Ermitage de Força-Réal




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Histoire      . Voir aussi


Situation et accès

Força Réal désigne un piton rocheux surplombant tout le Roussillon. Du haut de ses 507m d'altitude, la vue s'étend du cap de Port-Vendres jusqu'à Leucate, avec un panorama s'étalant de la vallée de l'Agly à celle de la Têt. C'est sur cet emplacement stratégique servant de repères aux marins que les comtes du Roussillon bâtirent une tour à signaux, en rapport avec celle de Tautavel.


Coordonnées GPS : 42.72781027 N, 2.696862024 E.


De quoi s'agit-il ?

L'ermitage de Força réal est une construction faite à cette usage. D'habitude les ermitages du Roussillon étaient issus d'anciennes chapelles castrales ou d'églises désaffectés, mais ce n'est pas le cas ici.

De nos jours c'est un très bel édifice au sommet de la colline, offrant une vue magnifique sur toute la plaine du Roussillon, la mer, les Albères, la vallée de la Têt et les Corbières. Les montagnes de Cerdagne se détachent vers l'Ouest, en particulier le Madres. C'est d'ailleurs la principale raison pour laquelle on vient par ici, pour profiter d'une belle ballade dans les chemins, sur les sentiers, et grimper lentement jusqu'à ce point culminant typique de la région. La route pour y aller est bien sûr plus rapide, plus fiable, mais elle est assez triste, c'est une route, quoi. Les chemins alentours sont plus dans l'idée de faire de la randonnée. Attention toutefois, le pic est abrupt, et même si à aucun moment on ne doit réellement grimper (au sens escalade du terme), les chemins montent beaucoup.

Il y a régulièrement des cérémonies ici. Les fêtes de la Vierge donnent lieu à des cérémonies le 14 août en soirée (veillée mariale et descente aux flambeaux), le 8 septembre (la Vierge est fêtée dans les 3 paroisses de Millas, Corneilla la rivière et Montner) et tous les vendredi saints. D'ailleurs ce sont toujours les habitants de ces trois paroisses qui organisent, de temps à autres, la restauration de l'ermitage. La dernière date de 1987-1988 sur l'initiative de l'association Notre Dame de Força Réal.

Au XXe siècle, la position du piton rocheux fut la motivation pour la construction d'un relais hertzien qui arrose l'ensemble de la plaine du Roussillon. Honnêtement, ce n'est pas ce qu'il y a de plus beau dans la région, mais c'est fonctionnel, au moins.


Photos


Voir toutes les photos

Photos


Histoire

Le château

Au traité de Corbeil en 1258, les nouveaux maîtres du Roussillon (les rois d'Aragon, puis de Majorque), construisirent un château qui entrait dans le dispositif de défense de la frontière Nord de la région. Il complétait la ligne composée du château de Salses et d'Opoul entre autres. Ce château fut surnommé "le château royal", ce qui a donné en catalan de l'époque "Força Réal".

Il fut construit par Nunyo Sanch. On sait qu'il fut occupé en 1343 par le roi d'Aragon Pierre IV le Cérémonieux qui mit fin au royaume de Majorque. Dès le début du XVe siècle le château perdit de son importance. Sa mission fut de servir de vigie, dernière mission avant que le traité des Pyrénées ne viennent le démanteler définitivement. Concrètement, le château était construit sur l'actuelle emplacement de télécommunication.

En 1693, le château et la tour furent définitivement détruits, il n'en reste plus rien aujourd'hui. Commence alors l'histoire de l'ermitage.


L'ermitage

Son histoire commence le 19 avril 1693. Par acte de concession Noble dona Joana de Ros, baronne de Montclar, dame de Millau, usant de son droit de propriété, concède au révérend François Bobo, prêtre de la paroisse de Pézilla, le privilège de construire sur le territoire de Força Réal une chapelle dédiée à la Bienheureuse Vierge Marie. L'édification de la chapelle dura probablement quelques années. La première cloche fut bénite le 23 juin 1708 par le révérend père Gabriel Bruguera, curé de Millas. Les restes de la tour à signaux servirent de base à la construction de l'absidiole. La chapelle était entourée de plantation qui permettaient à l'ermite de vivre en autonomie (vignes, vergers, potagers)

L'année 1714 vit s'accomplir deux faits importants :

  • L'établissement de la procession annuelle de la paroisse de Millas, afin de conjurer les orages accompagnés de grêle qui, par vent de Nord, s'abattaient sur la plaine.
  • Le décès de la baronne de Montclar.

Après la révolution en 1791 l'exercice du culte y fut suspendu ainsi que les processions annuelles. Le site, occupé par les soldats républicains, fut pillé, dévasté et laissé en partie ruiné (1817). Le grand intérêt porté par les habitants de Millas à ce sanctuaire suscita sa restauration en 1819. La réouverture et la bénédiction de la chapelle eurent lieu le 23 octobre 1822. C'est à cette date que les processions reprirent.




Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.