est assez loin d'infrastructures commerciales importantes mais la présence de Bourg-Madame et de Latour-de-Carol, tout deux tout proches, permet aux habitants de profiter des services qu'elles offrent. Et quand on parle de services, ce n'est pas seulement de services à la personne, aux entreprises ou aux commerces qu'il faut penser : Les trois villes, avec Ur et Angoustrine, forment un ensemble urbanistique cohérent dans lequel la population vit, il ne faut donc pas considérer Enveitg comme une ville isolée mais plutôt comme une partie d'un tout où vivent une partie de la population cerdane. Et grace à ça il existe une vie sociale forte, avec de nombreuses associations, des activités organisées, et ça aussi bien l'été, c'est à dire pendant la haute saison, que le reste de l'année.

D'ailleurs c'est une remarque intéressante que de considérer l'hiver comme la basse saison. En effet la plaine cerdane vit aussi de l'activité touristique, il est donc logique que l'été et l'hiver soit des périodes fastes, mais Enveitg n'est pas une station de ski, elle ne possède pas d'infrastructures particulières pour attirer les touristes, l'hiver est donc un peu plus animé, mais pas autant que dans les stations d'hiver, c'est plus un lieu de vie temporaire, un lieu ou dormir. Tout le contraire de l'été, une période durant laquelle la ville est très agréable à vivre. Mis à part le bon air, Enveitg offre de nombreuses activités saisonnières et la vie festive devient plus marquante.

Enveitg est donc une ville bien plus intéressante à vivre qu'elle ne parait, et passer un peu de temps ici est vraiment agréable, surtout l'été.


Photos


Voir toutes les photos

Photos



Situation et accès

Enveitg est une ville de Cerdagne, juste après l'enclave espagnole de Llivia. Elle se trouve le long de la Nationale 116 qui relie Perpignan à l'Andorre. La route traverse physiquement la ville, elle ne la contourne pas. Il faut dire qu'en zone de montagne, ce n'est pas forcément évident de faire des voies de contournement.

Carte des communes

Coordonnées GPS : 42.45946278 N, 1.917624695 E


Patrimoine, curiosités à voir sur place

Il y a peu de reliques intéressantes à Enveitg. Il faut quand même citer l'église St Saturnin de la ville, située au centre et qui contient de nos jours une chaire du XVIe siècle (classée monument historique), un retable de 1760-1769 (maître autel), un autre du rosaire (1742), de la Passion (1765), de St Antoine de Padoue et du Purgatoire (XVIIIe). Elle est intéressante par ses nombreuses traces architecturales de grands intérêts, qui ont malheureusement partiellement disparues. On a quand même un très beau morceau du chevet hémisphérique à l'appareillage parfait et un joli clocher-tour de facture plus récente. Il est surmonté d'un toit très pointu comme on les fait en Cerdagne, pour éviter que la neige ne stagne. Devant l'église il y a une petite croix en fer forgé montée sur un socle en pierre très haut. Enfin dans le village on trouve quatre curieuses pierres granitiques verticales plantées dans le sol, comme des poteaux, à un mètre les un des autres : C'est un vestige des travaux du maréchal-ferrand qui y faisait passer les chevaux avant de les y maintenir avec des cordes ou des lanières de cuir.

Enveitg possède trois hameaux autrefois habités : Béna, Fanes et Brangoly. Brangoly est célèbre pour son dolmen, le dolmen d'En Caballer, mais ce hameau est également intéressant pour sa chapelle St Fructueux. Elle contient un retable du maître-autel du XVIIIe, un autre de la Vierge (1850), une toile du XVIIe siècle, ainsi qu’une croix processionnelle du XVIIIe.

De nos jours ces trois hameaux se repeuplent doucement.


Histoire

C'est une étude de Christine Rendu, publiée en 2003 et nommée "La montagne d'Enveitg. Une estive pyrénéenne dans la longue durée" qui nous apprend que le territoire d'Enveitg a été occupé dès 6000 ans avant JC. Même le dolmen de Brangoly, (classé monument historique), qui fut érigé il y a quatre millénaires est postérieur à l'installation des premiers bergers. Mais la suite de l'histoire de la région ne nous renseigne pas sur ce qui a pu se passer sur ce site, et ça jusqu'au XIIe siècle.

A cette époque, ça faisait déjà trois siècles que la Cerdagne était chrétienne. Il semble que les carolingiens se soient installés sur ce site dès le XIe siècle, mais aucun matériel archéologique n'a pu être extrait du lieu qui puisse prouver cet habitat. Le village apparaît pour la première fois dans les archives avec le chevalier Bernard, baron d'Enveitg. Le titre de baron était à cette époque réservé à des personnes occupant un poste d'envergure régional (sur la vallée du Carol par exemple). On peut donc supposer que le village avait une certaine importance à cette époque, vers 1266. Il était équipé d'un château où résidait le baron et sa famille. Ce château existe toujours à l'état de morceaux, les vestiges étant englobés dans les bâtiments modernes.

La famille d'Enveitg joua un rôle assez important en Cerdagne, jetez donc un coup d'œil sur cette famille illustre en Cliquant ici.

L'église initiale d'Enveitg a disparu, mais sa remplaçante, un édifice du XIIe siècle, conserve encore de nos jours quelques vestiges dans l'abside. Le reste a complètement été refait durant les XVIIe, XVIIIe et XIXe siècle. Elle contient de nos jours une chaire du XVIe siècle (classée monument historique), un retable de 1760-1769 (maître autel), un autre du rosaire (1742), de la Passion (1765), de St Antoine de Padoue et du Purgatoire (XVIIIe).

Durant tout le Moyen-âge, Enveitg était une seigneurie importante. Elle s'étalait sur le village d'Ur dont la seigneurie était détenu en fief par une autre personne - du moins durant le XIVe siècle -, mais aussi sur la vallée de Carol et en premier lieu sa tour de surveillance, qui donnera naissance au village de Latour-de-Carol, la tour de Puymorens, sur d'autres lieux-dits disparus et au fil des ans sur Dorres et jusqu'à l'étang de Lanoux, bien au Nord du pic Carlit et extrémité du domaine.

Bernard d'Enveigt aura une descendance directe jusqu'en 1555, année du mariage de la dernière fille héritière Madeleine avec François de Castell-Arnau, qui récupèrera ainsi la baronnie et ses dépendances, droits de dîmes et de justice qui en découlaient. Parmi les personnalités remarquables, citons en 1343 Guillaume d'Enveitg, qui participa à la conspiration visant à enlever le fils du roi d'Aragon, conspiration hourdie par Jacques II de Majorque mais qui ne fut pas mise à exécution. Guillaume parvient même à en tirer profit pour obtenir une rente viagère !

A la fin du XIVe siècle, Pierre d'Enveitg se vit confisquer ses terres pour ne pas avoir prêté hommage au roi Jean II, mais le 11 novembre 1395 elles lui furent rendues. A la fin du XVe siècle Louis XI prends le pouvoir militairement sur toute la Cerdagne. Saturnin reconnaît le roi de France comme nouveau suzerain.



Copyright 2013 - 2022 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Pour consulter la politique de confidentialité du site veuillez cliquer ici : Politique de confidentialité.

Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.