St Matthieu




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Patrimoine      . Histoire

Le quartier St Mathieu est un des plus vieux quartier de Perpignan, comme son emplacement très central le suggère. Ce n'est toutefois pas un quartier originel de la ville, il a été construit de toute pièce durant la moitié du XIIIe siècle comme l'a été celui de St Jacques. Cette extension a été nécessaire suite à l'accroissement de la population dû à la volonté politique et la réussite de Jacques 1er le Conquérant. Il est à l'Ouest du centre-ville, le long de l'actuelle avenue Foch.


Urbanisme

Urbanistiquement, le quartier St Mathieu est délimité par la rue Grande-la-Monnaie, la rue des Sureaux, la rue des Lices, la rue lieutenant Pruneta, la rue des Jotglars et la rue Maréchal Foch. On peut lui adjoindre également la partie située entre la rue Porte d'Assaut, le quai Jean Delattre de Tassigny et la rue Pierre Cartelet, format un polygone dont les rues sont généralement longues et étroites, comme c'est le cas sur son quartier jumeau, St Jacques. Il a aussi des rues transversales, coupées de façon orthogonale avec des blocs de bâtiments parfaitement réguliers. Ce quartier est situé un peu en contrebas, il est proche de la Basse, la rivière locale.

Le centre du quartier est matérialisé, à quelque chose près, par l'église St Mathieu, magnifique église (une des plus belles de Perpignan) qui a donné son nom au quartier. C'est également dans ce quartier que l'on trouve l'ancien couvent des Franciscains, l'ancien hôpital militaire, le conservatoire, la chapelle Notre-Dame-des-Anges, et le palais de Justice. Ce n'est pas le quartier le mieux doté en la matière, mais il est déjà pas mal.

Quand on se promène dans le quartier on est frappé par l'ancienneté des maisons, ou plutôt des petits immeubles, la plupart faisant deux étages. On pourrait dire leurs vétusetés, même, parfois. St Mathieu est un vieux quartier et ça se voit. Les rues, par contre, ne sont pas si mal que ça, elles sont refaites, au moins partiellement, régulièrement, les trottoirs sont corrects, mais uniquement quand ils existent, tout simplement parce que les rues sont si étroites qu'elles ne permettent pas toujours d'en avoir.

Globalement le quartier de St Mathieu pourrait être agréable à parcourir, vu de l'extérieur, mais l'un dans l'autre il n'est pas si mal loti que ça.


Cadre de vie

D'un point de vue général St Mathieu n'est pas réputé pour sa qualité de vie, même si il faut bien dire qu'on n'y vit pas plus mal d'ailleurs. C'est un quartier populaire, habité en partie par des jeunes couples mais aussi par une partie de la population immigrée de Perpignan. C'est en ça un quartier cosmopolite, à tendance économique plutôt pauvre. Lors des émeutes de 2004 il y a eu une confrontation entre les communautés gitanes et arabes de la ville, et l'on a alors fait savoir que St Jacques était le quartier gitan, St Mathieu le quartier arabe. Si d'un point de vue général c'est exact, la réalité est bien plus complexe, les deux communautés étant imbriquées et vivant en globalement en bonne entente.

Il n'y a pas vraiment de place centrale à St Mathieu, ce qui aurait pu en faire office a été remplacé par un petit square et une école. La population a plutôt tendance à se regrouper le long de l'avenue Foch et ses nombreux bars/restaurants, ainsi que du côté de la rue des Augustins, même si il faut bien avouer que cette dernière c'est popérisé avec l'abandon progressif de la majorité des magasins. Seuls ne restent que les magasins de quartier, bien moins flamboyants que ce qu'ils étaient à l'époque où le tout Perpignan venait s'habiller rue des Augustins.

De nos jours St Mathieu est devenu un quartier-dortoir, un quartier qui a perdu sa vitalité économique. La population qui y vit est populaire, elle souhaite vivre au centre-ville sans avoir les moyens de se payer des appartements dans des quartiers plus huppés de la ville. C'est aussi un quartier marqué par une forte cosmopolité, et un quartier dont la situation géographique est envieuse, car il est quasiment au centre-ville, à deux pas de l'hypercentre.


Photos


Voir toutes les photos



Situation et accès

St Matthieu est un quartier en plein cœur de Perpignan, sur la rive gauche de la Basse. Autrefois appelé quartier "St Matthieu", il se nomme désormais "St Mathieu", avec un seul "T". Il est situé entre les remparts de la citadelle, la place Arago, les quais de la basse et le carrefour St Martin.

Carte des communes

Coordonnées GPS : 42.69552735 N, 2.891465331 E


Patrimoine, curiosités à voir sur place

L'église St Matthieu

L'église St Matthieu, à Perpignan.
Eglise St Matthieu

L'église St Matthieu, à Perpignan, est un édifice religieux du XVIIe siècle qui est venu en remplacement d'une église plus ancienne, mais qui était sur le glacis de la citadelle et donc fut appellée à être détruite. Celle-ci est au coeur du quartier St Matthieu, un quartier de centre-ville populaire.

Elle se caractérise par la richesse de ses décorations, mais aussi par leurs mises en valeur. Voilà une église qui sait rendre belle ce qu'il y a à voir, et en tout premier lieu la magnifique chapelle de l'entrée, à droite.

En savoir plus sur l'église St Mathieu.


Le couvent des Franciscains

Le couvent des Franciscains, à Perpignan.
Couvent des Franciscains

Le couvent des Franciscains se trouvait le long de l'avenue Foch, à St Matthieu. C'est l'un des plus anciens couvent de Perpignan, il date du XIIIe siècle, et fut construit à l'extérieur de la ville. De nos jours ses restes sont derrière la dalle Arago, dans les bâtiments départementaux. La chapelle Notre Dame des Anges, le long de la rue foch, faisait partie de ce couvent.

Les Franciscains étaient un ordre mendiant, ils avaient construits leur couvent autour d'un cloître à 4 côtés, ils avaient trois églises et de nombreux bâtiments conventuels.

En savoir plus sur le couvent des Franciscains.



Autre patrimoine de St Matthieu

Outre le couvent des franciscains et l'église St Matthieu, le quartier contenait d'autres édifices religieux : le prieuré bénédictin de St Martin, qui était une dépendance de l'abbaye St Michel de Cuxa, mais aussi le couvent Notre Dame de la Merci, l'église des mercédaires (tout 2 disparus) et à partir de 1261 le prieuré Ste Madeleine.

Ces édifices religieux, le quartier abritait aussi la caserne St Martin, construite durant la 2e moitié du XIIe siècle. Les plans sont du perpignanais François Pinéda. Elle avait pour but de loger des officiers. Initialement la caserne avait 4 ailes fermées donnant sur une cours trapézoïdale de 800m2 dont l'entrée donnait sur la rue Foch.


Histoire

Difficile à croire de nos jours, mais ce quartier n'était pas le centre du vieux Perpignan initial. Il s'agit d'une zone maraîchère située à l'extérieur des remparts (Nous sommes au XIIe siècle) et donc totalement inhabitée.

Or au début du XIIIe siècle les franciscains, un ordre mendiant créé peu avant, fit bâtir son monastère sur ces terres. (sur l'emplacement de l'ancien hôpital militaire) La route qui sortait de Perpignan par la porte de l'actuel place Arago partait plein Ouest dans les champs et longeait ce monastère.

En même temps un autre ordre, les templiers, commencèrent à acheter des terrains très étendus (de 1215 à 1240), en particulier en 1232 quand Ferrer Oliva vend à frère Rostain, précepteur du Mas Deu un manse avec un verger, des bordes et des ouvroirs à Perpignan pour 2600 sous de Melgueil. Entre 1241 et 1249 les premières constructions se bâtissent sur ces terres livrées en acapte à des hommes voulant construire. Parfois ces hommes prétendront tenir leur maison des templiers alors qu'ils leur a tout juste été donné l'autorisation de construire.

L'année 1241, 35 concessions furent faites. En 1246, c'étaient 33 concessions. Ces années là vont voir surgir le réseau de petites rues formées autour d'une rue principale, la "carrer nou" qui deviendra en 1250 "Carrer Sant Francesc", puis rue des cordeliers, rue des "Torongers" et enfin "avenue Foch" de nos jours. Entre 1265 et 1272 une nouvelle série de construction a lieu, avec un arrêt l'année 1269. Enfin entre 1278 et 1282 c'est une dernière tranche de construction qui rendra le quartier tel qu'il est aujourd'hui. En 1280 on trouvait déjà les rues de la lanterne, Arago, Dugommier, de l'hopital et du four St François. D'après les textes d'époque, ce quartier abritait des paysans à 14%, des tanneurs à 28%, des parayres (drapiers) à 22%, des charpentiers à 8%, des restaurateurs à 9%, des transporteurs à 15% plus quelques autres métiers.

Ces constructions ont été pensé comme une ville nouvelle, à angles droits pour faciliter le déplacement. Lorsque arrivent les rois de Majorque, St Mathieu est déjà construit depuis 50 ans déjà. Ceux-ci vont construire leur palais sur les hauteurs de St Matthieu, engendrant la construction d'une quatrième paroisse, celle de la Réal. (après St Jean, St Jacques et St Matthieu)



Copyright 2013 - 2022 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont la propriété du webmaster. Toute utilisation des textes, photos ou autres éléments de ce site internet sont interdits sans accord du webmaster. Pour le contacter, utilisez le lien sur la page crédits. Sources documentaires : cliquez ici. Pour consulter la politique de confidentialité du site veuillez cliquer ici : Politique de confidentialité.

Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Merveilles du monde, Patrimoine rural du 66.