Villelongue de la Salanque




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Patrimoine      . Histoire

Villelongue-de-la-Salanque est une petite ville de la Salanque, un peu à la limite de tout. Construite au milieu de la route allant de Perpignan à Ste Marie la Mer, juste après Bompas, elle est reliée aussi dans un axe Nord-Sud à Torreilles, au Nord. En allant vers le Sud il y a la Têt, et pendant longtemps on ne pouvait aller nulle part en partant vers le Sud. De nos jours un gué a été construit, il permet de rejoinre la voie rapide allant de Perpignan à Canet-en-Roussillon, accélérant les trajets vers ces deux villes.

Quand on la traverse la ville nous parait plustôt agréable, avec des aménagements modernes, en bon état. C'est relativement récent, car dans les années 2000 Villelongue donnait une impression de laissé-aller, de manque de prise en charge de la beauté de la ville. Les trottoirs étaient plus abîmés, les rues tristes. Ce n'est plus le cas avec un mobilier urbain moderne, des aménagements fleuries, une multiplicité de menus détails qui embellissent la ville. La rue principale a profité à plein de ces adaptations, il faut dire que c'est celle qui donne une bonne image de la ville aux passants qui la traverse. Mais quand on quitte la rue principale on est quand même un peu déçu, car on constate que ce n'est que le coeur de Villelongue qui a été embelli, mais les quartiers périphériques ont un peu été laissés de côté. Rien de dramatique, la ville n'est pas laide, mais elle est neutre, là où elle pourrait être améliorée par de petits entretiens réguliers. Dommage, mais rien de grave.

Architecturalement parlant la ville a été construite le long de la route, elle est donc plutôt allongée, avec les anciennes maisons construites le long de la route principale. Vers le centre quelques rues perpendiculaires s'étirent vers le Sud et ses nouveaux quartiers, ou vers le Nord et le noyau du centre-ville. Le centre est tourné autour de l'église, imposante, massive, comme l'est son emblmatique clocher. Juste à côté il y a une place ronde coutournée par une rue aux trottoirs larges, ce qui ouvrent une grande perspective au coeur même de la ville. Quelques arbres viennent égayer ce coin de Villelongue, très peu arboré par ailleurs. Il y a aussi par ici un petit square.

A la sortie de la ville en direction de Ste Marie une seconde rue principale repart en arrière vers Bompas, sur le côté Nord de la ville. Comme les deux rues sont en sens unique à elles deux elles permettent une circulation autour du coeur de ville sans passer par les petites rues du village. Ce n'était pas le cas il y a quelques dizaiens d'années, une époque où la circulation se faisait essentiellement par la grande rue, souvent embouteillée. Vers le Nord de Villelongue il y a quelques quartiers anciens assez petits, et il a été construit récemment une grande zone de résidences dont les rues étroites permettent la circulation vers les domiciles des habitants. Ce quartier, tout neuf, s'étale sur une grande zone qui n'était pas constructible jusqu'à peu, c'est elle qui a apporté à la ville une grosse partie de ses nouveaux habitants, ces dernières années.


Economie

L'économie de Villelongue se base sur quelques commerces locaux, sur deux zones d'entreprises plutôt restreintes, et de quelques services publics. La taille de la ville ne permet pas la présence de grandes entreprises, et son emplacement géographique non plus, la ville étant un peu éloignée des axes de communication importants du département. A noter la présence récente d'un concessionnaire automobile, d'un CAT, et de plusieurs artisants.

La ville possède aussi quelques maisons d'hôte. Il faut dire qu'elle est proche de Ste Marie, donc elle est relativement prise d'assaut par les touristes qui viennent, en période estivale, passer quelques jours en bord de mer. Le principal inconvénient de Villelongue c'est la distance à la plage : 4/5 kilomètres, ce qui est un peu trop pour y aller à pieds, d'autant plus que ce n'est pas un long chemin de campagne mais une longue piste cyclable toute droite, monotone, plus la nécessité de traverser la ville de Ste Marie la Mer pour arriver jusqu'à la plage. Il faut donc forcément y aller en vélo, ce qui limite la possibilité d'y aller avec des enfants jeunes. Ou alors il faut y aller en voiture, mais on perd l'intérêt d'être près de la mer, autant dans ce cas aller s'installer dans un village un peu plus éloigné, proposant des locations moins chères. Toujours est-il que les touristes qui aiment bien prendre leurs temps trouveront à Villelongue des hébergements plus agréables qu'en bord de mer, plus grands et avec de bien meilleurs prestations, mais avec l'inconvénient d'un relatif éloignement.


Vie sociale, vie associative

La vie associative de Villelongue n'est pas aussi importante qu'il n'y parait. C'est probablement dû à la population qui n'a pas été spécialement brassée durant les années passées, le nombre de nouveaux habitants ayant été limité par rapport à ce qu'on a pu constater dans d'autres villages alentours. Ceci fait que les associations n'ont pas été renouvellées, ou il n'y a pas eut énormément de nouvelles associations à Villelongue. Toutefois on retrouve ce qui est assez classique un peu partout : des associations patriotiques, des associations sportives, d'autres culturelles et des association sociales, dont le but est d'aider les personnes âgées, les handicapés, ou de faire de l'aide scolaire.

Par ailleurs il y a une assez forte imprégnation de la culture catalane à Villelongue, c'est un vrai village catalan qui se revendique tel. Il y a régulièrement des activités autour de la culture catalane qui sont organisée.


Equipements

Les équipements de Villelongue sont à la hauteur de la population de la ville, c'est à dire qu'ils sont tout à fait correct pour une ville de cette taille. Du point de vue de la petite enfance on retrouve ce qui est classique, mais pas forcément présent ailleurs : Un relais d'assistantes maternelles, une crêche, une école maternelle et une école primaire. Pour les plus grands il y a aussi un Point Information Jeunesse et un centre de loisir.

Pour la culture, la ville dispose d'une médiathèque, pas trop importante il est vrai.

D'un point de vue santé la ville n'est pas sous-équipée. On y trouve des cabinets dentaires, plusieurs médecins, deux kinésithérapeutes, un regroupement d'infirmières libérales et même un hypnothérapeute. Mais on ne trouve pas à Villelongue des commerces comme des opticiens ou un laboratoire d'analyse médicale. Le plus proche est à St Laurent de la Salanque, après Torreilles.

Villelongue est aussi bien équipée pour la pratique du sport. On compte deux stades (Football et Rugby), un city-park (derrière le cimetière), un boulodrome, un terrain de tennis, un parcours santé. Ce dernier est au parc de la ville, un joli endroit sur la droite, le long de la route de Ste Marie. C'est une zone protégée pour les enfants qui dispose d'un petit lac joliment mis en valeur par un moulin en bois de grande taille, un moulin à vent. Il s'agit d'un moulin moderne une construction décorative puisqu'il ne tourne pas, mais il est un peu l'emblème de ce parc. Ce parc contient aussi quelques jeux pour enfants (divers âges), mais l'ensemble manquent pour l'instant d'arbres, les quelques arbres qui ont été plantés sont petits et ne font que peu d'ombre l'été. Ce parc est donc joli, mais assez petit et simple, il conviendra aux enfants jeunes qui pourront se défouler, mais pas de quoi non plus passer des heures ici.


Photos


Voir toutes les photos



Situation et accès

Villelongue-de-la-Salanque se trouve, comme son nom l'indique, dans la plaine de la Salanque, entre Sainte-Marie-la-Mer et Bompas. C'est une ville à deux pas de la Têt.

Carte des communes

Coordonnées GPS : 42.72641387 N, 2.983404778 E


Patrimoine, curiosités à voir sur place

Le patrimoine de Villelongue de la Salanque est simple comme peut l'être celui de tous les villages de la Salanque. Comme la plaine du Roussillon n'a été habité réellement que tardivement, le patrimoine de ces villages est lui aussi plutôt tardif. On y trouve toutefois quelques éléments intéressants.

La chapelle St Sébastien

La chapelle St Sébastien, un petit bâtiment de brique rouge.
Chapelle St Sébastien

La chapelle St Sébastien est une petite chapelle en brique rouge, dans le village de Villelongue-de-la-Salanque. C'est un petit édifice datant du XVIe siècle. Il fut construit dans le but d'éloigner la peste à une époque où l'Europe subissait cette épidémie.

En savoir plus sur la chapelle St Sébastien.


L'église paroissiale St Marcel

L'église paroissiale St Marcel, à Villelongue-de-la-Salanque.
Eglise St Marcel

L'église paroissiale de Villelongue-de-la-Salanque est bâti sur une ancienne église du XIIe siècle. C'était une église romane à nef unique, construite au sommet d'un petit mamelon. Elle fut modifiée au XVe siècle avec l'adjonction d'une 2e nef, côté Nord, puis au XIXe siècle avec un profond agrandissement et un changement d'orientation, qui passe alors d'un axe Est-Ouest à un axe Nord-Sud.

Intérieurement elle a deux nefs et un chevet pentagonal. Son clocher date du XVIe siècle, il a été restauré en 1895. De plan carré, lourd, est mesure une trentaine de mètres de haut et dispose de curieuses tourelles aux quatre angles.


Le moulin

Le moulin de Villelongue est un bâtiment monobloc, plutôt massif, est situé entre Bompas et Villelongue, dans les terres. Construit au début du XVIe siècle, il s'agit d'un moulin à eau dont la prise d'eau est au niveau de Bompas, sur la Têt. 3,2 Kms de canaux plus loin et l'eau arrive aux pieds de ce bâtiment qui avait 3 roues, deux consacrés au broyage des céréales, et un pour broyer la garance, utilisé dans l'industrie textile pour colorer les vêtements. Le moulin lui-même avait, au rez-de-chaussée, les rouages mécaniques. On y distinguait trois zones : la meunerie, la boulangerie et le logement du meunier. Ce moulin avait son propre four à pain, ce qui explique qu'on y faisait sur place tout ce qui était nécessaire à l'alimentation de la population : on y faisait entrer du blé, on ressortait avec du pain.

De nos jours le moulin est une propriété communale, et ce depuis 1898, date à laquelle la modernisation de la vie l'a rendu caduque. Il a été en fonctionnement pendant 275 ans, tout de même.


La porte médiévale

La porte médiévale, dit portalet
La porte médiévale

La porte médiévale de Villelongue est la principale porte qui permettait d'accéder à la cellera. La cellera, c'était le coeur du village, un ensemble de maisons resserrés disposées en cercle autour de l'église et qui permettait de mettre à l'abri le grenier à grain.


La passerelle sur la Têt

Saviez-vous qu'il existait une passerelle qui emjambait la Têt, permettant aux habitants de Villelongue de rejoindre la rive Sud ? Au début du XXe siècle une passerelle fut construite, mais elle était légère et chaque hiver ou presque, une crue l'emportait et elle devait être reconstruite et ça jusqu'en 1947, année durant laquelle la municipalité la prit en charge, et donc en assura la maintenant. Jusque là c'était une association qui la maintenait - plus ou moins - en bon état. Cette passerelle disparut au fil du temps, et fut remplacée en 2000 par le gué qui existe de nos jours, pour rejoindre la voie rapide, toute nouvelle à l'époque.

Historiquement cette passerelle était venue remplacer un mécanisme de bac qui fonctionna de 1898 au début du XXe siècle et qui était manœuvré par un particulier sous condition de versement d'un droit à la mairie. Entre ce bac et la passerelle, un projet de cable aérien fut envisagé, mais n'a jamais vu le jour.



Histoire

Le village remonte au Xe siècle. L'église Saint Marcel de Villelongue fut construite en forteresse en 1197 avec l'autorisation du roi d'Aragon Pere 1er, mais il fallut attendre le XIVe siècle pour qu'une véritable enceinte fortifiée entoure le village. En 1344, les premiers problèmes d'irrigation furent réglés par Jaume II, roi de Majorque.


La seigneurie de Villelongue

La première trace d'un seigneur de Villelongue date de 1319. Cette année là le roi de Majorque Sanch cède à son majordome Pierre de Bellcastell divers droits de justice sur Villelongue de la Salanque. Son fils François en héritera et sera le premier seigneur du lieu dont on a une preuve formelle. Par la suite la seigneurie passera successivement à ses deux fils Jean et Pauquet, et à leurs morts respectives après 1375 elle passera à Pauquet de Bellcastell, leur oncle et frère de Pierre. S'étant rangé du côté des rois d'Aragon, la famille de Bellcastell put conserver Villelongue après que le royaume de Majorque soit englobé dans l'Aragon.

A la mort de Pauquet en 1377 le village passa à son fils François, puis je n'ai plus de traces des seigneurs de Villelongue jusqu'au XVe siècle

En 1477, Villelongue lutta en vain contre l'occupation des troupes de Louis XI. C'est également au XVe siècle que fut modifié l'église de Villelongue. Le clocher date de 1508. Cette église abrite deux monuments funéraires, le premier datant de 1324, l'autre de 1449 (inscrits aux monuments historiques).

Au XVe siècle la seigneurie de Villelongue passa à la Famille Oms. C'est Pierre-Arnaud d'Oms, fils de François d'Oms qui devient le premier seigneur de Villelongue de la Salanque de cette famille. Il était également seigneur de Taxo d'Avall. Puis ce fut Jean François, puis Onuphre, puis Bernard, qui lui était également châtelain de Tautavel.

Son fils fut Joseph d'Oms, lui aussi châtelain de Tautavel et seigneur de Villelongue de la Salanque. En 1639, il prit rang dans l'armée des nobles catalans que commandait Dalmace de Queralt. A sa mort son fils repris les titres de seigneur de Villelongue, de Taxo d'Avall, de châtelain de Tautavel et obtient celui de seigneur de Vingrau. Politiquement il s'endurcit dans le parti pris de son père pour l'Espagne. Du coup le roi de France Louis XIV confisqua ses terres le 12 août 1653 et les donnèrent au comte de Noailles le 11 mars 1656 pour servir à l'entretien de la garnison de Perpignan.

Un procès fut intenté en 1666 à Emmanuel d'Oms, accusé de félonie. Il fut convaincu du crime de lèse-majesté pour sa complicité dans les tentatives faites par Maur de la Réa, abbé de Saint Génis des Fontaines, pour livrer la place de Collioure aux espagnols.

La seigneurie passa donc au duc de Noailles vers le milieu du XVIIe siècle. Au XVIe siècle une nouvelle chapelle fut construite : Elle fut consacrée à Saint Sébastien.



Copyright 2013 - 2022 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Pour consulter la politique de confidentialité du site veuillez cliquer ici : Politique de confidentialité.

Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.